Scandale des 98 milliards imputés au ministre Mansour Faye : Bougane Guèye Dani revient à la charge

0
1121

Le leader de Geum Sa Bop qui faisait face à la presse hier, lundi 20 mars 2023, est largement revenu pour faire une autre révélation dans l’affaire des 98 milliards qu’il accuse le ministre Mansour Faye d’avoir détourné. « Sur l’histoire des 98 milliards, je dois d’abord vous dire et rappeler que le ministre Mansour Faye n’a aucunement reçu l’onction du département des finances », a dit Bougane Gueye Dani. Et de révéler par ailleurs : «… 13 milliards de commission ont été distribués sur les 98 milliards empruntés au nom de l’Etat du Sénégal, sans approbation du ministre des Finances ». Sous ce rapport, le patron de Dmédia qui entend saisir la Cour des Comptes sur l’utilisation de ces 98 milliards,  va dans le même sillage porter plainte auprès de l’Ofnac sur les 13 milliards distribués sans l’aval du département des finances : « J’ai décidé de saisir la Cour des comptes sur l’utilisation et la manipulation de ces 98 milliards. Mais, aussi je vais saisir l’Ofnac sur les 13 milliards distribués sans l’aval du ministère des finances ». Et de poursuivre : « Nous irons jusqu’au bout de notre logique au nom de la démocratie dans la gestion de nos maigres deniers publics. », a-t-il promis. Il faut noter que lors d’une visite de chantier dans le cadre des travaux de voirie urbaine à Dakar, le ministre Mansour Faye répondant à son accusateur Bougane Gueye, avait répliqué : « Malheureusement au Sénégal, il y a des apprentis politiciens qui, quand même, s’adonnent à des jeux dangereux. C’est devenu même un sport favori, si je peux m’exprimer ainsi, en débitant des contrevérités. Et c’est dommage! »

Selon lui, pour éviter « un retard ou des attentes assez longues dans le financement du PSD, car les programmes financés par les bailleurs prennent beaucoup de temps en terme de processus, un système de crédit relais a été trouvé pour un montant de 150 millions d’euros, soit environ 100 milliards francs Cfa. Et les deux crédits, que ce soit le crédit à long terme ou le crédit relais, ont suivi toutes les étapes de validation au niveau des ministères concernés ; que ce soit le ministère de l’Economie qui a en charge les bailleurs extérieurs et le ministère des Finances à travers le comité national de la dette publique qui a validé le processus ». Poursuivant, il avait tenu à rappeler que « Par rapport à l’Etat, tous les financements qui entrent pour la réalisation d’infrastructures, ou d’autres financements, passent nécessairement par les ministères techniques mais aussi par le ministère chargé de l’Economie et celui  des Finances ».

OUSMANE GOUDIABY (SUDQUOTIDIEN.SN)

Leave a reply