Sédhiou – fin tragique d’une jeune élève qui se donne la mort a Bagadadji : S. Thékagne s’est pendue dans leur magasin familial

0
730

Le village de Baghadadji a passé la journée d’hier, mercredi 26 octobre, dans une profonde consternation, suite à la mort par pendaison d’une jeune fille de 18 ans. O. Tékagne avait commencé à préparer le repas de la mi-journée quand soudain elle disparut de la cour. Son absence prolongée a intrigué sa mère qui se lança à se recherche. Et grande fut sa surprise de la voir balançant, le cou empoigné à une corde. C’est le deuxième cas de suicide en moins d’une semaine à Sédhiou. Une enquête est ouverte pour élucider les circonstances de ce décès.

Comme par effet de mode Trans-générationnelle, les cas d’individus qui se donnent volontairement la mort sont devenus assez fréquents dans la région de Sédhiou. A Baghadadji, village de l’arrondissement de Djirédji, dans le département de Sédhiou, c’est une jeune fille âgée de 18 ans au plus qui s’est pendue dans le magasin de leur domicile familial. Les faits ont eu lieu hier mercredi en milieu de matinée, rapporte une source proche de la famille. La victime, du nom de famille Téckagne, est élève en classe de Seconde (2nde). Et, selon nos informations, elle est rentrée de Dakar lundi dernier où elle a passé ses vacances scolaires.

Pour l’heure, les mobiles de son acte ne sont pas encore connus ; mais des sources concordantes renseignent que c’est elle-même qui a fait la vaisselle ce matin-là, avec l’intention de préparer le repas de la mi-journée. Son absence prolongée aurait intrigué sa maman qui s’est lancée à sa recherche. Et grande fut, dit-on, sa surprise de la retrouver accrochée autour d’une corde. Les gendarmes et les Sapeurs-pompiers de la 43e Compagnie d’incendie et de secours de Sédhiou se sont transportés sur les lieux du sinistre. Le corps sans vie est déposé à la morgue du Centre hospitalier et ses parents soumis à une audition des officiers enquêteurs.

Rappelons que le précédent cas a eu lieu vendredi dernier seulement, à Sandiniéry, sur la rive droite du bras du fleuve Casamance, avec un homme d’une soixantaine d’années qui s’était également donné la mort par noyade et retrouvé deux (2) jours après. Son père à lui aurait péri dans les mêmes circonstances de suicide, renseigne une source digne de foi. Pour ces deux (2) récents cas, une enquête est en cours pour élucider les contours de ces options tragiques d’une fin de vie.

Moussa DRAME

Leave a reply