Stabilité des prix: L’inflation importée, maitre du jeu !

0
163

Les mesures de stabilité des prix des produits de consommation courante initiées par le gouvernement de façon à impacter positivement les ménages sénégalais, corrélativement à la conjoncture internationale risquent de ne pas porter tous leurs fruits en raison de l’inflation importée qui conditionne le marché.

L ’invite faite par le président de la République en conseil des ministres du mercredi dernier au ministre du Commerce… Aminata Assome Diatta et au ministre des Finances et du budget Abdoulaye Daouda Diallo aux fins de veiller à l’application stricte des mesures prises par le gouvernement pour assurer la stabilité des prix des produits de consommation courante sur l’ensemble du territoire national est volontariste mais peu évidente. Ce, à la suite d’un renoncement des recettes de l’Etat de l’ordre de 47 milliards de FCFA, tirés essentiellement de la suspension de la taxe conjoncturelle à l’importation (Tci) sur le sucre cristallisé importé; de la réduction de la taxe d’ajustement à l’importation qui passe ainsi de 10 à 5% sur les huiles brutes importées; du maintien de la Tva à 0 % sur le riz; de la suspension des droits de douane sur le blé; de l’application d’un taux de 0% de Tva sur la farine de blé; et du rétablissement des stades de commerce entre autres niches fiscales.

Ces mesures visent à impacter significativement le pouvoir d’achat des ménages déjà éprouvés par la hausse des prix des denrées alimentaires. Ce qui porte à croire que le chef de l’Etat est sensible à la dure situation qu’éprouvent ses concitoyens. Mais, à voir de près, toutes ces mesures s’adressent à l’importation. Donc, soumis à la conjoncture internationale qui s’est déclenchée depuis le début de la crise sanitaire. Dans la dynamique de donner corps à l’effort de guerre alimentaire, le chef de l’Etat Macky Sall a engagé le gouvernement à poursuivre le soutien énergique de préservation du pouvoir d’achat des ménages, en luttant contre toute spéculation, rétention de stock ou augmentation indue des prix des produits et services essentiels, notamment le loyer et dont le système de régulation doit être évalué et amélioré de façon concertée. Seulement, ces béquilles risquent de céder au poids de la conjoncture internationale qui esseule le monde depuis l’avènement de la pandémie de la covid-19.

DES MESURES DE SOUTIEN LARGEMENT TRIBUTAIRES A LA LOI DU MARCHE

En demandant à ses subalternes de travailler à la stabilité des prix des produits de consommation courante, le président Sall semble ignorer qu’en matière d’inflation, seule la Banque centrale des Etat de l’Afrique de l’ouest (Bceao) pour ce qui nous concerne (zone Umoa) est habilitée, à travers sa politique monétaire, à assurer la stabilité des prix. De fait, la politique monétaire peut permettre de maîtriser efficacement le niveau des prix sur le moyen et le long terme, alors que ses effets sur la production réelle ne sont que transitoires.

En outre, le maintien de la stabilité des prix, en réduisant l’incertitude sur les décisions d’investissement et de consommation, contribue également à réduire la volatilité de la production. En clair, c’est la Bceao qui injecte sur le marché financier, à travers son paysage bancaire une masse monétaire à des taux préférentiels de 2% pour qu’en définitive celles-ci refinancent à des taux soutenables pour l’économie. Face à cette situation de conjoncture mondiale, l’Etat n’ayant pas de mécanisme direct de contrôle des prix des produits, donc confronté à l’inflation importée, il ne saurait être le maitre du jeu. Aujourd’hui, tous les pays sous-développés sont confrontés par l’inflation importée qui est différente de l’inflation par les coûts, de l’inflation par les prix, et de l’inflation par la demande. Or, dans ces pays, la majeure partie des produits que nous consommons sont importés. Et dans une telle situation de dépendance alimentaire, on ne peut que supporter les coûts de production de ces produits. Or, dans ces pays la crise sanitaire a impacté ses pays producteurs. Donc, c’est dire que l’idée d’arriver à stabiliser les prix des produits de consommation courante sera chose très difficile à encourager. Et ce, même en dépit des mesures d’assouplissement des prix sur les denrées alimentaires. Autres facteurs et pas des moindres, la montée du prix du baril de pétrole, le coût des frets maritimes et la cherté des matières premières (intrants) qui concourent à la production des produits doivent être pris en compte.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply