Souveraineté alimentaire : Vers une réforme foncière prenant en compte les exploitations familiales

0
226

(Aps)-Le Secrétaire d’Etat aux coopératives et à l’encadrement des paysans a souligné lundi, la nécessité d’aller vers une réforme foncière prenant en compte l’apport des exploitations agricoles familiales pour atteindre la souveraineté alimentaire.

”Nous savons qu’on ne peut pas parler de souveraineté alimentaire, sans parler de l’apport des exploitations familiales. Donc, il est important que leurs ressources productives de base soient sécurisées par elles-mêmes, d’où l’intérêt d’aller vers une réforme foncière”, a déclaré Alpha Ba.

Il présidait un atelier national portant sur ‘’la bonne gouvernance foncière, gage d’une souveraineté alimentaire du Sénégal’’, organisé par le Cadre de réflexion et d’action sur le foncier au Sénégal (Crafs) qui se tient du 27 au 28 mai à Dakar.

D’après M. Ba, 90% de la production agricole au Sénégal est assurée par ces exploitations familiales dont l’outil de base est le foncier.

”Quand on parle de sécurisation de ressources productives, cela signifie pour nous, venir à ces genres de rencontres discuter avec eux, réfléchir avec eux pour prendre en compte leurs propositions. Et voir avec les orientations politiques de l’Etat comment aller vers un consensus qui puisse nous permettre d’aller vers une réforme foncière”, a-t-il expliqué.

”Le foncier est géré par la loi sur le domaine national qui date de 1964. Dans cette loi, certes il y a des aspects positifs mais il y a des aspects dont il faudrait interroger”, a rappelé le Secrétaire d’Etat aux coopératives et à l’encadrement des paysans.

Cet exercice est d’autant plus ‘’nécessaire’’ de l’avis de M. Ba dans la mesure où le régime sortant avait initié des réflexions qui avaient abouti à l’élaboration d’un document de politique foncière.

”Et pour nous, c’est de voir en collaboration avec des organisations de la société civile, comment sortir ce document, là s’il y a lieu de l’actualiser, on le fait, s’il est à jour, qu’on part de ce document pour aller vers une réforme foncière voire une législation foncière’’, a expliqué Alpha Ba.

”On parle d’une réforme foncière qui est inclusive, transparente et qui s’inscrit dans la durabilité des ressources naturelles”, a-t-il précisé.

Avant la réforme foncière, le Secrétaire d’Etat aux coopératives et à l’encadrement paysan annonce la tenue du Conseil d’orientation agrosylvopastoral, une vieille revendication des organisations paysannes au Sénégal et de la société civile.

Il a indiqué, avoir, dès sa nomination, affiché sa volonté pour que ce conseil puisse se tenir ”dans les plus brefs délais”.

”Nous sommes en train de travailler avec toutes les organisations de la société civile pour aller vers la révision de la loi agrosylvopastorale qui constitue le cadre normatif de base de tout ce qui doit se faire dans le milieu rural”, a informé Alpha Ba.

”Nous pensons que si nous parvenons à aller vers une loi stabilisée dans les plus brefs délais, le président de la République pourra convoquer ce conseil afin de donner une place prépondérante à ceux qui constituent la mamelle du Sénégal à savoir les acteurs du secteur primaire”, a défendu le Secrétaire d’Etat aux coopératives et à l’encadrement paysan.

Selon lui, le Conseil est un moment de transmettre sans intermédiaire les préoccupations au président de la République pour que l’Etat puisse s’atteler à les régler. ”C’est quelque chose d’important qui est prévu dans notre dispositif”, a-t-il dit, concluant: ”Et nous espérons pouvoir le tenir avant la fin de l’année civile en cours”.

Leave a reply