Sédhiou : Mansour Faye lance le bitumage et annonce le corridor Bissau/Dakar

0
114

Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a procédé hier, jeudi 23 juin 2022, au lancement de la 2e phase des travaux de bitumage de la boucle du Boudié, d’un coût de 27.859.714.492 FCFA. L’axe va relier Sédhiou à Marsassoum via Bambaly, Djirédji, Djibabouya et Bemet Bidjini, sur un linéaire de 81 kilomètres. En outre, Mansour Faye a annoncé le projet de réalisation du corridor Bissau/Dakar, en passant par le fleuve Casamance à Sandiniéry qui sera doté d’un bac, en attendant la construction à l’étude d’un pont.

En lançant officiellement les travaux de bitumage de la boucle du Boudié, entre Sédhiou, Bambaly, Djirédji, Djibabouya, Bémet et Marsassoum, le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Mansour Faye, a indiqué que «le Programme spécial de désenclavement initié par monsieur le président de la République a pour objectif d’impulser une dynamique de croissance endogène intégrée et soutenue, à travers une démarche qui prend en compte le désenclavement des territoires, la connexion entre les zones de production et les marchés».

Mansour Faye d’ajouter que «c’est tout le sens que son excellence le président de la République monsieur Macky Sall accorde aux travaux de lancement des travaux de bitumage de la 2e phase de la boucle du Boudié, entre Sédhiou, Bambali, Djirédji, Djibabouya, Bémet Bidjini et Marsassoum, sur 81 kilomètres».

Ainsi, s’empresse-t-il de souligner : «depuis 2012, le gouvernement du Sénégal a investi près de 170 milliards de CFA dans la région de Sédhiou pour le développement des infrastructures routières».

LE CORRIDOR BISSAU/DAKAR IMMINENT !

Dans une ambiance bien décorée en sons et spectacles, sous un soleil hivernal qui peine à dissiper les nuages qui avait abondamment arrosé la ville de Sédhiou quelques heures plutôt, le ministre Mansour Faye a annoncé que «le président de la République a également engagé, avec la République sœur de la Guinée-Bissau, le projet d’amélioration du corridor routier Bissau/Dakar».

A cet effet, poursuit le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, «il est prévu, sur financement de la Banque africaine de développement (Bad), l’aménagement de la route Farim, Tanaff et Sandiniéry, sur un linéaire de 49,40 kilomètres de route, l’aménagement de 58,6 kilomètres de piste et 4,5 kilomètres de voirie avec éclairage public solaire à Goudomp et Tanaff, la construction de 4 infrastructures marchandes, un deuxième bac pour la traversée du fleuve Casamance à Sandiniéry, en attendant la construction du pont dont les études sont en cours, et l’appui aux associations de femmes».

DE NOUVELLES REALISATIONS EN BRETELLES INTERNES METTENT AUX ANGES LES ELUS

Si l’on en croit toujours le ministre Mansour Faye, «il est prévu de réaliser, dans la région de Sédhiou, les tronçons suivants : l’axe Saré Alkaly, Bogal et Ndiamacouta ; l’axe Karantaba, Diareng, Maka, Moyafara, Saré Mory et Saré Téning ; l’axe Sandiniéry, Karantaba, Djidinki, boucle du Pakao et les ouvrages de Diopcounda».

A la tribune, les différents orateurs se sont réjouis «des investissements massifs que le président de la République, Macky Sall, a bien voulu consentir dans la région de Sédhiou depuis 2012», ont notamment relevé Abdoulaye Diop, le maire de la ville de Sédhiou et ministre de la Culture et de la Communication et Dr Annette Seck Ndiaye, la présidente du Conseil départemental de Sédhiou et directrice générale de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (PNA).

Le maire de Djirédji, Mamadou Lamine Diawara, a tout aussi magnifié ces investissements en cours et souhaité que les communes bénéficiaires de cette route de la boucle du Boudié puissent disposer de quelques linéaires de voirie interne. Demande à laquelle le ministre Mansour Faye des Transports terrestres promet de mettre à l’étude.

Ses collègues de Djibabouya, Niassy, de Bémet, Pape Diédhiou, de Marsassoum, Seyni Mandiang, n’ont pas tari d’éloges pour exprimer leur entière satisfaction de ce processus de désenclavement de la Casamance.

Enfin, le représentant de l’ambassadeur de la Grande Bretagne au Sénégal, dont le pays est contributeur à ce financement, s’est réjoui des bonnes relations avec le Sénégal. A signaler enfin que le montant de ce projet est de l’ordre de 27.859.714.492 FCFA mobilisés par l’Etat du Sénégal, MUFG, UK Export Finance. Les travaux sont confiés à l’entreprise Eiffage à qui il est demandé de recruter la main d’œuvre locale et d’assurer une bonne qualité des ouvrages.

Moussa DRAME

Leave a reply