Signature d’une convention pour la formation à distance de maitres et directeurs d’écoles

0
443
(APS) – Le ministre de l’Education, Mamadou Talla et le ministre-président de la Fédération Wallonie Bruxelles, Pierre Yves Jeholet en visite au Sénégal, ont signé, jeudi, une convention de partenariat pour la deuxième phase du Programme d’appui à l’Initiative francophone pour la Formation à distance des maîtres (Ifadem).
’’Cette convention va permettre de continuer le Programme d’appui à l’initiative francophone pour la formation à distance des maitres (IFADEM) pour la période 2022-2026’’, a dit Mamadou Talla, lors de la cérémonie de signature, organisée aux Sphères ministérielles de Diamniadio.
En effet, ’’suite au succès de la première phase de déploiement du programme (2017-2021), les parties prenantes notamment le ministère de l’Education nationale et ses partenaires dont l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) et l’Agence Universitaire de la Francophonie ont souhaité s’engager dans la mise en œuvre d’une deuxième phase’’, a expliqué le ministre.
Selon lui, cette phase permettra de former 1 000 enseignants et 5000 directeurs d’écoles dans les 4 inspections d’académies déjà ciblées dans la première phase (Fatick, Kaolack, Kaffrine, Thiès) auxquelles seront ajoutées 3 autres académies (Matam, Louga et Saint-Louis).
Déjà une période d’expérimentation du programme a été déroulée et a touché 500 enseignants candidats au Certificat d’aptitude pédagogique (CAP) dans les IA de Fatick et Kaolack entre 2014 et 2016.
Pour le ministre Mamadou Talla, depuis cette date, ’’des résultats extrêmement importants ont permis de former beaucoup d’instituteurs adjoints et également des directeurs d’école’’.
’’La particularité de cette belle initiative est qu’on peut former les enseignants à distance. Cela veut dire que les enseignants, formés professionnellement, acquièrent un diplôme en continuant de tenir leurs classes’’, a-t –il souligné.
La fédération Wallonie Bruxelles qui soutient ce programme est un partenaire important pour le ministère de l’Education mais également pour tout le système d’enseignement avec le Programme d’Amélioration de la Qualité de l’éducation (PAQUET) qui réunit l’éducation, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur, selon Mamadou Talla.
’’C’est un moment important la signature de cette convention de partenariat qui vise à améliorer la formation à distance des enseignants’’, a dit pour sa part, le ministre-président de la Fédération de Wallonie Bruxelles, Pierre Yves Jeholet.
Pour le cosignataire de la convention, ’’l’enseignement, la formation, l’éducation constituent des priorités pour notre jeunesse dans toutes les sociétés et peut être un peu plus au Sénégal qui connait un taux de jeunes très important’’.
’’On doit accompagner les jeunes parce que l’éducation, l’enseignement leur permettent de s’émanciper et de s’épanouir dans la vie professionnelle’’, a-t-il dit, relevant à ce propos, qu’il faut des enseignants formés, qualifiés avec des compétences pédagogiques pour atteindre cet objectif.
’’C’est important de mettre l’accent sur cette formation des enseignants en s’appuyant sur le numérique, un outil essentiel pour la formation des enseignants comme pour la dispense des cours à distance dans les écoles’’, a-t-il ajouté.
Au niveau de la fédération Wallonie Bruxelles, a-t-il relevé, ‘’c’est nécessaire d’avoir des programmes qui permettent aux enseignants à travers tous les pays francophones de pouvoir se former puisque, c’est un enjeu essentiel pour une éducation de qualité chez les jeunes’’.
Lancée en 2006, l’Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (IFADEM) est un ‘’engagement de la Francophonie à contribuer à l’amélioration de la qualité des enseignements et des apprentissages par le renforcement des compétences professionnelles des enseignants de l’éducation de base et des personnels de supervision, prioritairement en milieu rural’’.
IFADEM est mise en œuvre conjointement par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), à travers l’Institut de la Francophonie pour l’Education et la Formation (IFEF).

Leave a reply