Somone – signature de conventions collective offshore et celle de la pêche : Madame Fatou Diouf loue des avancées significatives

0
174

Madame Fatou Diouf, le ministre des Pêches, des Infrastructures maritimes et portuaires, a présidé, à la Somone, une rencontre portant sur la signature de la Convention collective offshore ainsi que celle consacrée à la pêche. Les syndicats et les différents acteurs ont participé à  cette rencontre.

Madame Fatou Diouf, le ministre des Pêches et des Infrastructures maritimes et portuaires, a placé la rencontre sous le signe de la consécration ou l’aboutissement d’un processus. A l’en croire, c’est le fruit de travaux de mise en place de la Convention collective de la Marine marchande fixant les conditions d’emploi des marins ou de gens de mer employés à bord des navires/unités offshore opérant dans les activités pétrolières et gazières offshore au Sénégal. Selon lui, le gouvernement du Sénégal se réjouit de l’aboutissement de la négociation de la Convention collective entrant en droite ligne avec ses orientations. Elle est aussi l’expression de la prise en charge des besoins des acteurs du secteur maritime.

Madame Fatou Diouf a souligné l’importance de la Convention collective offshore répondant à une exigence de conformité par rapport aux dispositions de la Convention maritime de 2006 de l’Organisation internationale du travail (OIT), ratifiée par le Sénégal. Pour le ministre des Pêches et des Infrastructures maritimes et portuaires, un vide juridique est comblé dans le secteur pétrolier et gazier, contribuant à l’attractivité du secteur maritime se dotant d’un instrument de conformité juridique. Le fait participe,  selon elle, à l’apaisement du climat social pour les gens de mer en activité. Elle a vu la présente convention comme un outil de plaidoyer pouvant susciter des vocations chez les jeunes.

Concernant la seconde convention fixant les conditions d’emploi des officiers et marins de la Marine marchande, section pêche, Madame le ministre a rappelé le caractère déphasé de la convention du 1er mars 1976 de la première génération d’acteurs. A l’en croire, son application, au bout de 48 ans, a montré son déphasage avec l’évolution du contexte économique et social, les normes internationales du travail, les nouvelles fonctions à bord des navires et les nouveaux types de pêches et de navires. La réactivité du ministère des Pêches, suite à la dénonciation des syndicats autour de la plate-forme à travers 24 articles sur 70.

Des actes diligente de l’Agence nationale des affaires maritimes ont permis la tenue de rencontres d’échanges avec l’ensemble des parties prenantes sur les dispositions en cause, la classification des emplois et le régime indemnitaire des marins pêcheurs pour une amélioration des conditions de vie et du travail. Ainsi, il a été retenu la déclaration de préavis de huit jours à un mois pour les marins, de 8 mois pour les agents de maîtrise et de 3 mois pour les officiers. Il y a aussi le paiement d’une nouvelle prime forfaitaire de pêche fixée à 65.000 FCFA pour les marins sénégalais employés à bord des navires à bord des navires étrangers. Il s’y ajoute aussi le relèvement des primes et celui de chaque emploi à la catégorie immédiatement supérieure. Le ministre a considéré les dispositions comme une caution pour un travail décent, une valorisation de la formation et de l’employabilité, pour mettre en ligne de mire le Sénégal sur la liste blanche de l’Organisation maritime internationale (OMI).

Samba Niébé BA

Leave a reply