Soutien aux pays africains : le Japon compte décaisser 30 milliards de dollars

0
1263

Le Premier ministre nippon Fumio Kishida, a  annoncé que le Japon va décaisser 30 milliards de dollars  pour soutenir les pays africains. Il s’exprimait lors de la huitième édition du sommet de la Ticad (Sommet international de Tokyo pour le développement en Afrique) qui  s’est tenu les 27 et 28 août à Tunis.  

Pour les trois prochaines années, le Japon compte mobiliser près de 30 milliards de dollars pour venir en aide aux pays africains. L’annonce est du Premier ministre japonais, Fumio Kishida. Il s’exprimait lors de la huitième édition du sommet de la Ticad (Sommet international de Tokyo pour le développement en Afrique) qui  s’est tenue les 27 et 28 août à Tunis.  « Les secteurs public et privé au Japon fourniront un soutien aux pays africains d’environ 30 milliards de dollars au cours des trois prochaines années », a annoncé le Premier ministre japonais. Il concerne plusieurs domaines dont la croissance verte, la santé, l’éducation, les ressources humaines, l’agriculture, et l’encouragement à l’investissement.
Prenant part à ce sommet de deux jours,  le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall par ailleurs président  en exercice l’Union africaine  a demandé au secteur privé japonais de booster son investissement  en Afrique. « Le Japon et son secteur privé ont les capacités technologiques et financières nécessaires pour établir des partenariats en Afrique dans des domaines aussi variés que les infrastructures, le transport, l’habitat », a déclaré M. Sall. Il demande surtout au secteur privé de ce pays de dupliquer le modèle de développement japonais en l’adoptant sur le continent africain.
« On ne peut pas réinventer la roue. Il s’agit d’adapter sa mise en place sur le continent africain. Il n’y a rien de nouveau qui puisse vous empêcher de développer ensemble ce continent », a plaidé le chef de l’Etat soutenant que l’Afrique a des atouts et des opportunités. Pour cela, il explique qu’il faut poursuivre l’amélioration de l’environnement des affaires en Afrique notamment le cadre légal et réglementaire mais aussi la formation des ressources humaines de qualité, poursuit-il.
Par ailleurs, il souligne qu’il serait important de mettre en place des mécanismes de financements nouveaux appropriés pour accompagner les entreprises japonaises en Afrique. « Nous devons, ensemble, davantage travailler à mieux faire connaître aux entreprises japonaises les opportunités d’investissement en Afrique et améliorer la perception du risque sur le continent », laisse-t-il entendre.

NDEYE  AMINATA CISSE

Leave a reply