SUD MAG N°10 Août 1988

0
10239

SOMMAIRE

DOSSIER SANTE                            L’impuissance sexuelle vaincue (Voir supplément santé)

SENEGAL                                        Une nouvelle crise de l’opposition

MAI 68 : Comment c’est arrivé.

MALI                                                Traoré réforme la gabegie

AFRIQUE DU SUD- ISRAEL           L’alliance des parias.

GUINEE                                            L’unité de la gauche.

ECONOMIE                                       Oscars des managers

Produire et échanger Afrique

COMMUNICATION                                                PANA

Un créneau porteur

ENVIRONNEMENT                                               Irradiation des aliments

                                                                                         Une solution aux pertes post- récoltes

DOCUMENT                                                            Une révision de l’histoire coloniale française

 

COURRIER

 S’il vous plait, dites-nous …

Lecteur assidu et acharné de vos publications (Sud Magazine et Sud Hebdo) je tiens à vous exprimer mon entière satisfaction qui a pour corollaire une totale fidélité.

Je voudrais dans la foulée vous poser un faisceau de questions relatives à une brillante plume parmi vous qu’on n’a pas malheureusement rencontrée dans votre dernier numéro. Il s’agit du journaliste Babacar Justin Ndiaye. J’ai été accroché et impressionné par la profondeur, la hauteur, l’originalité et la pertinence de ces analyses au-dessus de tous les catéchismes politiques et de toutes les chapelles idéologiques.

En outre sa poly-aptitude (il a écrit sur l’Iran, Haïti, la Mauritanie et la Guinée) laisse songeur. Voici mes questions: M. Babacar Justin Ndiaye est-il un compatriote ou un étranger ?  Se cache-t-il sous un pseudonyme ?

Enfin son magistral libre-opinion » sur la Mauritanie où il met en relief l’extrême vulnérabilité géostratégique de la Mauritanie a ébranlé ma sympathie pour les FLAM; une sympathie plus instinctive que raisonnée.

Dans l’espoir d’une réponse, je vous anticipe mes remerciements.

 

Sid ABDOUL

Directeur de l’Ecole de Koussan

Dept de Bakel – Région de Tamba

 NDRL: M Babacar Ndiaye (de son vrai nom) est bien un Sénégalais. Maître es­Lettres option histoire. Il a travaillé pour divers organismes et sillonne quasiment tout le continent africain. Il collabore depuis un an à  Sud Magazine.

  

DES MOTS ET DES MAUX

 Lecture présidentielle

Par Ibrahima Baaxum

« Je n’ai pas lu cet article. Je n’ai pas eu vent de cette affaire ».

Le chef de l’Etat a surpris bon nombre de ses compatriotes en déclarant · devant le Club de la Presse du Tiers-Monde, de RF!, tout ignorer des révélations pourtant explosives d’un journal sénégalais « le Cafard libéré » sur la crise scolaire et universitaire de son pays. C’était cinq jours après la parution de l’édition en question.

Nous n’avons aucune raison de douter de la sincérité du président Abdou Diouf. Et en cela qu’il y a quelque chose de grave. S’il est indispensable qu’un chef d’Etat soit indispensable soit. Renseigné, il est a fortiori inadmissible qu’il soit sous-informé.

Serait-il permis d’extrapoler et de croire que le président de tous les Sénégalais ne lit pas la presse –indépendante notamment- de son pays ? Absurde.

C’est pourtant incontestable. Le président de la République n’a de son pays que l’image que lui reflètent des bulletins de renseignement soigneusement nettoyés. Et d’aucuns arrivent à soutenir que la « bonne foi » de Diouf est simplement mal servie par des collaborateurs aux ambitions inavouées.

Entouré d’une cour élargie à des soutiens parfois sans· scrupules et s’appuyant sur un parti « toujours mobilisé derrière son secrétaire général », « Abdou Diouf a été plus d’une fois piégé en tant que président de la République, pour n’avoir été entretenu que des crevasses alors que le pays s’enfonce dans ses cratères.

Il n’est dès lors pas surprenant, que pris dans une ambiance surchauffée à la maison de son parti, il recevait feu vert pour un « deugueureul » (durcissement) dont les commanditaires n’eurent par la suite aucun  scrupule à laisser Diouf seul face à la pression populaire.

 

BREVES

 

L’ASIE GONFLE

La  population de l’Asie aurait atteint le chiffre impressionnant de 3 milliards d’habitants depuis le 10 août dernier. Selon forum des Parlementaires sur la population et le développement réuni à Tokyo récemment, la population de l’Asie était estimée à 2,996 milliards, le 1er juillet.  En l’an 2000, ce chiffre atteindra 3,697 milliards. 4,889 milliards d’âmes peupleront l’Asie en 2025.

LE ZAIRE EN OR

Les ventes zaïroises cumulées d’or et de diamants d’exploitation artisanale, se sont élevées au cours des 7 premiers mois de 1988, à 154,9 millions de dollars, contre 130,5 millions au cours de la même période l’an dernier, selon le Centre National d’Expertise (CNE) du Zaïre.

Selon les statistiques, l’on a accusé une baisse de 10% en quantité et de 6,6% en valeur par rapport à 1987.

Quant au secteur diamant, il a perdu 13 % en quantité, mais enregistré une hausse de 18% en valeur.

En juillet 1988, les ventes d’or brut se sont élevées à 322 kg (3,5 millions de dollars), contre 359,678 kg (4,1 millions de dollars). Durant le même temps, les ventes de diamants ont atteint 909 906, 83 carats (22,8 millions) contre 1 359 721 carats (11,6 millions de dollars)

DECOUVERTES NIGERIANES

Le Nigéria va bientôt fabriquer des vaccins contre la Méningite cérébro-spinale,  une « maladie qui fait fréquemment des ravages dans certaines régions du pays », a-t-on annoncé début août à Lagos, de source gouvernementale. Le gouvernement nigérian a également mis sur place une commission chargée de mener à bien des recherches, pour produire, d’ici la fin de l’année un vaccin contre le choléra, durable, efficace et aux effets secondaires minimes.

Le Nigéria est aussi en discussions avec le Royaume Uni, la Guinée, la RDA, la Yougoslavie et la Corée du Nord en vue de collaborer avec eux dans ces domaines.

 SIDA DU NOUVEAU

Un nouveau médicament destiné à « éponger » le virus du Sida avant qu’il ne parvienne à s’attaquer aux cellules du système immunitaire, a été testé in vivo pour la première fois à l’Institut national du Cancer (NCI) de Washington, puis les jours suivants à San Francisco et Boston.

Le médicament appelé « CD4 », qui est fabriqué par la firme Genentech Inc de San Francisco,  (Californie) est capable d’imiter une protéine du même nom et que l’on trouve dans l’organisme, à la surface des cellules immunitaires.

Pour cette première série d‘essais le CD4 a été administré par voie intraveineuse à des patients infectés par le virus du Sida, afin de déterminer quels sont les risques d’effets secondaires pour les humains.

Malgré l’incertitude concernant l’efficacité du CD4 pour enrayer le virus du Sida chez les humains, les chercheurs estiment qu’il s’agit d’un médicament révolutionnaire, même si l’avis général est pour l’instant que son action pourra être mieux combinée en relation avec d’autres médicaments comme l’AZT.

(Info AFP-Chine nouvelle)

 

  CHRONIQUE

 Délit d’imprévoyance

Par lbrahima BAAXUM

Et si « Cosmos 1980 » nous tombait sur la tête?

Mince, on n’y avait pas songé. C’est pourtant  du domaine du possible. Depuis que les scientifiques soviétiques ont perdu le contrôle du satellite de reconnaissance maritime, le danger est imminent. En attendant qu’on sache ou Cosmos échouerait sur terre, on peut dire que la menace est planétaire.

Les Américains prennent leurs dispositions et l’Europe a mis en branle un arsenal de protection. Les Japonais ne nous ont pas habitués à moins de prudence et les Soviétiques savent parfaitement à quoi s’en tenir. Seul reste exposé le Tiers monde, l’Afrique en tête.

Le commentateur de la télévision sénégalaise a subitement mis en exergue notre vulnérabilité.

 « Et si l’engin choisissait de tomber en Afrique ?  »

Autant dire que ce serait la catastrophe. Une de plus. Et comme toujours,  nous serions à faire les frais de l’avance technologique des autres, des préoccupations des autres, des hobbies et phobies des autres.

Les autres ? Tous ceux qui depuis longtemps, sinon toujours ont décidé de construire leurs pays, de développer leurs activités en toute indépendance, mais dans le souci premier de se placer devant tout le monde. La concurrence est devenue mondiale. Il faudra réussir ou périr. N’en déplaise aux trainards. Ils auront la place qu’ils méritent.

Tenez, voici une affaire qui, il y a quelques années avait indigné plus d’un universitaire africain. Un étudiant ressortissant du continent avait obtenu d’un jury français la mention « très honorable » pour sanctionner sa thèse de troisième cycle. Le travail était, assure-t-on, ce qu’il y a de plus médiocre. Mais qu’importe, devait-on se dire, après tout, l’Afrique n’étant pas exigeante avec elle-même … Nous sommes dans la logique coloniale. Le rapport reste de dominant à  dominé. La formation doit le refléter. Le transfert de technologie aussi. D’ailleurs tous les transferts y contribuent.

On parle beaucoup de déchets industriels toxiques. Moins souvent de déchets intellectuels. Presque jamais de déchets alimentaires. Voilà le grand mal, les déchets alimentaires. Les scandales éclatent de partout : lait de la Communauté européenne en Afrique de l’Est : irradié, lait yougoslave au Ghana : suspect, viande d’Europe surgelée et dépréciée en vente au  Sénégal: danger.

Les Sénégalais ne manquent pas d’humour. Ils ont rebaptisé certains véhicules d’occasion qui inondent le marché local de l’automobile. Certaine marque est devenue « Ailes de dinde ».  Ce n’est pas innocent. L’allusion à la volaille exprime une mauvaise qualité. Pas pour la marque, mais pour l’état des unités importées à très bon marché. Pour avoir rompu la relation dialectique entre la production et la consommation, nous voilà réduits à tout prendre, parfois avec le sourire idiot « d’imbécile  » satisfait d’avoir été dupé.

Il est simplement injuste de prétendre que les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent. L’inverse est plus couramment vérifié. Lorsque gouverner n’a d’autre synonyme que jouir, consommer devient une préoccupation première tandis que se meurt la volonté de produire. Consommer africain s’avère dès lors un slogan vide de sens.

Une personnalité allemande (RFA) qui rencontrait en avril dernier des journalistes africains les a interpellés sur la destination de l’aide que leurs pays reçoivent des pays donateurs. Et de manière fort pertinente. « Depuis plusieurs décennies, l’Afrique reçoit l’aide de pays développés. Apparemment pourtant, rien ne bouge et on a l’impression d’année en année, qu’il en faut davantage ».

Le plus gênant, c’était l’allusion à d’autres Etats sans ressources naturelles et qui, par le seul travail ont réussi à se placer dans le cercle des autosuffisants.

 

SENEGAL

 Le dialogue démocratique enfante une nouvelle crise de l’opposition

 Par lbrahima Baxuum

La tension post-électorale qui mit le régime de Diouf à rude épreuve durant quatre mois a cédé le pas depuis mai dernier à un climat de suspicions entre formations de l’opposition considérées comme les adversaires véritables du Parti socialiste (PS) au pouvoir.

