Sédhiou- pénurie récurrente de sang dans les structures de sante : le Mouvement «Vision Sédhiou» pompe 41 poches à l’EPS2

0
813

A l’appel du mouvement «Vision Sédhiou», des citoyens ont effectué le déplacement, samedi dernier, à l’école Chérif Younouss Aïdara de Sédhiou, pour donner de leur sang. Cela fait suite à un constat récurrent de pénurie de ce liquide précieux dans les Etablissements publics de santé (EPS) de la région. Le président fondateur de ce mouvement, Jean Pierre Senhgor, déclare être disposé à organiser de telles mobilisations pour approvisionner aussi régulièrement que possible la banque de sang de Sédhiou.

C’est parce que la banque de sang de Sédhiou a régulièrement soif que le mouvement «Vision Sédhiou» a décidé d’organiser, avant-hier samedi, une journée de collecte de ce liquide précieux. Le président fondateur de ce mouvement, Jean Pierre Senghor, par ailleurs secrétaire exécutif du Conseil national à la sécurité alimentaire, déclare que bien d’autres actions sont planifiées dans le sillage du développement intégral de la région. «Cette activité fait partie d’une série de programmes que nous allons dérouler cette année. Nous avons démarré par une de don de sang. Ce n’est pas qu’à Sédhiou seulement car, dans les établissements de santé de la région sud, il y a très souvent des cas de pénurie de sang. Ici à Sédhiou, nous voulons disposer d’une banque de sang qui pourrait en donner aux autres régions. Face au besoin récurrent, nous allons en faire une activité régulière», dit-il.

De son côté, Oumar Sall, le porte-parole de vision Sédhiou, ajoute que bien au-delà de l’action politique, ce mouvement est résolument engagé à porter des initiatives de développement. «A l’issue de l’assemblée générale du 4 septembre dernier nous avons mis en place un vaste programme. Certes,  «Vision Sédhiou» est un mouvement politique mais qui est en conformité avec la vision de son président fondateur Jean Pierre Senghor. C’est un homme de développement et qui fait beaucoup dans le social. Son intégration et son engagement politique ne vont pas le détourner de son idéal c’est-à-dire ce qu’il a toujours fait dans le social et le développement», souligne-t-il.

Cette activité de don de sang a permis de collecter 41 poches sur les 50 attendues a indiqué Mamadou Lamine Diémé, le responsable du service social du Centre hospitalier régional de Sédhiou. Toutefois et au-delà de cette activité ponctuelle, la solution durable à la pénurie récurrente de sang est l’organisation régulière du don de sang à l’échelle de la région. Et, au regard du besoin de plus en plus croissant notamment au niveau des services de maternité et de néphrologie, l’urgence interpelle tous les acteurs de la région.

Moussa DRAME

Leave a reply