Sédhiou : mort par pendaison de la jeune fille Tekagne à Bagadadji

0
288

Elle aurait préféré la mort à un mariage forcé, le parquet instruit une autopsie. On en sait un peu plus sur l’affaire du suicide de la jeune fille Tékagne de Bagadadji, village de la commune rurale de Bambaly dans l’arrondissement de Djirédji, département de Sédhiou. Certes l’instruction n’a pas encore livré tous ses secrets mais des témoignages concordants font état d’un mariage forcé célébré à son insu et contre lequel elle a préféré la mort. La piste d’un homicide est aussi exploré d’où la demande du parquet de Sédhiou de procéder à une autopsie.

La mort, par pendaison, de la jeune fille Tékagne de Bagadadji mercredi dernier dans l’arrondissement de Djirédji suscite beaucoup d’indignations et de commentaires au sein de la communauté tout comme sur les réseaux sociaux. Même si rien n’a encore filtré de l’instruction en cours, nombreux sont des proches de la victime qui invoquent des mobiles de déception suite à un mariage sans consentement auquel elle a été donnée à un émigré vivant en Espagne alors que son cœur battait pour un autre homme également émigré et établi en France. Des témoignages sous le couvert de l’anonymat de ses camarades avec qui elle a passé les vacances à Dakar renseignent que la jeune fille avait menacé ses parents de mettre fin à ses jours si elle est contrainte à un lien qui ne lui convenait pas. Et c’est à son retour des vacances qu’elle a eu la certitude de la célébration de ce mariage confirmé par un imam qui atteste y avoir pris part deux semaines plus tôt au village. Mais dans un tout autre registre, nos sources informent de la requête du parquet de Sédhiou pour une autopsie de la dépouille de la jeune fille dans le but d’explorer la piste d’un homicide en raison des indices obtenus au moment de constat, précisent les mêmes sources qui préfèrent ne pas être citées.

Rappelons que la jeune fille Tékagne était âgée de 18 ans et devrait s’inscrire en classe de seconde. Pour l’heure, les langues se délient et les internautes se relaient avec ignorance coupable en distribuant copieusement les images post mortem de la jeune fille, la corde suspendue au cou.

Moussa DRAME

Leave a reply