Alors que le parti du président de la République, majoritaire à l’Assemblée nationale cherche à mettre de l’ordre dans ses rangs et à refaire surface après une longue  période de quasi hibernation politique, ses adversaires s’accusent mutuellement de ‘trahison » et de « démagogie ». Les querelles ont changé de camp, même si Maître Abdoulaye Wade autant que les formations qui ont refusé d’aller à la table ronde nationale prétendent ne pas se tromper d’adversaires.

La table ronde nationale ! Tout est parti de l’annonce à grand tapage médiatique par le secrétaire général du Parti démocratique sénégalais, « président élu » selon ses partisans, d’un dialogue démocratique avec « tous les partis politiques » pour discuter de « tous les problèmes économiques sociaux  politiques et culturels du pays »:

Blocage systématique

L’audience que Wade venait d’avoir avec Abdou Diouf avait été alors considérée comme la montagne qui accoucha d’une souris.  Wade, qui s’est toujours proclamé président de la République élu, sortait des locaux de celui dont il conteste le pouvoir avec une seule satisfaction: pouvoir discuter avec le PS.

Le ‘tout » avec un grand T se réduisit par la suite aux travaux de la seule commission politique dont le menu a été ramené à deux points : la révision du Code électoral et l’accès de l’opposition aux médiats d’Etat. Même de ce si peu, rien n’a pu être réglé. Les discussions ont simplement tourné court. Le PDS et ses alliés communistes, la Ligue Démocratique/ Mouvement pour le Parti du Travail (LD/MPT) et le Parti de l’Indépendance et du Travail (PIT) accusent

Le PS de faire du ‘blocage systématique ».

Leurs délégués à la table ronde ont depuis, suspendu leur participation. Une autre formation, l’Union Démocratique Sénégalaise – Rénovation (UDS – R) avait déjà refusé d’être un « pantin » dans cette affaire et s’était retirée en conséquence. Son secrétaire général, M. Mamadou Fall « Puritain » avait mis dans le même sac,  le PS et ses alliés du Parti Africain pour l’Indépendance des Masses (PAIM) et le Parti Démocratique du Sénégal-Rénovation (PDS-R).

Depuis le retrait du PDS, du PIT et de la LD/MPT, les travaux ont été suspendus, en dépit de la volonté du Rassemblement National Démocratique (RND) et du Mouvement Républicain Sénégalais (MRS) de les poursuivre avec le PS et compagnie. C’est qu’il est maintenant établi que sans le Parti démocratique Sénégalais (PDS) de Maitre Abdoulaye Wade, il n’est pas de débat démocratique réaliste.

Contradictions internes

Avec le PIT et la Ligue Démocratique, le Parti libéral forme le triumvirat sans lequel, on ne peut envisager grand-chose dans le Sénégal de 1988. Des quinze partis depuis la fusion LCT et MDP pour donner le Mouvement pour le Socialisme et la démocratie (MSD), théoriquement opposés au parti socialiste, il n’y en a pas plus d’une dizaine capable de mobiliser un demi-millier de personnes. On ne parlera pas du PDS-R et du PAIM qui ne sont rien d’autre que des parti-satellites du parti au pouvoir, sans aucune base politique.

L’UDS-R est marginale, le RND est en butte à des contradictions internes et à une baisse de popularité depuis la disparition du Pr Cheikh Anta Diop. Le PPS, l’UDP, le MRS et l’OST n’existent que par des directions peu connues,  And Jëf, le mouvement le plus en vue de l’extrême gauche, a retrouvé une partie de son aura après la très bonne campagne de son candidat à la présidentielle de février, le Secrétaire général Landing Savané. Cela ne lui donne pas pour autant la force de frappe que d’aucuns lui prêtent. Le MSD devra faire ses preuves et surtout faire mieux que les formations mères dont la fusion lui a donné naissance. Son leader, l’ancien président du Conseil du gouvernement aux premières années d’indépendance  a beaucoup perdu de son aura depuis qu’en 1983, il a fait sa campagne d’explication pour situer les responsabilités dans la mauvaise gestion des affaires du pays. Reste le PLP, dont le fondateur, Maitre Babacar Niang, ancien compagnon de Cheikh Anta Diop a su judicieusement exploiter la popularité de son ancien parti, le RND en milieu rural. Dans les villes, le PLP est fortement concurrencé par le PDS et le PS. Dans les entreprises, le PIT contrôle de larges secteurs et se partage avec la Ligue démocratique et le PDS des franges importantes du corps enseignant.

Dès lors, il est plus aisé de comprendre pourquoi le répit observé par le PDS le PIT et la LD/MPT a contribué à faire baisser -voire disparaitre- la tension surtout perceptible à Dakar.

De la trahison ? Les sept formations (AJ­ MRDN, OST, PPS, UDP, MSD, PLP et PAI), qui ont refusé de prendre part à la table-ronde nationale, lui préférant des « états généraux du peuple » (selon la terminologie de certains d’entre eux) s’opposant en tout cas à toute négociation qui ne tiendrait pas compte des recommandations d’une plateforme dont le PDS, le PIT et la LD/MPT sont co signataires : la démission de Diouf et de son second Jean Collin et l’organisation de nouvelles élections présidentielles et législatives. La plate -forme comporte d’autres points.

Organisation de nouvelles élections ?

Wade et le PDS y sont favorables. Mais si cela doit se faire avec le même mode électoral, autant faire l’économie de telles consultations. Pour une des raisons que voilà, le numéro Un de l’opposition sénégalaise a même proposé que « dans un premier temps » que la table ronde examine seulement deux points, par la seule commission politique : le code électoral et l’accès des partis d’opposition aux médiats d’Etat.

Pause prolongée

Les travaux ont buté sur le tout premier obstacle du premier point. Le PS et ses alliés du PDS-R et du PAIM ont bloqué en plaidant constamment le statuquo. Une telle attitude des conservateurs du parti au pouvoir qui n’avaient pas du tout apprécié l’appel de Diouf au dialogue national a poussé les délégués du PDS et leurs alliés marxistes à quitter la table, en attendant de « consulter leurs directions ». Sans eux, on ne peut rien faire. Les cinq autres formations (PS, PDS-R, PAIM, MRS et RND) durent se rendre à l’évidence.

Les vacances risquent de prolonger la pause. Mais, une constatation s’impose désormais. Impossible de mobiliser les masses de façon déterminante sans Wade et ses alliés. Impossible également d’organiser un dialogue national sans eux. Pourtant, ces trois formations ne pèsent pas d’un poids égal selon qu’il s’agit de descendre dans la rue ou de discuter avec le PS.

Le Parti démocratique sénégalais ne diffère du Parti socialiste que parce que le PS – vieillissant n’est plus en mesure de séduire. En outre, une trop longue pratique du pouvoir a compromis la quasi-totalité de ses figures de proue. Le parti s’étant toujours confondu – de manière anticonstitutionnelle il est vrai – avec l’Etat, le discrédit de l’un a entrainé celui de l’autre.

Dans cette ressemblance PS-PDS, et surtout dans la doctrine clairement affirmée du Parti libéral réside l’impossibilité pour Maitre Wade de développer une logique insurrectionnelle. Légaliste jusqu’au bout et aidé en cela par sa formation de juriste, le Secrétaire général du PDS ne peut organiser une prise du pouvoir par des voies non balisées par la doctrine dont il se réclame.

Toute menace d’action qui ne s’inscrirait pas dans cette dynamique de prise du pouvoir par la voie des urnes ne peut être que pur bluff. Cela, Wade le sait. C’est le pouvoir qui n’arrive pas à le comprendre. Qu’il décide donc d’aller à une table de négociation ne doit guère surprendre.

 La baraka de Wade

Quant à la Ligue démocratique et au Parti de l’indépendance et du travail, tous deux issus du PAI (Parti Africain de l’Indépendance), ils ont ceci de commun : la démarche léniniste qui recommanda d’aller trouver les masses là où elles sont pour plus tard, les arracher des mains des oppresseurs. Le PIT est resté de ce point de vue fidèle au rapport politique du deuxième Congrès du PAI sur la  situation  au Sénégal  (1972).

Le PS, seul sur le terrain politique? Le reste est une histoire bien connue de politiciens. Semer là où on espère récolter. A ce jeu, Wade jouit d’une extraordinaire baraka qui fait qu’il donne toujours l’impression d’avoir eu raison sur les autres. Peut-être le principe de la table ronde était-il un des « trucs » dont il détient le secret.

Mais force est de constater, que comme les précédentes fois, son coup a été fracassant côté opposition. Il n’était plus possible de maintenir plus longtemps une situation de tension qu’en fait personne ne contrôlait vraiment. Un débat démocratique est la voie royale peut opérer les changements auxquels aspire le peuple sénégalais. Il est vrai que les chemins qui mènent à l’enfer peuvent être pavés des plus louables intentions.

 

MAI 68

Comment c’est arrivé

Par Moussa Paye

 L’explosion de mai 1968 à Dakar a des  sources plus profondes que le simple mimétisme de ce qui se fit en France. Face au régime pro occidental sénégalais, l’Union démocratique des étudiants du Sénégal fortement infiltré par le PAI, puis l’Union des étudiants de Dakar qui regroupait les unions nationales sur des bases anti-impérialistes ont engagé l’épreuve de force. Soutenues par la coordination des élèves du Sénégal, elles auront bientôt l’appoint des syndicats autonomes dont les dirigeants se partageaient entre le PAI clandestin (Séga Fall et Magatte Thiam, du SPAS, les docteurs Amath Bâ et Moustapha Diallo, du SYMVETPHARMA, Salit Dakhaba,  de la FTB) et le PRA (Iba der Thiam du SUEL et Ousmane Fall du SITS).

 Avec l’entrée dans la danse de l’UNTS jusqu’alors perçue comme proche du pouvoir mais fortement imprégnée de la conception révolutionnaire héritée de l’UGETAN, l’isolement du régime de Senghor sera total.  Ces syndicats coalisés seront la pièce manquante en février 1988. Une classe politique forte de 17 partis reconnus croira avoir réédité la grande aventure de mai 68. En vingt années d’intervalle, le spectre de l’armée sera là l’épouvantail extrême. La première fois comme alternative probable, la seconde fois comme alibi du renoncement.

30 avril 1968: Allocution du ministre de la Fonction publique et du Travail, M. Magatte Lo: « Le gouvernement déplore vivement que la centrale syndicale nationale nait pas cru devoir cette année comme les années précédentes, faire du 1er mai une fête publique, marquée par un défilé de la classe du travail et le  traditionnel rendez-vous avec le représentant des pouvoirs publics. Il veut croire qu’il s’agit là, d’un malentendu passager ».

1er mal: Déclaration du Comité directeur de l’UED: « Etudiants, Travailleurs, renforçons notre lutte patriotique et anti-impérialiste ».

  • L’UNTS décide dans un communiqué diffusé par tract de manifester pour la démocratie et les libertés syndicales. Son défilé ignore ostensiblement le palais de la République, lieu habituel de remise du cahier de doléances.
  • La Fédération des Travailleurs des Banques (FTB) envisage la grève pour appuyer ses revendications,
  • Les syndicats autonomes SITS, SPAS et SUEL annoncent la couleur: « La situation des masses laborieuses continue à se dégrader gravement, les enseignants, les ingénieurs et les techniciens qui vivent les difficultés et les  soucis du peuple dont ils sont partie intégrante, quoi qu’en disent certains esprits malveillants, participent résolument à la lutte des travailleurs contre la baisse du niveau de vie, contre l’incurie en matière sanitaire et scolaire »:

5 mai: M. Magatte Lo est remplacé par M. Abdou Ndiaye à la tête du ministère du Travail, de la Fonction publique et de l’Emploi.

