Sinthiou Bocar Aly, une commune rurale de Goudiry piégée par l’enclavement

0
776

(APS) – Sinthiou Bocar Aly, collectivité enclavée dans le département de Goudiry (est), concentre une grande partie des problèmes d’infrastructures partagées par la plupart des communes sénégalaises, en attendant de bénéficier d’investissements publics aptes à la mettre à niveau.

Cette commune lovée dans l’arrondissement de Koulor, se découvre au bout d’un trajet de deux tours d’horloge par la route, en partant de Tambacounda, la capitale régionale.

Il faut supporter l’inconfort d’une piste de production d’une soixantaine de kilomètres encore en construction, avant d’apercevoir une antenne relais, puis l’hôtel communal, au bout d’un tronçon poussiéreux, qui se révèle chaotique par endroits avec ses nombreux nids de poules.

Du fait de son grand enclavement, Sinthiou Bocar Aly (SBA), chef-lieu de la commune du même nom, est inaccessible pendant la saison des pluies.

Il se dit ici que « le conseil municipal ne se réunit pas pendant l’hivernage ». Les habitants de cette commune de 5000 habitants comptant 25 villages officiels et 17 hameaux, affirment qu’elle se retrouve toujours littéralement coupée du reste du pays avec la saison des pluies.

Les limites de cette commune plongent le visiteur dans les profondeurs  d’une région orientale connue pour son déficit en infrastructures sociales de base. Ce qui fait que Sinthiou Bocar Aly manque presque de tout, d’abord d’une route praticable.

L’eau potable, minimum précieux, n’y est pas disponible en quantité suffisante, par exemple, de même le réseau de téléphonie mobile n’y est pas stable. Ce qui contribue à couper davantage cette commune du monde.

« Regardez cette antenne-relais, c’est la seule dans toute la commune, son rayon de couverture est de 3 trois kilomètres », relève le secrétaire municipal Cheikh Oumar Ba, qui sert d’interprète de luxe, la commune de Sinthiou Bocar Aly n’étant peuplée que de peuls qui ne comprennent ou ne s’expriment que dans leur langue maternelle.

Ba, en poste depuis 2009, manque de mots pour parler de la situation de la commune dont il est le secrétaire municipal.

Sinthiou Bocar Aly « ne dispose pas encore de poste de santé avec le matériel qu’il faut pour prendre en charge certains problèmes de santé de la population, elle ne dispose pas d’ambulance non plus », renseigne-t-il.

En fait de poste de santé, il faut voir trois bâtiments marqués par le poids de l’âge, dont l’un fait office de poste de santé et de maternité qui manquent de tout. Un des bâtiments tient lieu de pharmacie, mais il est tout aussi vide que les deux autres, le troisième servant de logement pour l’infirmier chef de poste.

‘’Nos enfants abandonnent l’école après l’entrée en 6e’’

Pour donner une idée des difficultés auxquelles sa commune se trouve confrontée, Cheikh Oumar Ba, en caftan bleu, la voix nouée par l’émotion, est revenu sur un épisode douloureux du passé récent de Sinthiou Bocar Aly.

Il remonte à l’hivernage 2016, lors duquel « la foudre a frappé cinq personnes, dont deux femmes enceintes mortes sur le coup. Trois enfants gravement brûlés, décèderont plus tard faute d’ambulance pour les évacuer ». Ils ne pouvaient disposer, sur place, de premiers soins.

« Ces événements, ont fait pleurer l’ancien édile de la commune, Samba Welly Diallo », confie le secrétaire municipal.

Bien que disposant de 8 écoles primaires pour ses 25 villages, Sinthiou Bocar Aly a besoin en plus d’un collège d’enseignement moyen, pour amoindrir le taux d’abandon scolaire enregistré dans cette commune, selon sa maire, Maïrame Diallo.

« Nos enfants abandonnent l’école après l’entrée en sixième, faute de tuteur et de conditions d’accueil normales » dans les communes des collèges où ils sont orientés, déplore-t-elle.

