Soudan : Djeddah accueille les pourparlers entre les parties belligérantes

0
531

(APA)- L’Union africaine (UA) et l’Autorité intergouvernementale pour le développement (Igad) ont appelé dimanche les groupes armés soudanais à saisir l’opportunité de leur premier face-à-face en Arabie Saoudite.

Les pourparlers sur la trêve humanitaire entre les représentants des Forces armées soudanaises (SAF) et des Forces de soutien rapide (FSR) ont débuté samedi à Djeddah.

« Nous saluons la présence de représentants des Forces armées soudanaises et des Forces de soutien rapide dans la ville de Djeddah, pour engager un dialogue qui, nous l’espérons, conduira à la fin du conflit et au retour de la sécurité et de la stabilité en République du Soudan », s’est réjoui, sur Twitter, le prince Faisal bin Farhan Al Saud,  ministre saoudien des Affaires étrangères du Royaume d’Arabie saoudite.

Les deux parties ont déclaré qu’elles discuteraient d’une trêve humanitaire, mais pas de la fin du conflit.

Le secrétaire exécutif de l’Igad, Workneh Gebeyehu, a déclaré « suivre de près » les pourparlers sur le cessez-le-feu humanitaire. Il a exhorté « les deux parties à saisir l’occasion des pourparlers en face à face pour faire taire les armes ».

L’Arabie saoudite et les États-Unis ont facilité les négociations en cours en vue d’un cessez-le-feu.

Une trêve humanitaire est « une question d’urgence », a déclaré samedi le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, dans un communiqué.

Il s’agit d’une « première étape pour permettre l’acheminement immédiat de matériel de secours afin d’alléger les souffrances des civils soudanais », a ajouté M. Mahamat.

Le président a également invité les deux parties à convenir rapidement de l’ouverture de couloirs humanitaires afin de faciliter la distribution de fournitures essentielles et le rétablissement des services.

Il est également impératif que les deux parties fassent taire définitivement les armes dans l’intérêt suprême du peuple soudanais, a-t-il souligné.

Le général Mohamed Hamdan Daglo, qui dirige les forces de de soutien rapide, a déclaré sur Twitter que le groupe appréciait tous les efforts visant à établir un cessez-le-feu et à fournir de l’aide au peuple soudanais.

Il a également insisté sur le fait que les RSF étaient engagée dans « la transition vers un gouvernement dirigé par des civils », déclarant que le groupe « espérait que les discussions atteindraient les objectifs prévus ».

Le général Daglo, mieux connu sous le nom de Hemeti, est engagé dans une lutte de pouvoir acharnée avec le commandant de l’armée soudanaise, le général Abdel Fattah al-Burhan, président de facto du pays.

Les pourparlers de samedi ont lieu alors que des affrontements se poursuivent dans la capitale soudanaise, Khartoum.

Des centaines de personnes ont été tuées et près de 450 000 civils ont été déplacés depuis le début des combats il y a trois semaines.

Leave a reply