 

  • mai: le président Senghor annonce que le dossier des revendications des syndicats sera étudié par un groupe de travail.
  • La direction de l’Union démocratique des Etudiants sénégalais (UDES) rencontre les représentants des unions nationales pour faire le point d’information sur la situation universitaire.

 

16 mai: L’Union des Etudiants de Dakar (UED) convoque toutes les formations nationales et à terme décide d’une solidarité passive avec les étudiants sénégalais par l’abstention aux cours et la non-participation aux piquets de grève.

Le comité exécutif de l’UDES déclare dans un tract : »l’UDES a décidé de bloquer le fonctionnement normal de l’université le samedi 18 mai 1968 de 8 heures à 12 heures, des piquets de grève, dressés devant les facultés en interdisent l’accès à quiconque voudra s’opposer à cette décision L’UDES n’ignore  pas les conséquences d’une action de force intervenant à quelques semaines des examens universitaires. Aussi, se limite-t-elle pour le moment, à une grève d’avertissement de quatre heures (4 h) pour ne pas prendre la responsabilité des conséquences évoquées ci-dessus ».

18 mai : la grève d’avertissement lancée  par l’UDES est effective de 8 h à 12 heures.

21 mai : le comité exécutif de l’UDES, l’Association des professeurs africains du Sénégal, le Syndicat unique de l’Enseignement laïc, le Syndicat des Ingénieurs et techniciens du Sénégal, le Syndicat des médecins Vétérinaires et Pharmaciens, et la Fédération nationale des parents d’élèves rencontrent le ministre de l’Education nationale M. Amadou Moctar Mbow.

23 mai : Deux étudiants de la Fédération des étudiants de l’Union progressiste sénégalaise, proche du pouvoir, distribuent des tracts hostiles à l’UDES dans l’enceinte de la cité universitaire. Ils y prennent bonne note de l’attitude des étudiants africains : heureusement nos frères africains de l‘université de Dakar n’ont pas été dupes. Bienvenus à l’université, ils ont saisi objectivement la situation »

24 mai : L’UDES, le SUEL., le SITS, le Symvetopharma, le SPAS et la Fédération des parents d’élèves publient une déclaration commune sur la situation à l’Université.

25 mai : L’UNTS publie une déclaration démontant sa participation à la résolution commune des syndicats autonomes, de l’UDES et de la Fédération des parents d’élèves.

– Un communiqué de la Présidence de la République menace : « Les parents d’élèves sont informés que tous les élèves des établissements secondaires et techniques qui auront fait la grève des cours, des compositions ou des examens, seront renvoyés de tous les établissements publics du Sénégal ».

26 mai: Allocution de M. Mbow, ministre de l’Education nationale: « les étudiants  revendiquent notamment la transformation des 2/3 de bourse et des 1/2 bourses qui ont été octroyées à certains d’entre eux, en bourses entières  et cela depuis la rentrée d’octobre 1967, le paiement de la bourse pendant 12 mois au lieu  de 10 comme cela a été décidé par le gouvernement du Sénégal ».

– Les étudi­ants retiennent de ce discours que le ministre cherche  à diviser  les Sénégalais entre membres de l’UDES et membres de l’UNES plus modérés et l’ensemble des étudiants entre et les Sénégalais de l’UDES et africains de l’UED.

– Le comité exécutif de l’UDES décide du principe de bloquer le fonctionnement de l’université pour une durée illimitée et le boycott des examens.

28 mai, 13h 30: Les forces de l’ordre encerclent la cité universitaire et en interdisent l’accès comme la sortie.

29 mai • 8 h: L’UED occupe le rectorat, les facultés, la bibliothèque universitaire, l’IFAN. Les forces de l’ordre étendent le siège au campus. Elles font face aux étudiants. Un calme lourd règne.

10 h:  »Un clairon sonne lassaut. Au pas de charge, fusil en avant, la garde républicaine attaque. Grenades lacrymogènes,  pierres et bâtons volent. Les étudiants sont sauvagement battus. Cest alors le carnage. On défonce portes et fetres à coup de crosse. Des bombes lacrymogènes sont lancées sur des groupes d’étudiants, dans leurs chambres. Ils sont battus, piétinés ...La troupe coupe l’eau, ce qui empêche les étudiants de mouiller leurs mouchoirs et de se protéger de la fumée et des gaz »

(cf « nos étudiants revenus de Dakar parlent ». Présence chrétienne Togo – Juin

1968) ·

-Un communiqué présidentiel ferme les lycées et collèges de la région du Cap Vert et de la ville de Saint Louis. Les internes sont renvoyés chez leurs parents.

-Déclaration du Bureau régional élargi du Cap Vert de l’UNTS: « Devant le refus obstiné du gouvernement sénégalais d’engager le dialogue pour trouver une  solution aux revendications estudiantines, (le BER) décide d’une grève illimitée à partir du jeudi 30 mai à 24 heures ».

 30 mai: Le président de la République Léopold S. Senghor s’adresse à la nation: « Les membres de l’UDES qui sont au départ une petite minorité -deux cents au plus, sur les quelques 1400 Sénégalais, sur les 4.000 étudiants de l’université de Dakar, ont réussi après une grève dite d’avertissement, à rallier la majorité des unions nationales représentées dans l’Union des Etudiants de Dakar, encore qu’elles fussent d’abord contre la grève des examens. L’Assemblée générale de l’UED, pratiquant l’escalade, s’est assigné un objectif non plus corporatif, mais politique : balayer tous les gouvernements africains dits réactionnaires ».   

 Léopold Sédar Senghor (bis) : « Il n’y a pas 400 blessés mais environ 80 blessés des deux côtés. Il n’a pas quatre morts. Il y a un mort. Il s’agit d’un cocktail molotov qui a éclaté entre les mains d’un étudiant à qui on n’avait pas appris à manier l’engin… ».

  • Le khalife général des Mourides (confrérie religieuse musulmane) lance un appel à toute la population et à tous ses fidèles pour qu’ils continuent à exercer leurs activités à quelque niveau qu’ils se trouvent ;
  • Cheikh Ahmed Tidiane Sy, marabout Tidiane d’une autre confrérie musulmane exhorte la population au calme et demande à tous, de poursuivre avec le chef de l’Etat, l’œuvre de construction nationale entreprise ;

Le comité exécutif de l’UDES proclame: «Paysans, ouvriers, fonctionnaires, nous approuvons pleinement  la décision de l’UNTS de passer à  la grève illimitée. L’UNTS en effet, ne s’est pas laissée prendre au piège. L’UNTS a compris que le délai fixé n’était qu’un sursis que l’ignoble individu devait employer pour détruire les étudiants, avant de se retourner contre les ouvriers.

 Un décret du Président de la République instaure l’état d’urgence,

31 mai – 9h 30: Des milliers de travailleurs réunis à la bourse du Travail sont dispersés par l’attaque des forces de l’ordre. Trente et un syndicalistes parmi lesquels 5 femmes appartenant tous à la direction de l’UNTS et des syndicats autonomes sont arrêtés, 900 personnes sont interpellées.

1er juin : Le quotidien national « Dakar Matin » titre: « Echec à la grève »

– M Abdoulaye Thiaw, secrétaire général à la grève, adjoint de l’UNTS entre dans la clandestinité et crée un comité central de grève qui publie  à 9h, son instruction n°1: « La grève illimitée est toujours maintenue. Que personne ne reprenne le travail. »

Voici les mots d’ordre:

1° – Que les comités de vigilance de quartier surveillent tous les briseurs de grève et prennent contre eux au besoin des mesures de représailles ;

2ème– Qu’ils harcèlent les forces de répression.

2 juin: Homélie du jour de Pentecôte en l’église St Dominique: « Nous ne pouvons pas pour autant admettre des actes comme  ceux dont nous avons été témoins: l’occupation extrêmement brutale de la ciuniversitaire lexpulsion sans aucun délai des jeunes ménages et de leurs bébés,  certaines répressions dans les quartiers … « ,

3 juin: Le comité central de grève diffuse son instruction n° 2:  »Radio-Sénégal ne diffuse que des mensonges. Aucune entreprise, aucun service, aucun établissement, aucun travailleur n’a repris le travail.  La grève est suivie à cent pour cent, dans toute l’étendue du territoire.  

Les taxis, les cars rapides, les cars RTS et les pompes à essence seront arrêtés.

Donc, tous en grève active, le mardi 4 juin 1968 et ce jusqu’à la libération des dirigeants arrêtés, pour la satisfaction de nos revendications. Les travailleurs vaincront parce qu’ils luttent pour le pain ».

 L’Assemblée nationale vote la réduction des indemnités parlementaires

4 juin: Au cours du conseil de cabinet le ministre de l’Intérieur a fait le point sous l’angle de la sécurité publique, des mesures en cours touchant les étudiants et les dirigeants syndicaux. « A ce jour, a-t-il indiqué 442 étudiants étrangers ont déjà été rapatriés vers leurs pays d’origine. Les autres le seront dans les prochains jours. D’autre part sur ordre du chef de l’Etat, 350 lycéens interpellés dans l’enceinte de l’Université de Dakar, ont été relâchés …Enfin le ministre a fait état de la libération effective des dirigeants syndicalistes arrêtés ».  ..

.5 juin: La presse étrangère conduite par le Directeur de cabinet du Secrétariat d’Etat à l’Information et du directeur de l’information M. Moustapha Niasse, visite la Faculté des Sciences. Cette visite vise à contrer la thèse officielle d’une faculté de des Sciences devenue un centre de fabrication de fabrication de  cocktails molotov.

9 juin: Les étudiants sénégalais sont relaxés.

10 juin: Discours funèbre à l’occasion de l’enterrement du président  de l’Assemblée nationale, Maître Lamine Guèye du Khalife général des Tidianes El Hadj Abdoul Aziz Sy: « N’utilisez pas la puissance et les honneurs que Dieu vous a prodigués contre le peuple. N’utilisez pas cette force pour tuer de pauvres gens …  »

14 juin: Déclaration du Président Senghor (Dakar Matin) qui annonce une série de mesures diminuant le train de vie de l’Etat et de l’Assemblée nationale

1-Suppression de l’autonomie budgétaire de l’Assemblée nationale.

2- Suppression des avantages matériels des présidents de commission et ceux  vice-présidents.

3-Les députés fonctionnaires toucheront leurs traitements de fonctionnaires auxquels s’ajouteront les indemnités de session.

4-Les députés non fonctionnaires qui sont pratiquement empêchés d’exercer leur métier la moitié de l’année, toucheront à la place de la classique indemnité parlementaire (indice 3.580), le plus élevé de la hiérarchie A,  le traitement moyen du fonctionnaire » plus une indemnité de session.

5 – Les députés fonctionnaires pourront opter pour ce traitement moyen.

27 juin: Le SMIG est porté de 40 f/h à 50,60 F/h.

