Situation du Vih/Sida au Sénégal : La maladie continue de perdre du terrain

0
271

Selon le Conseil national de lutte contre le Sida, la prévalence et les nouvelles infections ont significativement baissé de 2005 à 2020. Aujourd’hui, les personnes avec une charge virale indétectable ne peuvent plus transmettre le VIH.

Au Sénégal, des avancées sont notées dans la lutte contre le VIH/Sida. Le taux de prévalence est passé de 0,7% en 2005 à 0,3% en 2020 et les nouvelles infections ont aussi baissé de 76% durant la même période. Ces chiffres ont été révélés hier, jeudi 28 octobre lors d’un atelier de partage avec des organes de presse partenaires du Secrétariat exécutif du Cnls sur de nouvelles orientations dans la lutte contre le VIH/Sida. « L’épidémie est modérée et en déclin au Sénégal. Aujourd’hui, les personnes qui vivent avec le VIH, sont environ 39.400 dont 3.900 enfants. Les femmes sont plus touchées par la maladie. Elles sont au nombre de 2118 et 14320 pour les hommes», a indiqué Dr Cheikh Bamba Dièye de l’Unité de suivi-évaluation, Secrétariat exécutif du Cnls. En effet, le VIH/Sida touche beaucoup plus les jeunes. 

«Plus 8 sur 10 nouvelles infections surviennent chez les moins de 35 ans. Les facteurs explicatifs sont relatifs à une faible connaissance du VIH et des IST ainsi que leurs modes de préventions, des rapports sexuels avant 15 ans, un faible accès au dépistage», montrent les données du Cnls. Si chez certaines populations clés comme les professionnelles du sexe, il est constaté une tendance à la baisse de la prévalence, ce n’est pas le cas chez les personnes ayant des rapports sexuels avec les hommes où «la prévalence est passée de 21,8% à 27,6% de 2007 à 2017».

Il existe aussi des régions où le taux de prévalence est supérieur à la moyenne nationale comme Kolda et Ziguinchor en raison de leur proximité avec des pays limitrophes dont le taux de prévalence reste élevé comme la Guinée Bissau.

Une personne avec une charge virale indétectable ne peut plus transmettre le VIH

Même si les chiffres sont encourageants en ce qui concerne le VIH, la lutte continue face à la discrimination et la stigmatisation qui persistent. C’est pourquoi, le Cnls a adopté une nouvelle stratégie de lutte qui s’articule autour d’un plan stratégique (2018-2022) qui vise la réduction des nouvelles infections et de la mortalité. Sur ce, deux objectifs sont visés. Il s’agit, entre autres, de l’élimination de la transmission mère/enfant, de l’accélération du traitement pour tous. En effet, un traitement continu de la maladie permet d’avoir une charge virale indétectable. Dans ce cas, le malade ne pourra plus transmettre le VIH et c’est grâce aux progrès des traitements. La charge virale est dite indétectable quand la quantité d’un virus dans le sang est en dessous d’un certain seuil. La personne demeure toutefois porteuse du VIH et doit continuer de suivre son traitement.

Mariame DJIGO

Comments are closed.