Senghor, un véritable défenseur de la langue française

0
984

Le Sénégal a hérité du système éducatif colonial, axé sur la maîtrise et l’harmonisation de la langue française. Le président Léopold Sédar Senghor malgré ses prises de position pour défendre l’homme noir, demeure un fervent amoureux de la langue française. Grammairien, poète, il savait traduire cette finesse de la langue du colonisateur dans ses différentes prises de paroles, mais aussi dans ces écrits. Au niveau de l’enseignement, dans l’administration, il a travaillé à mettre l’accent sur l’assimilation de cette langue pour en faire une langue nationale, aimée de tous malgré la diversité ethnique qui existe dans le pays.  

«Dans le choix de la langue, la question n’est pas de savoir si la langue d’enseignement sera autochtone ou non, mais quelle elle sera, en d’autres termes, il s’agit de choisir une langue pour ses vertus propres : ses vertus d’éducation. De ce point de vue, « la langue de gentillesse et d’honnêteté » qu’est le français s’impose. Je ne reviendrai pas sur les qualités d’ordre et de clarté qui ont fait du français, pendant trois siècles, une langue universelle, singulièrement la langue de la science et de la diplomatie, elles sont connues. Ce que je veux ajouter, c’est que le français est aussi une langue littéraire, voire une langue poétique. Elle est apte à exprimer aussi bien les sentiments les plus nobles, les plus forts, que les plus délicats et les plus troubles, aussi bien le soleil de l’esprit que le soleil abyssal de l’inconscient».

Une affirmation  qui traduisait son attachement à cette langue. Pendant plusieurs années, l’enseignement sénégalais tournait autour de la littérature, les sciences occupaient une infime portion dans la politique de Senghor. Cependant, 1962, la première retouche dans les programmes d’études hérités de l’époque coloniale fut actée. Leur élaboration a été principalement motivée selon des chercheurs par un objectif : «adapter l’enseignement aux besoins d’un jeune Etat indépendant, à vocation essentiellement agricole et dont l’un des impératifs majeurs est le développement». A cet effet, certaines disciplines dites d’éducation furent particulièrement visées. Il s’agissait de la morale, la vie civique, l’éducation sanitaire, l’histoire et la géographie.

En revnache, dans les disciplines dites instrumentales, le français et le calcul en l’occurrence, aucun changement notable ne fut noté.

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.