22 juillet: Léopold Sédar Senghor: « Désormais, les étudiants des Etats frères qui voudront poursuivre leurs études à Dakar devront avoir laccord écrit de leur gouvernement » (conseil national de l’UPS)

27 juillet: L’Assemblée nationale vote la réduction des indemnités parlementaires.

30 août: Le comité exécutif de l’UDES exige la réouverture de l’Université,  appuyée par l’UNTS, les syndicats autonomes, les comités d’élèves, l’AESF et

l’UED.

22 septembre: Manifestations des étudiants allemands contre la visite du président sénégalais venu recevoir le prix des libraires allemands à Francfort. Daniel Cohn Bendit et plusieurs manifestants sont arrêtés.

28 septembre: Lettre ouverte à M. Henrich Lubke, président de la RFA « C’est pourquoi, au nom de cette liberté que vous croyez tant défendre en Allemagne, nous exigeons la libération immédiate inconditionnelle de notre camarade Daniel Cohn Bendit et des autres camarades inculpés … » (Comité exécutif de l’UDES). 

La dernière bataille panafricaine

 Sans rire, le président sénégalais Léopold Sédar Senghor pouvait déclarer au soir du 30 mai 1968 que l’« Assemblée général de l’UED (Union des Etudiants de Dakar), pratiquant l’escalade, s’est assigné un objectif non plus corporatif mais politique : balayer tous les gouvernements africains soi-disant réactionnaires ». C’était le chant du cygne du panafricanisme révolutionnaire professé par le Mouvement étudiant de Dakar dont les éléments étrangers, 4000 Africains, attendaient avec 1400 Sénégalais internés au Camp Archinard, d’être expulsés vers leurs pays d’origine.

L’histoire réglait son pas sur la marche inexorable des Etats vers le micronationalisme. Le vent avait tourné deux ans plus tôt quand le 23 février 1966, un coup d’Etat renversa le régime progressiste du Dr Nkrumah. Les nouveaux maîtres du Ghana renversant les options du pays, fermaient les camps d’entraînement des combattants de la liberté de Rhodésie, d’Afrique du Sud, d’Angola et du Mozambique. Ces camps d’Obenimase Aflongo, Axim et Mena, abritaient aussi des militants révolutionnaires ressortissants de pays modérés d’Afrique.

Le 28 février suivant, les étudiants de Dakar organisent à 13 heures, dans l’enceinte de la cité universitaire, un meeting de protestation qui se termine par une marche sur les ambassades de la Grande Bretagne et des Etats-Unis.

Une grève est déclenchée le 1er mars pour la libération de 47 étudiants arrêtés au cours de cette manifestation. Elle obtient une victoire, car 8 étudiants sont exclus de l’université, dont 5 non Sénégalais qui seront expulsés. C’est l’exode en guise de solidarité, les Voltaïques d’alors, les Maliens s’en vont, suivis par toutes les autres nationalités, chacune à son tour. Les Sénégalais quitteront les derniers la cité universitaire, le 14 mars.

Coïncidence historique, c’est le lendemain 15 mars, que l’ancien membre de la direction de la FEANF, (Fédération des Etudiants d’Afrique Noire en France), le Camerouais Ossendé Afana de la « fraction avancée » de l’UPC (Union des Populations du Cameroun) et chef du bataillon qui tenait le maquis du Sud-Est du Cameroun, est tué au combat.

Quand l’Université sera réouverte la daté du 28 février sera retenue comme journée de solidarité anti-impérialiste et de lutte des étudiants africains, l’Ued étant née au terme des actions qui débutèrent le 28 février 1966.

Deux années plus tôt, la date du 28 février sera retenue comme journée de solidarité, étale un bilan douloureux dans lequel, les associations d’étudiants en Algérie, au Maroc, en Ethiopie et au Congo Kinshasa (actuel Zaïre) où l’UGEC (Union Générale des Etudiants Congolais) est dissoute et sa direction arrêtée après une manifestation contre la visite du Vice-président américain, Hubert Humphrey.

Sa seule lueur d’espoir est que « dans les colonies sous domination portugaise, nos camarades de l’Ugean, comme hier l’Ugema d’Algérie, luttent les armes à la main contre le colonialisme ».

Une semaine passe et l’Ued remonte en première ligne pour avertir solennellement de la gravité de la participation sud-africaine au deuxième colloque africain de psychiatrie, prévu du 5 au 9 mars 1968 à l’Université de Dakar : « En effet, prévient son comité directeur, l’Ued, fidèle à ses principes de lutte patriotique anti-impérialiste et anti-raciste est décidée à empêcher par tous les moyens la participation de la délégation sud-africaine ».

Mai s’approchait. Bientôt, l’Ued sera au cœur de la bataille avec son alliée sénégalaise, l’Udes, quant, au matin du 29 mai, prisonniers, tous ses membres seront explusés du territoire, non sans avoir dit un dernier mot épique : « Au moment où nous venons de passer dans ce pays les moments les plus palpitants de notre vie, nous ne pouvons nous empêcher d’avoir une pensée pour son grand peuple ».

 

MALI

 Traoré réforme la gabegie

 Par Babacar Justin Ndiaye

 A l’OUA, le général Moussa Traoré a convaincu ses pairs qui lui ont confié pour un an, la présidence en exercice de l’organisation panafricaine. A l’intérieur, le chef de l’Etat malien alterne quelques pas en avant et quelques pas en arrière.

 L’Assemblée nationale a été renouvelée à 40% de ses membres toujours sous la bannière du même parti unique, l’Union démocratique du Peuple Malien (UDPM). Auparavant, le président Moussa Traoré avait de nouveau décidé de se porter en avant en supprimant le poste de Premier ministre et en prenant le portefeuille de la Défense. Une plus récente mesure autorise les opérateurs privés à importer le riz concurremment avec l’Office du Niger, pour combler les déficits. Elle pourrait n’être qu’une autre manière de favoriser des « protégés ». Le Mali est un cas.

 Une administration figée. Des travailleurs littéralement démobilisés par les incertitudes salariales les plus endémiques, un appareil de production certes vétuste, mais davantage ankylosé par une gestion hasardeuse aux antipodes de la rigueur et de l’orthodoxie comptables. Bref, vingt ans après le renversement de Modibo Keita (novembre 1968), le Mali des militaires étale ses contre-performances économiques et son blocage politique.

Le régime du général Moussa Traoré (lieutenant en 1968) et de ses équipes, qui a débuté sous les meilleurs auspices (putsch sans effusion de sang et liesse populaire), s’est vite fourvoyé dans les ténèbres de l’autoritarisme et de la cécité politique. Après avoir séduit et enrôlé certains cadres de l’administration Modibo (Jean Marie Koné, Louis Nègre et Robert Ndaw), les officiers de Bamako gagnés par les délices du pouvoir, ont donné libre cours à leur omnipotence.

Bousculant les civils en général et suspectant les intellectuels en particulier, le groupe des lieutenants, mué entre temps en une pléiade de colonels, envahit quasiment toute la pyramide de l’Etat. Des principaux ministères de Bamako, jusqu’au cercle administratif le plus reculé, en passant par la SOMIEX et l’Office du Niger, l’interlocuteur est galonné. Ce fut le triomphe de la fraction la plus dure (certains diront la plus fasciste) du Comité militaire de libération nationale (CMLN), animée par les colonels Kissima Doucoura, Tiécoro Bagayoko et Karim Dembélé.

Ce fut l’âge d’or de la répression, de la gabegie, de la concussion et péculat. Avec son corollaire : la paupérisation des masses. Cet appauvrissement planifié du pays, culminera avec la grande sécheresse des années 70, au cours de laquelle, des pays riches et des ONG, dans un élan de solidarité, inondèrent le Mali d’argent et de vivres. Malheureusement, tous ces dons en principe destinés aux sinistrés, tombèrent dans les caisses des entreprises du bâtiment qui édifièrent des villas cossues au profit de la nomenklatura militaire dans le quartier chic de Badalabougou.

Cependant, le CMLN (instance dirigeante de l’armée et du pays), homogène au départ, dans son idéal de coup d’Etat, révèle ses fissures à l’épreuve du pouvoir. Le désenchantement populaire vite consécutif à la liesse des premières années et les inévitables intrigues, installent la zizanie au sommet de l’Etat. Les arrestations alternent avec les limogeages qui dépeuplent en un temps record, la hiérarchie militaire.

Après la première vague des capitaines Yoro Diakité, Malick Diallo et Mamadou Cissoko (ce dernier est mort mystérieusement sur la route de Ségou), c’est au tour des colonels Tiécoro Bagayoko, Charles Samba Cissokho et Joseph Mara d’être embastillés à la garnison-prison de Kidal, tandis que le colonel Youssou Traoré, sentant l’étau policier se resserrer autour de lui, se réfugie à l’étranger.

 Epuration mouvementée

Cette épuration mouvementée a permis néanmoins au président Moussa Traoré d’avoir les coudées franches pour initier un train de réformes censées octroyer au régime militaire essoufflé, un supplément d’oxygène politique. C’est dans ce contexte que voit le jour, l’Union démocratique du peuple malien (UDPM) premier parti en activité de l’ère post-Modibo.

Créé en 1984 par Moussa Traoré et ses fidèles de « l’establishment » militaire (les généraux Baba Diarra, Filifin Cissokho et Sékou Ly) avec le soutien d’une poignée de vieux chevaux de retour de la politique malienne embarqués successivement dans toutes les galères depuis la loi-cadre jusqu’à nos jours, (cas de Sidiki Diarra président du Parlement), l’UDPM est à l’image d’un arbre incapable de donner les fruits promis par ses fleurs. Au lieu d’être ce creuset où les Maliens, peuple à la fierté légendaire, déverseraient leur trop-plein de civisme, ce réceptacle d’une mystique du travail et d’un culte de la démocratie, le parti unique s’est vite transformé en un gigantesque escalier de promotion sociale sur les marches duquel se bousculent une meute de parvenus. Sous le regard mélancolique des populations submergées par le dénuement.

Et cela, les résolutions bruyantes du 3ème congrès (mars 1988) n’y changeront rien, car le poids des habitudes contrebalance tous les rêves de changement. D’abord, les habitudes répressives. Avec la création d’un parti politique et l’offensive de charme en direction des cadres civils du pays, certains milieux bamakois (notamment les syndicats) s’attendaient à un amendement des mœurs policières. Il n’en fut rien.

Le fameux colonel Bagayoko, avant de mourir dans les geôles de Kidal, avait déjà sécrété des émules dans le système. Un mouvement estudiantin de protestation conduit au début des années 80 par Abdou Karim Camara alias Cabral et la demoiselle Rokhaya Tall, a été férocement enrayé par le Commandant Adolphe Diakité de la Garde républicaine. Les rares étudiants rescapés des locaux de la Garde (Cabral y est mort et Rokhaya a été durement malmenée) déclarent qu’à côté du Commandant Adolphe, le sinistre Tiécoro était un enfant de chœur. Ce n’est pas peu dire… 

Mœurs financières

Vient ensuite le poids des mœurs financières. En dépit de l’extrême sévérité des sanctions (des peines de mort ont été prononcées par les tribunaux), les malversations fleurissent. Hypothéquant au passage, les succès du programme de réajustement structurel, chapeauté par le FMI et dont le coût social (réorganisation d’Air Mali, licenciement massif à la Banque de Développement et démantèlement de la SOMIEX) ne pourra être compensé que par des résultats brillants.

