SEDHIOU, Crime passionnel d’un délinquant multirécidiviste à Nimzatt : Oumar éventre sa femme pour avoir demandé le divorce

0
336

Le crime est d’une rarissime ignominie à illustrer la bestialité d’un délinquant multirécidiviste. Après ses incessants retours de prison, son épouse a fini par lui demander le divorce. Suffisant pour Oumar de lui tendre un piège pour la dépiécer dans des buissons. Au moyen d’un couteau, il l’a éventré jusqu’au muscle du dos avant de se fondre dans la nature. Aïssatou, âgée seulement de vingt-deux ans, est en réanimation au centre hospitalier régional de Sédhiou avec un pronostic de vie très engagé selon une source médicale. Les faits ont eu lieu hier, vendredi 21 octobre, au village de Nimzatt dans la commune de Bonna.

C’est dans un état de détresse traumatique que la dame Aïssatou, âgée de vingt-deux ans, est arrivée peu avant midi ce vendredi au centre hospitalier régional de Sédhiou. De son mari, elle a reçu plusieurs coups de couteaux dans le ventre, le bras et l’avant-bras. Partie chercher de l’eau dans une concession non loin de leur domicile, c’est sur le chemin du retour et dans les buissons que Oumar a tendu un piège pour ensuite dépiécer sa femme. Les blessures sont si profondes que plusieurs organes du ventre étaient rejetés au-dehors et gisant dans une mare de sang. L’arme a même traversé le ventre jusqu’à atteindre le muscle du dos rapporte une source anonyme et fiable. Il a fallu au moins quatre tours d’horloge aux techniciens de santé pour la réparer. Son pronostic vital est vraiment engagé selon une source bien renseignée en raison de la gravité des blessures et le volume du sang résiduel dans le corps jugé relativement faible.

Le crime a lieu ce vendredi matin au village de Nimzatt dans la commune de Bona département de Bounkiling sur la route nationale N°4. Le bourreau de Aïssatou n’est personne d’autre que son époux Oumar Sano la quarantaine bien révolue. Selon plusieurs sources concordantes et confirmées par le demi-frère de la victime Salim Cissé, son mari lui reproche d’avoir demandé à plusieurs reprises le divorce du fait de ses multiples délits de vols dont il venait de purger une peine il y’a moins de trois mois. Ce couple a noué les liens du mariage il y’a un peu plus d’un an mais n’ont jamais eu d’enfant, précise le demi-frère de la victime.

Se rendant compte de la gravité des faits qu’il venait de commettre, Oumar Sano a pris la clé des champs vers une destination inconnue. Les éléments de la brigade de gendarmerie de Bounkiling qui se sont transportés sur les lieux ont engagé des recherches et ouvert une enquête pour connaitre  les mobiles de ce crime et mettre la main sur l’auteur en fuite.

Moussa DRAME

Leave a reply