Succès du Sénégal au chan, plan de développement annonce par l’Etat : le plaidoyer des acteurs pour booster le football local

0
815

 Le premier succès décroché au championnat d’Afrique des nations a donné une nouvelle orientation, notamment au football  local considéré à tort ou à raison comme le parent pauvre du football sénégalais. Le constat est unanime chez les observateurs au vu de l’absence chronique des clubs sur la scène internationale mais aussi des difficiles conditions financières de ces clubs et des joueurs.  Dans cet élan, les acteurs  ont fini de faire le plaidoyer pour le football local et son développement.  Des doléances formulées aussi par la Fédération sénégalaise de football, des joueurs et techniciens qui ont déjà trouvé une oreille attentive  du  président de la République Macky  Sall  à travers le programme national de soutien au football local annoncé lors de la réception des Lions au Palais présidentiel.

Les résultats positifs engrangés par l’équipe nationale locale au CHAN en Algérie va susciter  une nouvelle dynamique pour le football sénégalais et particulièrement pour le football local. Les acteurs sont presque tous unanimes sur la nécessité de booster, de mieux  structurer et de valoriser le label local. Pour Mohamed  Ghandour, consultant football à la Télévision sénégalais, la victoire  des Lions,  fruit du travail effectué par les clubs,  doit permettre au football sénégalais d’aller aujourd’hui  très loin. « Le Jaraaf et Casa sports  étaient revenus au-devant de la scène africaine. Teungueth FC a fait du bon travail. Guédiawaye FC  est encore là et c’est important.  Il faut ensuite féliciter les clubs académiciens que ce soit Diambars, Dakar sacré cœur, Génération foot. Ils ont apporté leur pierre à l’édifice. Le Sénégal est sur le toit de l’Afrique. On a fait un  doublé historique. Le Sénégal sort aujourd’hui des joueurs qui sont dans le top mondial et le top africain. On ne peut que continuer à travailler. Il faut aller encore plus loin », note-t-il.

« Le trophée au Chan vient régler et remettre de l’ordre dans le championnat local »

Poursuivant son analyse, le consultant estime que cette consécration devrait permettre de revaloriser et restructurer. « Le trophée au Chan vient régler et remettre de l’ordre dans le championnat local et remettre de la structure dans nos clubs nationaux.  Il faut revoir le salaire des joueurs. Il faut le revaloriser. Quand je parle des joueurs, je pense  à tout ce qui est autour. Je veux parler des coachs, du staff technique. Il faut revoir et redonner de la valeur à ce championnat national. Parce que, aujourd’hui, il nous a donné satisfaction. Il faut restructurer le championnat. Il faut revoir le salaire des joueurs. Il faut remettre l’outil de travail. Un mauvais acteur  dans un mauvais rôle ne pourra pas faire une bonne prestation. Il faut donner un sens au travail de nos coachs nationaux. Nos deux coachs qui ont remporté la CAN et le CHAN ont démontré  que l’expertise locale est là. Il faut continuer et faire confiance aux enfants du pays, aux footballeurs, aux anciens professionnels qui ont donné tout pour ce pays. Il faut toujours accompagner. Je crois que la Fédération sénégalaise de football est en train de le faire », avance-t-il.

S’il se réjouit du résultat,  l’ancien international et consultant à la RTS, Cheikh Sidy Ba, a embouché la même trompette en plaidant pour un appui accru afin de  permettre aux clubs, nonobstant leur statut de professionnel, d’être plus forts.« Il faut dire bravo au championnat  local mais il y a beaucoup d’efforts à faire. Le trophée peut être une source de motivation et d’inspiration. Il faut dire aux autorités de ce  pays  que le football local a besoin d’un coup de pousse. Parce que cette équipe nationale est l’émanation de nos clubs. On voit que nos clubs n’arrivent pas dans les compétitions internationales. Ils n’arrivent pas à faire des résultats. Donc il y a des problèmes et il faut les régler. On doit donner plus de force à nos clubs. Que ce soit sur le plan de l’organisation financière et technique. Quand le Sénégal gagne ce trophée devant des grandes nations africaines, cela veut dire qu’il y a de la matière. On a besoin de l’accompagnement de l’Etat pour faire des résultats », indique-t-il.

« Donner la possibilité à nos footballeurs, de pouvoir bénéficier de ce football »

Si les résultats sont  le signe également d’une certaine stabilité au sein des différentes sélections nationales, Mayacine Mar, directeur technique national, résumera en quelques mots les écueils qu’il faudrait lever pour booster le football local.  « Tous les résultats sont le fruit d’un travail qui se fait en amont. Aliou Cissé, Malick Daff et  les autres sont là depuis cinq à six ans. Parce que nous estimons que pour avoir  de bons résultats. Il faut être stable car les matchs ne se gagnent pas sur le terrain mais avant de venir. Pour cela, c’est tout une logistique qui est mise sur place, l’anticipation », confie-t-il, avant d’ajouter :  « On ne peut pas voir en 2022 et 2023 des salaires de 100 et 150.000 mille dans les clubs, Ce n’est pas normal. Les joueurs doivent avoir des salaires de 1 million ou 1, 5 million. A l’image des entraineurs qui sont à ce niveau aujourd’hui. L’accompagnement de l’Etat, c’est à ce niveau, c’est donner la possibilité à nos footballeurs qui jouent dans ce championnat local, de pouvoir bénéficier de ce football », exhorte-t-il

Le plan de développement de l’Etat pour une nouvelle dynamique

Ce plaidoyer a trouvé un écho  au palais de la République. Le président de la République a eu une oreille attentive après les doléances formulées par le président de la Fédération sénégalaise de football, des joueurs et techniciens. En plus des primes et des terrains offerts aux Champions d’Afrique, le Chef de l’État a annoncé un plan national de développement du football où les clubs pourront bénéficier de l’appui du secteur privé comme public pour sponsoriser les activités du football local. «Il y a donc du sens à poursuivre nos politiques publiques de soutien, d’équipement et d’encadrement pour le plein épanouissement de notre jeunesse sportive. Je demanderai au ministre des Sports en liaison avec la fédération et les équipes de me proposer un programme national de soutien au football local.  Il devra intégrer l’appui du secteur privé, des entreprises publiques également pour le sponsoring de notre football local afin de renforcer les moyens de ces équipes. Mais l’État pourra appuyer directement les professionnels », a  promis le Chef de l’État.

Omar DIAW

Leave a reply