D’ores et déjà, une chance a été gâchée avec le départ du jeune ministre des Finances, Soumane Sacko que les fonctionnaires subitement comblés ont surnommé le « ministre des salaires ». En effet, en motivant ses douaniers et en remodelant la fiscalité dans un sens pas moins contournable par les fraudeurs et les corrupteurs, le ministre Sacko a su donner un coup d’arrêt à l’hémorragie financière qui handicapait l’Etat.

Cependant, ces succès qui ont établi la crédibilité de l’Etat malien n’ont pas été du goût de tous. Et puisqu’on ne nettoie jamais les écuries d’Augias sans y laisser des plumes, le ministre Sacko a été contrarié et acculé à la démission par un secteur de l’armée qui a mis le holà à une croisade anticorruption trop débordante aux yeux de certains généraux face auxquels le Premier ministre Mamadou Dembélé, devenu depuis le remaniement du 6 juin dernier ministre de la Santé et des Affaires sociales, a dû adopter un profil bas.

On peut dès lors douter, sinon de la sincérité, tout au moins des chances de succès de ce qui semble être devenu le nouveau message de l’homme fort de Bamako : « l’élection de responsables intègres, dynamiques et engagés » La réforme constitutionnelle de juin 1986 qui avait accouché d’une primature n’aura été qu’une coquetterie institutionnelle pour décharger Moussa Traoré des servitudes protocolaires absorbantes. Elle a fait long feu.

Enfin, la grève jumelée de février dernier (enseignants et certains fonctionnaires) contre l’avis du directoire-croupion de l’Union nationale des travailleurs maliens (UNTM) et marquée par la mutation en province d’un professeur de philosophie, prouve qu’en dépit d’un rapport de forces qui les ligote quasiment, les Maliens ont une soif inextinguible de démocratie et de progrès social.

 

AFRIQUE DU SUD-ISRAEL

 L’alliance des parias ?

Par Eugénie Rokhaya Aw

 Pour Israël comme pour l’Afrique du Sud, le combat n’a qu’un sens : défendre la « civilisation » contre 1es « barbaries tiers-mondistes et communistes ».  L’Occident utilise l’un et l’autre pour contourner les résolutions internationales et soutenir Tel Aviv et Pretoria.

Il y a un mois je me trouvais au Texas et devant une Association traitant de Sciences politiques, j’ai évoqué les relations d’Israël avec l’Afrique du Sud.  Silence ! Une âme charitable a eu « l’amabilité » de me dire de ne pas évoquer ce genre de problèmes · :  »You will be shot » (« Vous serez tuée » !). Il est vrai que ces relations sont souvent, sinon taboues, du moins ignorées par le public, particulièrement africain.

L’Afrique du Sud, la fin du 19ème siècle connaissait, une émigration de juifs fuyant les pogroms d’Europe de l’Est. Lorsque l’idée d’un foyer juif en Palestine émerge, un lobby se forme pour s’assurer du soutien sud-africain comme « contribution à la paix et à la civilisation ». En 1940, la communauté sud-africaine peut ainsi envoyer fonds et des volontaires aux forces juives luttant en Palestine contre les Britanniques.

Déjà en 1934, note Jane Hunter, auteur de «1a politique étrangère d’Israël … » des Juifs sud-africains forment la Société « Africa- Israël Investments » pour acheter des terres en Palestine. En 1986, propriété de la banque israélienne Leumi, cette société a négocié avec le régime raciste d’Afrique du Sud et une entreprise d’Allemagne de l’Ouest un contrat de 50 millions de dollars, pour construire 1 790 logements à Cape Town, « pour calmer les Noirs ».

On a dit que l’Afrique du Sud était l’alliée des Nazis. Une sorte de statu quo va s’installer : les Juifs s’abstiennent de dénoncer l’apartheid, les Sud-africains aident au départ des juifs… en Palestine.

Après la proclamation de l’Etat d’Israël, une nouvelle phase s’amorce. Les Etats africains nouvellement indépendants nouent des liens avec ce dernier. Dans les années 70, 2483 experts israéliens aident dans le domaine du développement rural, des banques, de la construction… Israël soutient les sanctions contre l’Afrique du Sud lorsque survint la guerre israélo-arabe de 1967. Perçu comme l’agresseur, Israël se voit isolé, sauf de l’Afrique du Sud, qui par un phénomène d’assimilation, admire l’Etat hébreu. Les transferts de fonds du premier vers le second reprennent.

Mieux le gouvernement Sud-africain remplace armes et avions quand la France décrète l’embargo sur les ventes d’armes à Israël. Les Sud-africains n’ont-ils pas été armés par la France qui leur aurait même donné la technologie nucléaire ? En 1973, durant la guerre israélo-arabe, on a mentionné des mirages.

Canal pour l’occident

Les relations sont multiformes. Dans « Israeli Connections », Benjamin Beit Hallahmi note  »les Israéliens, quant à eux, pensent que si le Conseil de Sécurité des Nations Unies impose un embargo sur les armes, contre l’Afrique du Sud, Israël pourrait être le suivant ».  Ils s’épaulent donc mutuellement.

Israël a importé des tanks d’Afrique du Sud. En 1971 cette dernière fabrique, sous licence le fusil UZI. Tel Aviv, en coopération avec des agents de la CIA « en retraite » et des compagnies européennes, aurait permis l’acquisition par Prétoria, des armes les plus sophistiquées. De manière générale, Israël est le canal utilisé par les pays occidentaux pour la livraison d’armes à l’Afrique du Sud.

En 1979 le « Rand Daily Mail » rapportait le cas de onze hélicoptères Bell, construits aux USA et transférés d’Haïfa (port israélien) en Afrique du Sud en utilisant Singapour comme paravent.  Il en est de même d’un canon naval italien, produit maintenant en Afrique du Sud sous licence italienne.

En 1986, on assiste à un commerce, secret souvent, mais régulier d’hélicoptères, de canons, de mortiers, d’armes automatiques. Israël a des hommes agissant en son nom tel Adnan Khasogghi et pouvant utiliser des pays africains comme bases vers l’Afrique du Sud.

Certaines armes sont rétrocédées, au passage, aux organisations « Contra », comme l’UNITA en Angola et la RENAMO au Mozambique.  D’ailleurs en 1981, Ariel Sharon en visite en Afrique du Sud s’est également rendu en Namibie (où Israël a des conseillers) à la frontière avec l’Angola.  En fait Tel Aviv fait mieux que le commerce des armes, il donne à Prétoria licences et technologies avancées pour produire ces armes, des sous-marins des engins nucléaires …

D’aucuns disent que l’Afrique du Sud pourrait être le bénéficiaire direct de l’assistance militaire US à Israël (Jane Hunter).

Ainsi a pu être mise en place la puissante industrie sud-africaine d’armement, particulièrement dans le domaine de l’électronique et des communications. L’Afrique du Sud n’a-t-elle pas recruté des spécialistes israéliens dans ce domaine qui contribue directement au maintien de l’apartheid ?

L’ennemi, le même

Rappelez-vous Samora Machel, le leader mozambicain, tué dans le crash de son avion le 19 octobre 1986 à 20h 15. Les Sud-africains dont Pik Botha furent les premiers sur le lieu de l’accident empêchant les équipes de secours de faire leur travail. Plus tard, des analystes ont laissé entendre qu’un signal-leurre a trompé le pilote. Le lieu de l’accident est une zone militaire Sud-africaine interdite, et des témoins, selon Jane Hunter, ont dit qu’un camp avait été levé aussitôt après l’accident.

Pour les deux paix, en fait, l’ennemi est le même : Les Palestiniens pour Israël, les Noirs nationalistes pour l’Afrique du Sud. Ce n’est pas un hasard si les Sud-Africains ont inclus dans leur école militaire, l’étude de la guerre de 1967, entre Israël et les pays arabes et que les conseillers commencent à enseigner l’art de garder captive, une population et d’éliminer l’influence d’un voisinage hostile. Ce sont entre autres, les attaques préventives contre ce voisin (alias Liban et Afrique australe). C’est l’aide israélienne à l’Afrique du Sud pour contrôler la population noire namibienne. C’est l’engagement direct des Israéliens dans l’entrainement de l’UNITA et de la RENAMO. Des Israéliens ont été capturés au Mozambique.

Sur le plan économique, les capitaux Sud-africains ont contribué au développement d’infrastructures stratégiques israéliennes. Dans l’autre sens, Israël sert d’intermédiaire pour la pénétration de produits sud-africains sur des marchés où ils ne sont pas les bienvenus. En Afrique de l’Ouest ? Israël investit dans les Bantoustans.

En juillet 1984, 60 entrepreneurs israéliens opéraient au Ciskei. Ils étaient 200 en 1985 dont des techniciens et des « conseillers ».  Dans le même temps, Israël a investi 45 millions de dollars dans l’agriculture du Bophutatswana et entraine sur les sites des jeunes milices. Des mercenaires de la sécurité israélienne gardent le casino de Sun City, ville des plaisirs, « paradis du jeu » des soi-disants puritains Sud-africains blancs dans œ même Bantoustan.

Qui a dit : « il est symbolique qu’aucun pays dans le monde (sauf l’Afrique du Sud) ne reconnait le Ciskei, de la même manière qu’aucun pays au monde ne reconnait les implantations juives en Judée et Samarie » ?

Mais le modèle de Bantoustan pour les Israéliens est celui du Kwa Zulu avec à sa tête Mangosuthu Gastha Buthelezi, l’homme-rechange contre l’ANC. Au moment où les hommes da Buthelezi, membres de l’lnkhata tuaient des opposants à l’apartheid, leur chef était accueilli chaleureusement en Israël (août 1985).

Israël-Afrique du Sud, à travers les armes jusqu’aux armes nucléaires, c’est un même combat pour « la civilisation occidentale » face à « 1a barbarie tiers-mondiste et communiste ». Ils doivent survivre dans un environnement considéré comme hostile. Peuples élus de Dieu, prétendent-ils, le pouvoir dans ces pays s’identifie avec un groupe racial.   La peur de l’Afrique du Sud, la peur d’Israël, c’est à travers l’ANC et l’OLP, l’émergence de ce Tiers- Monde qu’ils veulent, pauvre, opprimé, écrasé …

 

BURKINA

 L’association des journalistes est née

 De notre correspondant Gome Lale

 Les journalistes du Burkina Faso ont désormais une structure de concertation sur les affaires se rapportant à leur corporation.

L’Association des journalistes burkinabé a été portée sur les fonts baptismaux le 16 avril dernier à la maison de la presse « Mohamed Maïga » à Ouagadougou. L’AJB vient à point nommé, car les professionnels de la communication au Burkina ont longtemps végété dans une espèce de Tour de Babel où « chacun pour soi était le règle ».

N’importe qui pouvait venir de n’importe où, se réclamant de n’importe quoi, sans qu’on sache exactement qui est qui, qui fait quoi et pourquoi. L’ancienne association qui devait règlementer le monde de la presse au Burkina, trop politisés, s’est sabordée d’elle-même, car née sur des bases floues et défendant tout, sauf le droit des journalistes.

La nouvelle association est de ce fait porteuse d’espoirs. Selon Luc Adolphe Tiao, son président, l’AJB doit permettre « aux professionnels de la communication de se serrer les coudes afin d’entretenir des rapports de confraternité tant à l’intérieur, qu’à l’extérieur du Burkina ».

