Sédhiou – le Pastef fait le procès de Macky Sall dans la rue et menace : les camarades d’Ousmane Sonko en boucliers humains !

0
1106

Sur autorisation du préfet, les militants et sympathisants du PASTEF-Les Patriotes ont battu le pavé de la vieille ville de Sédhiou hier, mercredi 29 mars, pour dénoncer ce qu’ils qualifient de dérives dans la gouvernance du président Macky Sall. Les camarades d’Ousmane Sonko déclarent s’insurger contre l’instrumentalisation de la justice et les restrictions des libertés individuelles et publiques au Sénégal, et à leur encontre en particulier.

Ce sont des militants manifestement très engagés qui ont bravé l’austérité de la chaleur pour se faire entendre. Ils ont en effet marché, dans la discipline, du rond-point Julescounda à la Place de l’Indépendance où ils ont lu leur mémorandum. «Nous avons en effet organisé une marche pacifique ce mercredi (hier, ndlr) à l’appel de notre coordination nationale. Cela entre dans le cadre de notre plan d’actions qui vise à décrier et à dénoncer les dérives de Macky Sall. Nous dénonçons cette série d’arrestations arbitraires de nos camarades. Pour un oui ou un non, il donne des instructions qu’on te mette en prison. Ces prisons sont même devenues pleines au point que ce sont les bracelets électroniques qu’ils ont initiés», a déclaré Sadibou Djiba, le coordonnateur départemental du PASTEF de Sédhiou.

Sur le plan économique, poursuit Sadibou, «c’est une gabegie que de constater que nos ressources sont dilapidées au gré du chef. Comment expliquer que Macky Sall se permette de donner sept (7) milliards de F CFA à une Marine Le Pen, hostile aux noirs en France. Il cherche à corrompre tous les indécis, notamment parmi les magistrats pour prétendre à la troisième candidature».

Les femmes, tout aussi mobilisées, préviennent : «nous les femmes, nous sommes en ligne de front pour nous battre contre les dérives de Macky Sall. Il n’a même pas de respect pour les femmes qu’il met en prison comme il veut. C’est une instrumentalisation de la justice», a martelé Mme Ndèye Fatou Mané, la représentante des femmes du PASTEF.

Elle relève, par la même occasion, des incongruités. «Il y a des gens qui ont appelé à la violence comme celui-là qui demande à mettre du feu domicile de Ousmane Sonko, d’autres pour attenter à sa vie et d’autres qui l’accusent à tort et à travers mais jamais on n’a entendu le procureur convoquer qui que ce soit. C’est une honte pour mon pays».

Les camarades d’Ousmane Sonko de Sédhiou menacent de se faire régulièrement entendre, à chaque fois que de besoin, pour «barrer la route à la troisième candidature de Macky Sall».

Moussa DRAME

Leave a reply