Santé : une campagne de mobilisation de ressources lancée pour la prise en charge des enfants vivant avec le vih

0
137

(APS) – Le Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS) a lancé une campagne de communication et de mobilisation de ressources dénommée ’’Prenons un enfant par la main ! (Taxawu Xaleyi en Wolof), en vue de favoriser la prise en charge des enfants vivant avec le VIH.

 

La campagne de mobilisation au bénéfice des enfants vivant avec le VIH sera déclinée sous plusieurs formes afin de sensibiliser toutes les bonnes volontés, a expliqué la secrétaire exécutive du CNLS, Safiatou Thiam, lors de la cérémonie.

 

L’idée est de se projeter vers un avenir meilleur, où ’’aucun enfant n’aura plus de Sida dans notre pays (…) et où aucun n’enfant ne naitra avec le VIH’’, a-t-elle dit.

 

Pour la mobilisation des ressources, elle dit compter sur la générosité des concitoyens et la clairvoyance des dirigeants du pays qui ne peuvent restés insensibles devant une telle situation.

 

Saluant les importants progrès réalisés par le Sénégal depuis le début de la riposte contre le VIH, le directeur général de la santé, Barnabé Gningue, a indiqué qu’à ce jour, 93% des Sénégalais infestés par le VIH sont connus, 85% sont mis sous traitement antirétroviral et 90% ont une charge virale indétectable.

 

Elle indique cependant que cette ’’bonne performance cache d’énormes disparités avec les populations insuffisamment prises en compte, notamment les enfants’’.

Elle a souligné ’’l’urgence de mettre en place une stratégie innovante à haut impact ciblant spécifiquement la frange des enfants’’.

 

Elle déplore la stigmatisation et la discrimination qui constituent des obstacles de taille à la réussite de la mise en œuvre des stratégies de dépistage.

 

Le représentant adjoint de l’UNICEF, Georges Gonzales, a salué les avancées du Sénégal en matière de lutte contre le VIH, estimant que des efforts doivent être faits dans le domaine de la nutrition et de la prise en charge psychosociale.

 

’’Prendre un enfant par la main, c’est le protéger contre les maltraitances, c’est lever les inégalités relatives aux antirétroviraux mais aussi permettre à chacun d’assurer sa part de responsabilité’’, a-t-il fait valoir.

 

Des artistes et plusieurs associations de l’enfance dont ‘’For hope’’ de l’international sénégalais, Idrissa Gana Gueye, ont pris part à la cérémonie.

Leave a reply