Outre la défense des intérêts des journalistes, l’association veut favoriser l’élévation du niveau culturel des journalistes et surtout « défendre la profession par le respect de la déontologie ». Car, estime-t-on dans les milieux professionnels à Ouaga, on a vite fait de prendre pour journaliste, « quiconque peut écrire dans un journal ou tendre un micro ». Le secrétariat général de l’AJB est assuré par Jean Pierre Ilboudo.

 

SUD SANTE

SUPPLEMENT DE SUD MAGAZINE

 L’impuissance sexuelle vaincue

 SOMMAIRE

  • Mécanismes de l’impuissance
  • Causes de l’impuissance
  • Le traitement de l’impuissance

 

EDITORIAL

Victoire sur l’impuissance

La création, la procréation et la récréation sont les trois pôles essentiels de la vie. Et parmi les activités récréatives de la vie humaine, la vie sexuelle occupe une place prépondérante, Aussi, dans la plupart des civilisations, la verge érigée représente-t-elle le symbole du plaisir au sens orgasmique du terme … Et ce symbole phallique qui dans la mémoire populaire est synonyme de virilité, a servi à établir la domination ancestrale de l’homme sur la femme.

On comprend dès lors l’importance capitale, dans la vie humaine, de cette érection. On comprend aussi l’angoisse de la disparition de cette érection, le drame de l’impuissance vécue comme la  »petite mort ». L’homme d’aujourd’hui est encore plus meurtri par 1a défaillance érectile, stressé qu’il est par les problèmes de la société actuelle et du XXème siècle finissant, et bousculé qu’il est, par des épouses et des partenaires réclamant à présent des érections durables et des orgasmes multiples, parce que libérées des interdits religieux et des contraintes biologiques grâce au contrôle de la fécondation et grâce au traitement de la ménopause.

L’impuissance est aujourd’hui d’une extrême fréquence. Elle frappe 10 % de la population mâle de 50 ans. Ce pourcentage est double chez les sujets de 1a soixantaine. Dans la population médicalisée, la fréquence s’élève considérablement : 50 % des diabétiques deviennent impuissants au bout de dix ans ; 80 % des malades porteurs d’une affection des artères des membres inférieurs sont impuissants. Parmi les patients qui souffrent d’hyper-tension artérielle, 30 % sont impuissants. Et   ces chiffres ne prennent en considération ni les maladies neurologiques, ni les maladies des glandes, sans compter les nombreux médicaments accusés à toit ou à raison d’agir négativement sur l’érection ou l’éjaculation.

Fort heureusement, face à ce fléau, la médecine a trouvé des solutions efficaces. L’abandon de l’idée d’une cause psychologique exclusive a abouti à des progrès décisifs dans la compréhension et la prise en charge de cette véritable infirmité. L’impuissance d’origine purement psychologique ne représente guère plus de 20 % des cas. Le plus souvent la cause de la défaillance érectile est d’origine mixte à la fois organique et fonctionnelle : la cause organique agit comme le facteur déclenchant tandis que la cause psychologique agit comme un facteur d’aggravation ou d’auto-entretien par le biais d’une angoisse de l’échec ou d’une anxiété de performance.

Les progrès réalisés dans la connaissance de l’érection et de ses troubles ont médicalement modifié en quelques années le traitement de l’impuissance. La chirurgie des artères et des veines sexuelles, et l’implantation de prothèses dans la verge ont apporté les premières améliorations. L’injection dans la verge de Papaverine à la suite de 1a découverte de Ronald Virag, puis l’utilisation d’autres drogues vasoactives, ont véritablement révolutionné le traitement de l’impuissance. De nos jours, la résignation, la sublimation ou le suicide ne sont plus les seules alternatives offertes par la perte de la virilité. L’’injection dans la verge de médicaments permet, dans 70 % des cas, de déclencher une érection durable et rigide.

Il nous faut donc abandonner les attitudes stéréotypées, comme le recours immédiat au psychiatre devant une impuissance du sujet jeune ou la prescription systématique d’hormones ou de vitamines pour relancer l’activité sexuelle défaillante de l’homme d’âge mûr. Le médecin ne doit plus se contenter d’un sourire assorti de haussement d’épaules avec l’éternel « que voulez-vous ? Ç’est l’âge ». L’impuissance n’est pas une fatalité liée à l’âge. Il n’y a plus d’âge de survenue obligatoire de l’impuissance. L’impuissance est une maladie et quel que soit l’âge au moment de son installation, elle peut et doit être traitée, pour peu que le patient le souhaite et qu’il ait conservé le désir de poursuivre une activité sexuelle récréative sans laquelle, la vie peut ne devenir qu’une simple survie insipide.

Désormais, l’impuissant ne doit plus être abandonne, ni traité avec des expédients ou rejeté systématiquement vers l’analyse psychologique

Erection normale et mécanismes de l’impuissance

 L’érection de la verge peut être définie comme le passage de la position au repos ou de flaccidité à l’état de rigidité. Elle occasionne une angulation caractéristique de 0 à 45 degrés au-dessus de l’horizontal, constatable chez l’homme debout. Cette érection est due à un flux massif de sang dans les organes érectiles, suivi de la séquestration de cette masse sanguine à l’intérieur des organes.

Les organes érectiles

 Chez l’homme, ils constituent deux systèmes distincts :

  • Tout d’abord, le corps spongieux qui constitue essentiellement le gland du pénis, qui est entouré d’une fine membrane et qui intervient surtout, dans le déclenchement de l’érection et dans le contrôle de l’éjaculation ;
  • Le second système est constitué par les corps caverneux : ils sont au nombre de deux et sont entourés d’une membrane plus épaisse et peu extensible appelée l’albuginée. Les corps caverneux sont responsables de la rigidité nécessaire à l’intromission.

Les organes érectiles sont sous la dépendance du système nerveux qui contrôle leur activité. A l’état de repos, le système nerveux exerce une inhibition permanente de l’érection qui aboutit à la flaccidité grâce à un médiateur chimique qui est l’adrénaline. Cette même adrénaline est déchargée spontanément dans le sang, au cours des états de peur ou d’anxiété, ce qui explique le blocage de l’érection dans de telles circonstances.

Déclenchement de l’érection

 Le déclenchement de l’érection est sous la dépendance du système nerveux et peut se faire, selon deux mécanismes qui le plus souvent, interfèrent :

  • Le premier mécanisme est réflexe et fait naître l’érection dite réflexogène à partir de stimulations directes de la verge ou d’autres zones érogènes, par des caresses par exemple est commandé par la moelle épinière ;
  • Le second mécanisme est psychique : l’érection psychique est déclenchée à partir d’une stimulation visuelle, olfactive (odeur) ou auditive (son).

Mécanismes de l’érection

Une fois le déclenchement de l’érection mis en jeu, le débit du sang dans les artères des corps caverneux va être multiplié par 20 ou davantage, pour assurer le remplissage des corps caverneux. La pression à l’intérieur des corps caverneux va ainsi augmenter considérablement. Dans le même temps, le système veineux qui assure le drainage des corps caverneux, donc le retour du sang vers la circulation générale, va se fermer. Le sang contenu dans les corps caverneux se trouve ainsi séquestré dans un espace clos, ce qui permet à la verge de passer de l’état de flaccidité, à la détumescence, puis à la rigidité ; La détumescence, au moment de l’éjaculation, survient grâce au déblocage des veines et au retour du sang contenu dans la verge, vers la circulation générale.

Le système ainsi réalisé ne fonctionnera donc, de façon harmonieuse que lorsque :

  1. La commande du déclenchement de l’érection par le système nerveux est normale et que les influx émis, sont transmis aux organes érectiles ;
  2. Les organes érectiles (corps caverneux et gland), sont de bonne qualité :
  3. L’apport de sang par les artères sexuelles est suffisant ;
  4. Le système de clôture des veines est étanche et absence de maladie des veines sexuelles.

Toute perturbation d’un de ces facteurs empêche la verge d’atteindre une rigidité suffisante et durable pour permettre l’accomplissement d’un acte sexuel harmonieux et satisfaisant.

Mécanismes de l’impuissance

Le déroulement de l’érection permet de reconnaitre à l’impuissance quatre mécanismes :

  1. La destruction des tissus érectiles

Cette destruction des tissus érectiles peut survenir à la suite de maladies telles que le priapisme qui frappe souvent les drépanocytaires. Le priapisme se manifeste par une érection spontanée, anormale, douloureuse, apparue sans stimulation sexuelle, et se prolongeant des heures, des jours ou des semaines. IL finit par détruire les corps caverneux. Il en est de même que la maladie de Lapeyronie qui se traduit par l’apparition de plaques indurées au niveau des corps caverneux qu’elles détruisent progressivement

  1. L’absence de déclenchement de l’érection

Elle s’explique soit par le fait que les stimulations sexuelles sont insuffisantes, soit par le fait que les messages du système nerveux n’arrivent pas à la verge. Deux groupes de causes neurologiques occasionnent cette absence de déclenchement :

  • Tout d’abord, les causes neurologiques qui interrompent la transmission des messages du système nerveux ;
  • Les autres causes sont psychologiques : ce sont par exemple, les états d’anxiété qui libèrent de l’adrénaline dans l’organisme et conservent la verge flasque.
  1. L’insuffisance d’apport sanguin

Dans ce cas, les vaisseaux sanguins, sont incapables d’apporter la quantité de sang indispensable à l’installation de l’érection. L’insuffisance d’apport peut être fonctionnelle, ce qui signifie que les vaisseaux sanguins eux-mêmes sont normaux, mais qu’ils ne reçoivent pas l’information nécessaire pour augmenter leur débit.

Le plus souvent, l’insuffisance d’apport est due à un obstacle mécanique à l’écoulement du sang : les artères sont de mauvaise qualité ou sont obstruées.

  1. L’insuffisance de maintien

Dans cette circonstance, le sang arrive normalement dans les corps caverneux mais n’y reste pas suffisamment longtemps pour réaliser la tumescence et la rigidité de la verge.

L’insuffisance de maintien est le plus souvent due à une fuite précoce du sang de la verge par les veines : on parle de fuite veineuse.

 

Tabac et impuissance

L’effet néfaste du tabac sur l’érection a été envisagé dès 1919 par Heman Jr qui considérait déjà le sevrage de tabac comme un élément important du traitement. Cet effet a été confirmé par les travaux de Forsberg qui ont démontré que l’intoxication tabagique pouvait altérer les vaisseaux sanguins du pénis. D’autres études effectuées par la suite en France par Virag, au Canada par Condra et Morales, et aux Etats Unis par Krane et Golstein ont prouvé l’effet néfaste du tabac sur la virilité.

Ces différentes études scientifiques ont prouvé que statistiquement, le pourcentage des fumeurs est plus élevé chez les patients impuissants que dans la population générale. Par ailleurs, ces études ont révélé que les fumeurs présentent le plus souvent une impuissance organique.

Les fumeurs lèsent leurs artères sexuelles au bout de 10 à 20 ans d’intoxication tabagique. Et ces artères sexuelles sont lésées plus précocement que les artères du cœur ou du cerveau. En effet, le cœur souffre et l’angine de poitrine ou l’infarctus s’installe lorsque l’artère coronaire, qui le nourrit en sang est rétréci à 60 %. Les accidents vasculaires du cerveau surviennent lorsque 90 % de la cavité de l’artère carotide est obstruée, alors que l’impuissance se manifeste dès que la cavité des artères caverneuses est obstruée à 25%.