« Nous aurions souhaité disposer d’infrastructures sociales de base, d’un CEM et d’une bonne couverture téléphonique », ajoute l’édile, évoquant le besoin d’une connectivité stable dans sa commune, ce qui passe par l’installation de plusieurs autres antennes-relais.

En attendant, les populations doivent faire avec une seule antenne-relais surplombant l’hôtel communal dont la façade est ternie par les moisissures et les murs lézardés de toutes parts.

Depuis la devanture de cet édifice, le visiteur aperçoit un ouvrage de plusieurs mètres de haut en construction. « C’est le forage de la commune en chantier depuis 2018 », signale l’édile, avant de préciser que sa commune compte au total trois forages dont l’un est implanté à Sinthiou Bocar Aly même.

L’édile ne compte pas se satisfaire de cela, et demande la construction d’un château d’eau, qui à ses yeux permettrait de régler définitivement la question de l’approvisionnement de sa commune en eau.

‘’L’électricité, l’eau potable, les mêmes problèmes partout 

Dans la commune de Sinthiou Bocar Aly, les villages sont rarement éloignés de plusieurs kilomètres les uns des autres. Les maisons sont faites avec la même architecture traditionnelle, avec des cases dont les toits sont en paille, parfois en tôle. Un cadre complété par des espaces aménagés comme des cours où se regroupent les membres de chaque concession pour discuter, prendre le repas ou boire du thé.

Les concessions clôturées avec des tiges de mil ou des lattes, et qui « partagent toutes les mêmes problèmes : l’électricité, l’eau potable et l’accès au village et à la commune », lâche le deuxième adjoint en charge des questions environnementales de la commune, Abdou Kassé.

A l’en croire, du fait du déficit en infrastructures, « beaucoup de partenaires fuient la commune » de Sinthiou Bocar Aly. Il y a aussi que les projets dont elle bénéficie ne sont souvent pas exécutés jusqu’au bout, selon cet élu.

Il donne l’exemple d’une piste en construction dans la zone. Celle-ci ne concerne pour le moment que trois communes que sont Sinthiou-Malem, Koar et Koulor. Mais en toute logique, dit-il, Sinthiou Bocar Aly  doit pouvoir être incluse dans ce projet, cette commune se trouvant enclavée par rapport à Koulor, le chef-lieu de l’arrondissement et à la capitale départementale, Goudiry.

« Il n’y a qu’une petite portion de la commune qui est concernée par cette piste en réalisation. Or, pendant l’hivernage, nous ne prenons part à aucune réunion, parce que nous sommes totalement coupés du reste du département et de la région », déplore-t-il.

Les problèmes d’infrastructures notés à Sinthiou Bocar Aly (SBA) rappellent les difficultés de nombreuses communes sénégalaises qui comptent sur la communalisation universelle née de l’acte III de la décentralisation pour se mettre à niveau.

SBA en quelques chiffres clés

 Sinthiou Bocar Aly (SBA) compte parmi les nombreuses communes nées de l’entrée en vigueur de la communalisation universelle en 2014, ce qui explique son déficit en infrastructures sociales de base.

Malgré tout, une commune de la région de Tambacounda (est), présente un profil géographique, démographique et économique qui peut faire d’elle un des poumons économiques du département de Goudiry.

Elle est limitée à l’est par les communes de Sinthiou Mamadou Boubou, Boynguel Bamba et Koulor. Les communes de Koussanar et Ouro Sidy la bordent à l’ouest, celle de Koulor la délimitant au sud.  Sinthiou Bocar Aly est séparée de la région de Matam au nord par les communes de Ouro Sidy et Ndendoury Matam.

Sinthiou Bocar Aly dispose d’une forêt aménagée qui s’étend de l’ouest au sud de son territoire, pour une superficie de 38490 ha polarisant 13 de ses 25 villages et 9 hameaux.

La population actuelle de la commune est estimée à 5351 habitants, dont plus de 800 habitants pour Sinthiou Bocar Aly, chef-lieu communal.

Leave a reply