Souriez, C’est jeudi ! France : Rouen, (Normandie) pépinière des cadres sénégalais, par Alassane THIAM

0
174

Rouen, capitale de la Normandie, ville portuaire, a toujours été un des bastions d’immigrés sénégalais pour des raisons liées à son industrialisation : filatures, usines automobiles, chimiques, etc.

Cette cité appelée, «Ville aux cent clochers», en raison d’un nombre important d’églises, a vu naitre d’illustres écrivains, Gustave Flaubert, Hector Malot, c’est aussi le lieu où Jeanne D’arc a été brulée le 30 mai 1431.

 Vers les années 70, des étudiants sénégalais sont venus à Rouen, non pas par intérêt pour ces personnalités nommées ci-dessus, mais pour poursuivre leurs études à la faculté de Rouen, située à

Mont-Saint Aignan.  Notons que, Mongo Béti, écrivain camerounais, a également enseigné dans un lycée d’élite de Rouen.

Léopold Sédar Senghor, ancien Président de la République du Sénégal, qui n’a pas effectué ses études en Normandie, a épousé une normande de Basse Normandie. Il a néanmoins permis, avec le soutien de l’ancien maire Jean Lecanuet, la construction d’un foyer de sénégalais qui porte le nom de El Hadj Omar; il a également nommé un consul honoraire, Pierre Lendemaine qui a beaucoup contribué à l’arrivée des immigrés et de certains étudiants dans cette ville située à 150 kilomètres de Paris.

Beaucoup de cadres sénégalais (qui se reconnaitront), ont poursuivi leurs études supérieures dans cette commune et ont créé des entreprises, ou occupent des postes de responsabilité dans les grandes entreprises sénégalaises, telles que les Assurances, Banques, Presse, etc. Ils sont également enseignants dans le supérieur, médecins…  Ils ont été ministres ou occupent actuellement des postes ministériels.

Senghor a tracé une route précieuse pour cette communauté d’étudiants et a fait de Rouen une ville ouverte pour la formation des cadres sénégalais. Beaucoup d’étudiants continuent de solliciter dans «Campus France», l’université de Rouen. Il ne faut pas se méprendre car, la faculté de Rouen n’est pas le seul ascenseur social pour réussir au Sénégal, mais le nombre important de cadres qui ont transité par l’université de Mont Saint Aignan vient nous renseigner que la terre normande est fertile pour produire des cadres sénégalais. Actuellement, trois de ses anciens pensionnaires, sont ministres dans le gouvernement de Macky Sall, sans compter le nombre important de chef d’entreprises d’enseignants, de médecins, etc.

L’ESIGELEC, école de formation d’ingénieurs, accueille actuellement beaucoup de futurs ingénieurs sénégalais. Nous pouvons dire que Rouen et Dakar continuent de poursuivre cette aventure qui dépasse largement la dimension de la formation mais, s’inscrit dans les échanges culturels et humains.

Comments are closed.