Séisme en Turquie et en Syrie: l’aide de l’Union européenne arrivera aussi aux Syriens

0
484

(Rfi.fr)- Dès lundi soir, les Européens ont commencé à activer les différents mécanismes d’aide pour les régions touchées par le séisme en Turquie. En Syrie, des voix s’élèvent pour ne pas être les laissés-pour-compte de l’aide internationale. L’Union européenne (UE) promet que les Syriens ne seront pas oubliés.

À l’instar du gouvernement turc dès lundi, le gouvernement syrien a, lui aussi, demandé ce mercredi l’activation en sa faveur du mécanisme de protection civile de l’Union européenne. L’UE n’avait jusqu’ici d’autre possibilité d’œuvrer en Syrie en faveur des victimes qu’à travers son agence humanitaire Echo et les ONG qu’elle soutient. Ces ONG seront désormais ses partenaires avec pour priorité le soutien aux installations médicales, la fourniture de matériel sanitaire, d’abris et de nourriture, ainsi que la réparation des infrastructures endommagées.

Mais surtout, l’activation du mécanisme de protection civile européen permet à l’UE d’annoncer un « déboursement initial » de 3,5 millions d’euros pour toutes ces priorités ainsi que pour l’assainissement des eaux et pour le soutien aux opérations de recherche et de secours.

Les financements européens sont les bienvenus alors que l’eau potable et les médicaments se font rares. « Il existe un risque particulièrement inquiétant de contamination de l’eau par le choléra, explique Margaret Harris, porte-parole de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à RFI. Le choléra était déjà présent dans la région. Et maintenant que les infrastructures comme les canalisations d’eau sont détruites, il va être difficile pour la population d’accéder à l’eau potable. Il y a donc un risque d’épidémie. »

L’Union européenne avait promis que la Syrie ne serait pas oubliée, mais il lui fallait ce feu vert syrien pour agir directement, même si elle compte avancer avec prudence et s’assurer que l’aide « va aux personnes qui en ont besoin et ne sera pas détournée », souligne le commissaire européen à l’aide humanitaire Janez Lenarcic. De son côté, l’Allemagne abonde et prévient qu’elle aidera les Syriens, mais pas le régime de Bachar el-Assad, alors que l’UE annonce organiser pour mars une conférence des donateurs.

Les Kurdes d’Afrin en détresse

Dans le nord de la Syrie, certaines populations étaient déjà dans des situations très compliquées avant le séisme et se retrouvent dans un dénuement total. L’Institut kurde à Paris tente de soutenir les familles kurdes chassées d’Afrin dans le nord de la Syrie par la Turquie. « Les déplacés sont entre Alep et Afrin dans des zones tampon ou dans des no man’s land, souvent dans des camps, raconte le président de l’Institut kurde de Paris, Kendal Nezan. La frontière avec la Turquie est fermée, et de toute façon la Turquie n’autorisait déjà pas l’aide humanitaire vis-à-vis des populations déplacées d’Afrin. Donc là, c’est vraiment plusieurs malheurs qui arrivent en même temps : les rigueurs de l’hiver, l’extrême pauvreté, l’extrême dénuement plus le tremblement de terre. Ils avaient au moins parfois un toit, et même ce toit-là a disparu. Il n’y a personne pour aller chercher dans les décombres, ils cherchent à la main, et c’est terrible. »

Leave a reply