Ainsi l’impuissance due à une atteinte des vaisseaux sanguins du fumeur se présente le plus souvent comme un signal d’alarme qui annonce des maladies graves du cœur ou du cerveau.

Le tabac lèse les artères sexuelles d’autant plus rapidement qu’il existe des facteurs de risque d’altération des vaisseaux sanguins comme le diabète, l’hypertension artérielle, ou l’hyperlipidémie (surcharge exagérée du sang en graisse).

L’action du tabac sur la virilité est duc en partie à des dépôts de plaques d’athérome sur ces vaisseaux sanguins qui gênent le remplissage des tissus érectiles par le sang.

L’autre mécanisme de l’altération de la virilité par le 1abac est lié à l’action de la nicotine sur les artères et les fibres musculaires lisses de la verge. La nicotine entraîne une contraction de ces différents éléments et réduit ainsi davantage le remplissage sanguin des tissus érectiles.

Ces différents effets néfastes rendent impératifs le sevrage tabagique chez tout impuissant fumeur d’autant plus que l’arrêt de la consommation de tabac peut prévenir la survenue de complications plus redoutables au niveau du cœur et du cerveau.

 Les causes de l’impuissance sexuelle

Le mécanisme complexe de l’érection explique les multiples circonstances où elle peut être affectée et donc la variété des causes de l’impuissance. On peut distinguer deux groupes de causes :

– Les impuissances psychogènes (ou psychologiques) au cours desquelles les organes de l’érection ne sont pas lésés ;

– Et les impuissances organiques qui découlent d’une perturbation, d’une lésion ou d’une maladie des tissus érectiles, des hormones qui agissent sur la verge, des vaisseaux sanguins qui irriguent la verge, ou des territoires du système nerveux qui contrôlent l’érection.

 L’impuissance psychogène

L’anomalie réside dans l’absence de déclenchement des phénomènes de l’érection : l’inhibition exercée par l’adrénaline n’est pas levée. La cause psychologique isolée est rare (20 %). Mais les impuissances organiques finissent toujours par déterminer des troubles psychiques qui aggravent la défaillance érectile. L’impuissance psychogène peut naître de plusieurs facteurs :

– de conflits psycho-affectifs familiaux ou professionnels ;

– de l’anxiété de réaliser des performances sexuelles ou bien de

– l’angoisse de l’échec créée par des défaillances répétées ;

– du comportement agressif de la partenaire (comportement castrateur)

– de troubles profonds du comportement relevant de la psychiatrie c’est   le cas lors des états de dépression ou de psychoses.

Les troubles psychologiques sont souvent la cause de l’impuissance qui motive la non-consommation du mariage, de l’impuissance occasionnelle, ou de l’impuissance apparaissant en compagnie d’une partenaire récente ou particulièrement désirée.

 Les impuissances organiques

Elles peuvent relever de plusieurs causes :

–  le priapisme ;

–  la maladie de Lapeyronie (voir les mécanismes de l’impuissance)

– et les fractures de la verge en érection. Elles surviennent au cours de traumatismes.  Par exemple le faux pas du coït (pénis en érection qui bute sur le périnée lors de l’intromission)

 Les causes hormonales

Ce sont les maladies qui affectent les hormones qui agissent sur la virilité. Il s’agit de maladies des glandes surrénales, de la glande thyroïde, de l’hypophyse ou de l’hypothalamus (zones du cerveau). Ces maladies diminuent les taux dans le sang, de la testostérone (hormone mâle) ou augmentent le taux des hormones femelles qui normalement sont secrétées en faibles quantités chez l’homme (hyperoestrogénies-hyperprolactinémies).

L’action des hormones sur l’érection est imparfaitement connue, l’hormone mâle agit essentiellement sur le désir sexuel ou libido.

 Les impuissances neurologiques

Elles sont ducs à une interruption des voies qui servent à la transmission des messages du système nerveux à la verge. C’est le cas :

– lors des traumatismes de la colonne vertébrale avec atteinte de la moelle épinière ;

– au cours de diverses maladies neurologiques qui lèsent les zones de la moelle ou du cerveau qui commandent l’érection ;

– lors de la destruction des nerfs de l’érection par exemple, au cours des interventions chirurgicales du bassin ou des gros vaisseaux sanguins.

 Les causes vasculaires

Ce sont des maladies des artères ou des veines.  Les maladies des artères gênent l’arrivée du sang. Il s’agit essentiellement de l’hypertension artérielle et des rétrécissements acquis ou congénitaux des artères sexuelles.

Lorsque l’atteinte artérielle est modérée, elle entraîne un ralentissement variable allant du simple retard d’installation de l’érection et une semi-rigidité de la verge qui gêne le rapport sexuel.

Quant aux maladies des veines ou aux communications anormales entre les corps caverneux et le corps spongieux, elles se traduisent par un défaut de maintien de l’érection.

NB : Le diabète, cause fréquente d’impuissance sexuelle lèse à la fois le système neurologique et les artères sexuelles.

Les impuissances iatrogènes

Les médicaments incriminés : Ce sont celles qui découlent d’un traitement médical.  Le plus souvent, l’impuissance résulte de la prise prolongée d’un médicament. Il s’agit fréquemment d’un antihypertenseur utilisé dans le traitement de l’hypertension artérielle (surtout les bétabloquants) et les diurétiques. D’autres groupes de produits sont accusés – des médicaments psychotropes (neuroleptiques), des hormones (oestrogènes), des anticholinergiques, des amphétamines.

Outre les médicaments, l’alcool est incriminé. La chirurgie du petit bassin ou des gros vaisseaux sanguins peut se compliquer d’impuissance. Celle longue liste de causes d’impuissance traduit la complexité du phénomène et justifie l’exploration multidisciplinaire de toute défaillance érectile.

L’impuissance psychogène

–       Persistance des érections nocturnes et du réveil

–       Persistance d’érections lors de la masturbation

–       Impuissance sélective (selon la circonstance ou le type de femme)

–       Début de troubles avec émotions, chocs affectifs ou conflits

L’impuissance organique

 –    Impuissance identique en toutes circonstances

–       Disparition des érections nocturnes et du réveil, appétit sexuel conservé

–       Début des troubles en dehors de circonstances émotionnelles ou conflictuelles

 

 

L’érection sous contrôle médical

L’utilisation des drogues vasoactives a marqué un tournant dans le traitement de l’impuissance. L ‘injection directe dans les corps caverneux où se passe l’essentiel des phénomènes de l’érection, de la Papavérine d’abord, puis d’autres drogues vasoactives, a permis de déclencher des érections de durée et qualité suffisamment satisfaisantes pour un rapport sexuel harmonieux. Les techniques de traitement développées à partir de l’utilisation de ces produits, offrent actuellement une solution efficace à un très grand nombre d’impuissants.

Il faut cependant souligner d’emblée, que les injections de produits vasoactifs dans la verge ne sont ni une panacée ni un traitement anodin et qu’elles sont réservées à des malades, dont l’impuissance a été explorée par des spécialistes, donc des patients choisis et qui demeurent sous surveillance médicale.

 Les médicaments utilisés

La première drogue utilisée a été la Papavérine dont l’action sur l’érection a été découverte par R. Virag. Par la suite, les alpha-bloquants ont été utilisés rarement de façon isolée, le plus souvent en association avec la Papavérine. Les autres produits employés sont des dopaminergiques ou des prostaglandines.

Ces différents produits sont capables lorsqu’ils sont injectés dans les corps caverneux de déterminer une érection ferme et rigide, même en l’absence de toute stimulation sexuelle ou de tout désir. Cependant, la stimulation sexuelle potentialise leur action.

 La détermination des doses

La dose nécessaire est déterminée à la suite d’un minitest à la Papavérine. Ce médicament déclenche, dès qu’il est injecté dans les corps caverneux une érection totalement rigide dans un délai de 15 minutes. L’injection d’une petite dose (8 mg), permet de suivre les variations du volume et de la rigidité (grâce à un rigidimètre) de la verge, de calculer les variations du débit sanguin dans la verge, et de déterminer à l’aide de ces paramètres, les doses de produits vasoactifs nécessaires pour déclencher une érection de bonne qualité. Cette dose est variable selon les individus et la cause de l’impuissance. Il est donc indispensable de consulter un spécialiste de l’impuissance pour déterminer la dose utile.

 Les protocoles de traitements

Ils sont de deux ordres :

1° Le protocole de perfusion

Il est utilisé essentiellement sur les patients qui présentent une maladie des artères. Il consiste à faire passer directement dans les corps caverneux, des perfusions de sérum physiologique contenant les produits vaso-actifs. L’irrigation de la verge par ces perfusions a un effet mécanique sur les artères et un effet d’étirement sur les fibres musculaires. Le but de ces perfusions intra caverneuses de produits vasoactifs est d’améliorer les érections spontanées.

 Rythme des perfusions

Le traitement d’attaque comporte quatre (4) perfusions :  les deux premières à 15 jours d’intervalle, les deux autres à un mois d’intervalle. Le traitement d’entretien se fait selon un rythme variable en fonction des résultats acquis à consolider.

 2° – Le protocole d’auto-infection

Les auto-injections de produits vasoactifs donnent au patient impuissant, la possibilité de déclencher ou d’améliorer son érection par une injection réalisée par lui-même 15 à 20 minutes avant l’acte sexuel pour l’aider à réussir la pénétration. L’auto-injection peut être substitutrice : l’injection sert dans ce cas à déclencher l’érection.

On peut comparer cette auto-injection substitutrice à une véritable prothèse chimique. Elle s’adresse surtout aux impuissances neurologiques, mais elle traite aussi les autres impuissances avec atteinte organique modérée et anxiété de performance.

L’auto-injection peut aussi être considérée comme libératrice : c’est le cas au cours des impuissances psychogènes. Le but de l’auto-injection est alors de s’opposer à l’inhibition maintenue par l’adrénaline.

Enfin les auto-injections de drogues vasoactives servent aussi à traiter l’éjaculation précoce, puisque l’érection déclenchée persiste même après éjaculation pendant près d’une heure ou davantage selon la dose administrée et permet d’amener la partenaire à l’orgasme. La dose idéale de produit vaso actif à injecter est celle qui procure une érection rigide qui se maintient aussi pendant une heure et disparait progressivement au bout de deux heures. L’amélioration des érections spontanées amène le patient à réduire petit à petit les doses utilisées jusqu’au sevrage.

La mise en place du protocole d’auto-injection

Elle comporte un apprentissage de la technique (aseptie, zones d’injection, technique d’injection) : pendant cette période, le patient réalise lui-même l’injection qu’il apprend à pratiquer au cabinet du médecin. Le protocole comporte aussi une période probatoire durant laquelle, le malade réalise des injections-tests à domicile et note les résultats obtenus avec sa partenaire.

A l’issue de cette période probatoire, les doses de produits sont réajustées et le traitement définitif est institué.

Les précautions d’emploi et les complications de ces médicaments

Les drogues vasoactives injectées dans les corps caverneux ne sont pas sans danger et ne doivent pas être utilisées inconsidérément. Parmi les complications et effets indésirables, certains sont de survenue immédiate, d’autres, à distance.

