Senghane Senghor de la Raddho sur l’article 27 de la constitution : «Ce n’est pas une affaire de droit, c’est une affaire de moralité»

0
239

Interrogé par la presse sur la «constitutionnalité» du troisième mandat du président Macky Sall, parce que consacrée par la Constitution qui dispose en son article 27 : «La durée du mandat du Président de la République est de cinq ans. Nul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs» et que Macky Sall n’a fait qu’un seul mandat de cinq ans (le premier mandat avait plutôt une durée de 7 ans), Senghane Senghor, chargé des Affaires juridiques et de la Protection de la Rencontre africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) est sans équivoque. «Un texte de loi doit être lu par la bonne foi, parce qu’il y a un point que je n’entends pas souvent dans les débats, on enseigne dans les Universités qu’un texte de loi qui est clair, il est interdit de l’interpréter, on interprète qu’un texte qui est obscur. Le texte n’a souffert d’aucune ambiguïté de 2016 à récemment. C’est maintenant qu’ils ont commencé à sortir plusieurs interprétations.» Pour étayer ses propos, M. Senghor exhibe à la face des journalistes l’ouvrage de l’actuel garde de Sceaux, Ismaïla Madior Fall, intitulé « La réforme constitutionnelle du 20 mars 2016 au Sénégal : La révision consolidante record ». «Le message principal de ce texte, c’est de montrer que nous avons réglé la question du troisième mandat avec la réforme de 2016. Donc, nous ne comprenons pas aujourd’hui ce retour en arrière», justifie le juriste de formation. Non sans ajouter : «C’est important de préciser que ce n’est pas une affaire de droit, c’est une affaire de moralité; et les hommes politiques veulent nous habituer à des interprétations circonstancielles. C’est ce qu’il ne faut pas accepter ».

Par PAPA MOUSSA CAMARA (STAGIAIRE) ET NANDO C. GOMIS

 

Leave a reply