Sédhiou – lutte contre la migration irrégulière et la pauvreté : une coopérative des maraîchers de Goudomp engage le défi

0
774

C’est dans la commune rurale de Baghère, dans l’extrême Est de la région de Sédhiou, que cette coopérative des maraîchers du département de Goudomp a vu le jour, samedi dernier 29 avril. L’ambition affirmée est d’engager le défi de la production maraîchère, en vue de combattre la pauvreté ambiante qui sévit dans cette partie du Sud du pays. Par la même occasion, ces acteurs tiennent à baliser la voie aux jeunes à exploiter le potentiel local disponible plutôt qu’à tenter l’aventure périlleuse de la migration irrégulière.

Cette coopérative départementale des maraîchers de Goudomp se veut une plateforme fédératrice de l’ensemble des acteurs de la filière, dans le but de valoriser au mieux ce potentiel local. Elle a été installée, le samedi dernier, sous l’autorité du représentant de la Direction régionale du développement rural (DRDR) de Sédhiou. Ababacar Sané, le maire de Baghère, un producteur maraîcher et président élu de cette coopérative, déclare : «nous avons décidé de mettre sur pied cette coopérative maraîchère dans le but de créer une synergie sous forme de task-force et valoriser notre potentiel».

Et d’ajouter : «nous avons un terroir riche en ressources naturelles avec une pluviométrie abondante et une nature bien généreuse. Mais hélas, cette richesse est inexploitée et on crie de famine. Déjà nous avons des partenaires qui sont prêts à nous accompagner comme ANCAR, le PAPSEN, le PROVAEL-CV, MEDA. C’est une structure forte déjà de 17 organisations et nos portes sont ouvertes à tous».

Nonobstant son handicap visuel, ce jeune maire de Baghère et non moins vaillant producteur, exhorte les jeunes à s’investir dans le maraîchage pour éviter l’option de la migration irrégulière et combattre la pauvreté. «Nous tenons vraiment à assurer une bonne production, en quantité et en qualité, d’abord pour lutter contre l’exode rural et la migration irrégulière mais aussi contre la pauvreté ambiante dans nos zones. Ce départ massif des jeunes vers l’Europe et dans des conditions lugubres est déplorable. L’Afrique est en train de perdre ses cerveaux. Au-delà, c’est aussi un créneau qui assure l’émancipation économique de la femme», soutient-il avec force conviction.

Ibrahima Cissé, un jeune migrant de retour et originaire de Tanaff, s’y retrouve déjà ; il entrevoit des créneaux porteurs de revenus et encourage ses camarades à solliciter la terre. «Les riches terres dont dispose l’Afrique ne sont plus accessibles en Europe ou même en Amérique. Je conseille mes frères jeunes à s’investir dans l’agriculture. Le gouvernement du Sénégal est en train de déployer de gros efforts pour accompagner les jeunes et à nous de suivre la cadence pour sortir notre pays de la précarité et surtout ne pas tout attendre de l’Etat».

Les responsables de cette nouvelle coopérative maraîchère du département de Goudomp sollicitent un accompagnement accru des autorités, pour donner corps à la volonté de réussir à domicile et dans la plus grande dignité.

Moussa DRAME

Leave a reply