Stupeur et colère à Sangalkam : le maire arrêté, envoyé devant le procureur puis libéré

0
165

Le maire de la commune de Sangalkam, Alpha Bocar Khouma Alias Pape Sow a été arrêté et déféré devant le procureur, suite à une affaire foncière. Ses partisans dénoncent et par parlent d’une cabale politique orchestrée par le camp du pouvoir qui n’a de cesse de harceler leur édile pour qu’il rejoigne son bord. Il faut toutefois noter que le calme est revenu tard dans la nuit suite à sa libération.

La commune de Sangalkam a vu sa quiétude perturbée par des populations en colère qui ont brûlé des pneus et bloqué la circulation pendant quelques heures hier, mercredi 22 juin. A l’origine de cette situation, la convocation du maire la commue par la DSCOS, puis son déferrement le procureur de la République, en fin de journée. En effet, Alpha Bocar Khouma Alias Pape Sow a été déféré, un peu avant 19 heures, après plusieurs heures d’audition au niveau de la Direction de la Surveillance et du contrôle de l’occupation du sol de Rufisque. Selon les premières informations, c’est une affaire foncière qui serait à l’origine de cette convocation. En effet, selon toujours nos sources, le maire est cité dans une affaire de morcellement d’un terrain de 4 ha situé dans la commune et appartenant à la famille Gueye.  Une plainte déposée par un membre de la famille contre Alpha Bocar Khouma, élu sous la bannière de la coalition Yewwi Askan Wi a déclenché les choses. Selon les accusateurs, il n’avait pas mandat pour le morcellement. Mais d’autres voix prennent le contrepied et soutiennent que le maire avait bel et bien mandat du propriétaire du terrain en question. Et, pour les partisans du maire ceci n’est que le prolongement d’un combat politique entamé depuis les élections locales sanctionnées par la victoire de Pape Sow, sur l’ancien maire et ministre de la République. Il s’agirait d’un énième acte d’une cabale politique contre le maire qui, subit, depuis lors des pressions, des intimidations et des manœuvres pour rallier le camp de la coalition au pouvoir. Chose qu’il a jusqu’ici refusé, en réitérant son ancrage dans la coalition YAW, promettant de travailler à la victoire de sa liste pour les prochaines législatives. Ses partisans dénoncent un acharnement et exigent sa libération, sans délai. Faute de quoi, ils feront d’autres actions.

Dans un communiqué, le « Mouvement Fippu Taxawu Commune Sangalkam » a condamné cette arrestation et parle d’une « conspiration indigne d’Etat qui se veut démocratique » et qui traduit « l’aboutissement d’un chantage permanent dont le nouveau Maire de Sangalkam est victime depuis son élection, le 23 janvier 2022, sous la bannière de Yewwi Askan Wi ».

Dans le communiqué, les membres du mouvement rappellent que « depuis qu’il a décliné l’offre de Macky Sall de rejoindre le camp présidentiel, il subit toute sorte de chantages et de complots visant à saborder sa mission en tant que Maire ». Le communique accuse le maire déchu d’être derrière cette cabale et appelle la population de la commune à se mobiliser pour barrer la route à toute «tentative de confisquer la volonté populaire que reflètent les résultats issus des urnes, au soir des élections territoriales du 23 janvier passé». A noter Alpha Bocar Khouma Alias Pape Sow a été finalement libéré tard dans la soirée.

WORE NDOYE

Leave a reply