Sommet Afrique-France à Montpellier : Le diagnostic de Sobel Aziz Ngom

0
106

Invité de l’émission Objection de la radio Sud fm (privée) hier, dimanche 17 octobre, Sobel Aziz NGom, président du Consortium jeunesse Sénégal s’est prononcé sur le Sommet Afrique-France en début du mois d’octobre à Montpellier. Estimant que cet « exercice a permis à la jeunesse africaine de pouvoir porter sa voix auprès de ceux qu’elle accuse d’être coupables d’un grand nombre de leurs difficultés », il a tout de même soulevé un certain nombre de griefs relatifs à la tenue de cette rencontre.

Le président du Consortium jeunesse Sénégal jette un pavé dans la mare du Sommet Afrique-France qui s’est tenu les 7, 8 et 9 octobre dernier à Montpellier. Interpellé hier, dimanche 17 octobre, lors de son passage dans l’émission objection de la radio Sud fm (privée) sur cette rencontre, Sobel Aziz NGom bien que soulignant que cet « exercice a permis à une jeunesse qui ne sent pas qu’elle a une voix, de pouvoir porter sa voix auprès de ceux qu’elle accuse d’être coupables d’un grand nombre de leurs difficultés », a tout de même soulevé un certain nombre de griefs relatifs à la tenue de cette rencontre.

Le premier souligne-t-il est relatif à des « considérations politiques profondes » qui, selon lui, «font que la discussion entre Macron et la jeunesse africaine est perçue très différente que celle que Obama avait eu avec la jeunesse africaine en 2014»

Poursuivant son propos, le président du Consortium jeunesse Sénégal n’a pas également manqué d’exprimer ses réserves sur certaines revendications soulevées par les onze (11) jeunes qui «ne doivent pas être portées nécessairement à d’autres acteurs qu’aux nôtres, à d’autres chefs d’État qu’aux nôtres ». « Je pense qu’un grand nombre de choses qui ont été soulevées sont quand même dans les capacités de nos représentants (chefs de l’État) », a-t-il fait remarquer.

Loin de s’en tenir là, Sobel Aziz NGom n’a pas manqué de déplorer également l’absence des jeunes Français lors de ce sommet, une chose qui, selon lui, a fait que cette rencontre n’a pas permis d’échange entre les peuples. « Il y a un échange un gouvernement et des peuples et ça, c’était une grosse erreur parce qu’aujourd’hui, la situation de la relation entre la France et l’Afrique n’est pas une situation de relation de peuple mais une situation de relation d’état. », a-t-il souligné avant de faire remarquer.

« Normalement des peuples influencent des Etats mais le peuple français est ignorant de la majorité des maux que cause la France dans le monde et surtout de son histoire et du rôle que les uns et les autres notamment les Sénégalais ont joué dans son histoire dans les libertés et les avantages qu’ils ont aujourd’hui ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply

%d blogueurs aiment cette page :