Sidiki Kaba, ministre des forces armées : «Les défis sécuritaires sont susceptibles de conduire à des risques d’instabilité et au chaos»

0
858

Les crises sécuritaires sont à l’origine d’une violence qui risque de plonger les pays africains dans une instabilité politique. Cette alerte est du ministre des Forces Armées, Sidiki Kaba. Il présidait hier, jeudi 19 janvier 2023, la rentrée académique du Centre des hautes études de défense et de sécurité (Cheds).

Le ministre des Forces Armées, Sidiki Kaba, a présidé hier, jeudi 19 janvier, la rentrée académique 2022-2023 du Centre des hautes études de défense et de sécurité (Cheds). Le thème de la cérémonie était axé sur: «La lutte contre le terrorisme au Sahel: Symbiose entre l’Etat et les autres acteurs de la sécurité». Sidiki Kaba a dit, «qu’il cadre bien avec le contexte actuel où les enjeux sécuritaires constituent des défis pour le monde, le continent africain et la sous-région ouest africaine». Ces défis, a-t-il relevé, «sont susceptibles de conduire à des situations difficiles pouvant exposer les pays de la sous-région, de façon permanente, au risque d’instabilité politique et au chaos socio-économique».

Le ministre des Forces Armées d’ajouter : «la situation sécuritaire dans le monde, et particulièrement en Afrique, est dominée par une violence inouïe et entretenue, aux conséquences négatives sur le développement économique et social de nos pays». Pour preuve, explique-t-il, «dans la région sahélo-saharienne, elle se caractérise par la persistance de la menace des groupes extrémistes, dont les actions affectent  considérablement la paix et la sécurité, ralentissant ainsi le développement économique et social des pays de la région». La situation sécuritaire étant devenue l’une des principales préoccupations des populations et des Etats,  «les réponses intégrées à apporter à cette question requièrent une synergie d’acteurs ayant un savoir et un savoir-faire à la dimension des nouveaux défis», avance Sidiki Kaba.

Par ailleurs, ajoute-t-il, «l’examen de la carte sécuritaire actuelle du continent permet de constater clairement que l’action violente s’est beaucoup répandue en Afrique de l’Est et de l’Ouest. Qu’elle soit d’origine locale, nationale ou transnationale, elle ne cesse d’enrôler de nouveaux acteurs et de consolider son lien avec la grande criminalité, tout en essayant de tirer le maximum de profit des frustrations diverses d’ordre politique, économique ou social».

Face à cette violence complexe et évolutive, les Etats réalisent que la seule réponse militaire est insuffisante et qu’une solution plus globale et plus inclusive constitue une nécessité absolue.  Ainsi, pour être efficace, «la lutte contre l’extrémisme violent doit se fonder à la fois sur l’action et, surtout, la prévention, par un diagnostic lucide des causes socioculturelles, économiques et politiques de la violence», a trouvé le ministre.  Il ajoute ainsi que les réponses qui doivent être apportées vont au-delà des seules actions des Forces de défense et de sécurité et requièrent des ressources humaines bien préparées aux nouveaux défis.

45 récipiendaires du Master en Sécurité Nationale et du Master Défense, Sécurité et Paix ont suivi avec succès la formation. Le programme de formation du Cheds vise à former des nationaux et des ressortissants de l’Afrique francophone, sur les questions et problématiques de défense et de sécurité, dans le but de créer progressivement un vivier d’acteurs aptes à proposer des réponses efficientes aux menaces et défis sécuritaires nationaux, sous régionaux et continentaux.

Fatou NDIAYE

 

Leave a reply