Sonko face au Doyen des juges : Dakar Bunkerisée

0
402

Le premier face-à-face entre le Doyen des juges d’instruction et le leader de Pastef, Ousmane Sonko dans l’affaire de viol présumé qui l’oppose à Adji Sarr s’est tenue hier, jeudi 3 novembre, dans une ambiance de forte présence sécuritaire. Nonobstant la déclaration du leader de Pastef invitant ses militants à garder le calme et à rester chez eux, les autorités ont déployé un important dispositif sécuritaire aux abords de tous les points stratégiques de la capitale et sa banlieue. Au niveau de la plupart des ronds-points, des éléments de la Gendarmerie et du Groupement mobile d’intervention de la Police nationale (Gmi) sont positionnés avec une impressionnante logistique anti-émeute. Aux abords du Palais de Justice Lat Dior de Dakar où s’est tenue cette première audition du maire de Ziguinchor, deux cordons de sécurité ont été déployés le premier étant composé par le Gmi aux abords du bâtiment et le second par les Gendarmes armés également jusqu’aux dents de matériels anti-émeute. Et pour une première fois, on a également noté la présence dans ce dispositif sécuritaire déployé aux alentours du Palais de justice des ambulances de la Brigade nationale des Sapeurs-pompiers et des bus. Sur ces lieux, tous les justiciables qui avaient des rendez-vous ont été éconduits avant même l’annonce officielle de l’annulation de toutes les audiences qui étaient programmées pour ce jour du jeudi 3 novembre. S’agissant des journalistes, ils ont été cantonnés dans le parking payant du Palais de justice se trouvant en face de la porte principale.

Sonko escorté par des véhicules blindés de la Bip

Alors que son audition avec le Doyen des juges était prévue à midi, le leader de Pastef est arrivé au Palais de justice avec une avance d’une vingtaine de minutes. Accompagnés de deux de ses avocats, en l’occurrence Me Ciré Clédor Ly et Me Khoureychi Ba, le maire de Ziguinchor qui était habillé d’une tenue traditionnelle de couleur blanche assortie d’un bonnet de couleur marron est entré par la deuxième porte se trouvant du côté de l’ambassade du Japon. Sur la route du tribunal, le cortège du leader de Pastef composé de 4 véhicules types 4X4 était escorté par deux blindés de la Brigade d’intervention polyvalente de la Police nationale dont l’un était place à l’avant et l’autre à l’arrière.

N C Gomis

 

Leave a reply