 Les complications immédiates

Il peut s’agir de blessures des vaisseaux sanguins lors de l’injection suivies, de saignement et de la constitution d’hématomes bénins et passagers.

Il peut s’agir surtout de la survenue d’érections prolongées : lorsque l’érection installée par les drogues vasoactives dure plus de deux ou trois heures, il devient impératif de la faire céder soit en vidant les corps caverneux de leur contenu sanguin par ponction (aspiration), soit en injectant dans la verge de l’adrénaline (métaraminol), antidote de la papavérine.

Les érections prolongées au-delà de 6 heures sont de véritables priapismes et elles font courir un risque d’altération des tissus érectiles. Ces érections prolongées sont la complication majeure de l’utilisation intra caverneuse des drogues vasoactives. La menace qu’elles constituent justifie l’éducation du patient qui doit savoir faire tomber une érection et respecter les doses prescrites. Elle justifie également, la nécessaire disponibilité de l’équipe médicale qui a institué le protocole d’auto-injections. Les auto-injections sont sans danger lorsque leur indication a été bien décidée et la prescription correctement suivie.

 Les risques à distance

Ils sont constitués par la formation possible de petits nodules au niveau des points d’injection, d’où la nécessité de varier les zones à chaque injection.

Le risque d’altération progressive ou fibrose des tissus érectiles est évoqué mais sans preuve objective. Des milliers de patients suivent des protocoles d’auto-injections de drogues vasoactives en Europe et en Amérique depuis plusieurs années sans altérations aucune de leurs corps caverneux.

L’érection sous contrôle médical occupe actuellement une place importante dans le traitement de l’impuissance. Elle a remplacé l’implantation de prothèses dans les impuissances neurologiques. Elle constitue une alternative efficace dans le traitement de certaines impuissances d’origine artérielle, et elle permet de passer le cap devant des difficultés d’ordre psychologique.

De nouveaux cocktails de produits vasoactifs telle que la céritine mise au point au centre d’étude et de traitement de l’impuissance à Paris, permettent à présent d’agir efficacement sur les impuissances par insuffisance de maintien. Des dispositifs ingénieux commencent à voir le jour qui permettent d’enfouir dans les bourses ou dans l’abdomen, des réservoirs de drogues vasoactives que l’on peut vider dans les corps caverneux sans attirer l’attention et en évitant ainsi, la petite douleur de l’injection. L’érection sous contrôle médical constitue donc une véritable révolution dans le traitement de l’impuissance.

La technique est efficace, au prix de l’artifice d’une injection, elle offre une vie sexuelle satisfaisante, elle ouvre la voie à des découvertes futures. Dans ce cadre, la pharmacopée africaine dispose de nombreux produits dont l’efficacité légendaire mérite une étude et une vérification scientifiques.

Le traitement chirurgical

Le traitement chirurgical est indiqué dans les atteintes des vaisseaux sanguins et dans les états d’altération majeurs des tissus érectiles où le traitement médical par les drogues vasoactives n’a guère de chance de succès. Le traitement chirurgical comporte plusieurs modalités :

 La chirurgie des artères et des veines

La chirurgie des artères réalise essentiellement des montages qui contournent les zones lésées (par des pontages) et qui suppléent ainsi à l’insuffisance d’apport en sang. Pour ce faire, le chirurgien utilise soit un segment prélevé sur un autre vaisseau sanguin, soit du matériel synthétique.

La chirurgie des veines, quant à elle, dans les insuffisances de maintien, fait appel à des résections ou des ligatures de la veine dorsale de la verge et des veines qui circulent autour des corps caverneux. Elle réalise d’autre part l’artérialisation de la veine dorsale qui consiste à modifier le sens de la circulation du sang dans cette veine, en y implantant une artère.

Les prothèses péniennes

Elles constituent l’ultime recours dans le traitement de l’impuissance. Elles sont composées de deux tubes pleins silicone ou de deux tuteurs gonflables, implantés lors d’une intervention chirurgicale à l’intérieur des çorps caverneux, dans le but d’assurer la rigidité de la verge. Il existe plusieurs types de prothèsçs péniennes dont le prix varie de trois cent mille francs cfa à deux millions cfa.

Les prothèses rigides

Elles sont peu coûteuses mais sont inesthétiques parce qu’elles maintiennent la verge en état de rigidité permanente. Elles posent de ce fait, des problèmes vestimentaires.

Les prothèses semi-rigides

Elles réduisent les problèmes esthétiques puisqu’elles permettent de plier la verge pour la loger plus facilement dans le linge de corps. Cependant, les usages fréquents qui amènent à redresser la verge lors de l’émission des urines ou de l’intromission, peuvent détériorer la prothèse ou même la casser

Les prothèses gonflables

Elles comportent un réservoir liquidien enfoui entre les testicules et dont le contenu sert à gonfler les tuteurs de la prothèse. La pression de zones précises de la prothèse permet de la gonfler ou de la dégonfler à volonté.  Ces prothèses gonflables sont totalement invisibles et pratiquement insoupçonnables par la partenaire si le patient les manipule habilement. Leur inconvénient, outre leur coût élevé, est la possibilité de pannes.

 

 

 

La fracture de la verge :

une curieuse réalité

Le terme de fracture de la verge fait souvent sourire et pourtant il désigne une réalité médicale et une urgence chirurgicale. Bien sûr, la verge de l’homme ne compte guère d’os mais sa rigidité au moment de l’érection lui confère des caractères comparables à ceux d’un membre.

La fracture de la verge est en fait une déchirure de l’un ou des deux corps caverneux et de la membrane qui les entoure : l’albuginée. Elle ne peut survenir que sur une verge en érection et qui est traumatisée, en général tordue. La fracture de la verge survient habituellement lors d’un faux pas du coït : au moment de l’intromission, la verge en érection rate l’orifice du vagin et bute sur le périnée (zone située entre le vagin et l’anus).

Au moment de la fracture, on perçoit un bruit de craquement, l’érection disparaît aussitôt, la verge se déforme, se coude, s’enfle et devient douloureuse. Le résultat est identique lorsque la verge bute sur le cadre d’un lit ou tout autre plan dur. La fracture peut aussi survenir au cours de manipulations de la verge en érection avec torsion, lors de masturbations, ou de réintégration de la verge dans le slip par exemple.

Le traitement de la fracture de la verge est chirurgical. Lorsqu’il est institué rapidement, la guérison est habituelle et ne laisse pas de séquelles. Lorsque la fracture est négligée, des déformations de la verge ou une impuissance lui font suite.

 

 

 

 

Erection anormale prolongée et douloureuse :

le priapisme

Le chant du cygne

Le priapisme désigne une maladie qui se manifeste par une érection prolongée, anormale, née sans désir sexuel, érection particulièrement douloureuse et qui n’aboutit pas à une éjaculation.

Le priapisme se distingue de l’érection normale d’abord, par sa survenue spontanée en dehors de toute stimulation ou désir sexuel. Mais il peut s’installer à la suite d’un coït contrarié. L’érection du priapisme se singularise ensuite par la douleur à type de torsion de la verge qui donne l’impression que le membre va éclater, douleur qui gêne le sommeil mais qui diminue progressivement d’intensité.

Le troisième caractère de l’érection du priapisme est que la rigidité de la verge n’intéresse que les corps caverneux. Le gland de la verge reste mou. C’est une maladie rare chez l’enfant, qui frappe surtout l’adulte jeune entre 20 et 40 ans, mais qui peut se rencontrer à tout âge.

Il s’agit d’une affection connue depuis l’Antiquité. La dénomination est tirée de la mythologie grecque, du nom de Priape, fils de Bacchus et de Vénus, Dieu de la fécondité et de la fertilité des sols et qui incarnait la virilité.

A l’origine, le priapisme était considéré comme un signe de virilité d’où la référence à Priape. En Afrique, les croyances populaires assimilent la maladie à une malédiction ou à une punition. Dans les croyances locales, le priapisme est l’œuvre d’un sorcier punissant un homme adultère en lui jetant un mauvais sort. Aussi, le sujet atteint de priapisme est-il traité avec mépris ou ironie. On va même jusqu’à soutenir que seul le sorcier, auteur du priapisme peut le guérir et que le malade doit se confesser auprès du mari de son amante et implorer son pardon.

En réalité, le priapisme est une affection qui frappe toutes les races, et existe sous toutes les latitudes, dans tous les pays. Le priapisme est la drépanocytose. La drépanocytose est une maladie héréditaire des globules rouges du sang et tout drépanocytaire de sexe masculin peut un jour être une victime de priapisme, qu’il ait reçu la tare de l’un ou de ses deux parents.

D’autres maladies du sang comme les leucémies ou les polyglobulies peuvent déterminer des priapismes. En outre, des intoxications par des médicaments, des drogues, ou par l’alcool, peuvent être responsables de priapisme. Enfin, des affections du système nerveux ou des affections locorégionales comme un cancer qui envahit la verge peuvent en être la cause.

L’essentiel, en cas de priapisme est d’entreprendre rapidement le traitement pour préserver la· virilité. Les médicaments sont de peu d’effet sur cette érection anormale. Les transfusions peuvent guérir le priapisme du drépanocytaire. Dans tous les autres cas, la guérison est obtenue par la chirurgie. En l ‘absence du traitement, l’érection finit toujours par céder spontanément au bout d’un délai imprévisible de quelques jours à plusieurs semaines, mais alors une impuissance définitive s’installe.

Ainsi, le p1iapismc n’est nullement l’expression du mâle épanoui, mais c’est le chant du cygne qui sonne le glas de la virilité en l’absence d’un traitement d’urgence en milieu spécialisé.

 

FIN SUPPLEMENT SUD SANTE

 

  GUINEE

L’opposition fait son unité

 Par Ibrahima Fall

En mars 1984, avec la disparition du président Sékou Touré, de larges secteurs de l’opinion africaine croyait à jamais révolue l’ère du tribalisme et du népotisme.

Le nouveau régime militaire affirmait faire de l’unité nationale, le crédo des axes de la politique de redressement qu’il affirmait vouloir entreprendre. Quatre ans après, c’est la désillusion totale. Les Guinéens en sont même arrivés à regretter le régime de Sékou Touré en dépit ·de ses nombreuses limites. Le général Conté apparait comme le plus grand diviseur du peuple guinéen, balloté au gré des lubies d’un régime qui allie l’incompétence et l’apparente insouciance de lendemains pourtant annonciateurs de mutations radicales.

Dans l’interview qu’il nous a accordée, un des principaux leaders du Rassemblement des patriotes guinéens (RPG) qui se veut un creuset de propositions et d’actions pour l’émergence d’une Guinée nouvelle, trace les grandes lignes de l’action de ce nouveau front de lutte. Selon le manifeste du RPG, « ce front est le résultat d’un long travail, l’aboutissement d’un lent processus de prise de conscience individuelle et collective des patriotes guinéens de toutes les couches sociales ».

 Le RPG qui a vu le jour au début de cette année est composé des mouvements « Unité, Justice, Patrie » (Segueti) très bien connu des Guinéens notamment à travers ses publications : « Segueti » et le « poisson pourrit toujours par la tête », le Mouvement national démocratique (MND) rénové et le Comuna (Comité militaire pour l’unité nationale) crée par de jeunes officiers, sous-officiers, et soldats patriotes. ‘

 Corruption généralisée

Le RPG rassemble des anciens militants restés fidèles au programme originel du PDG et des personnalités patriotes résidant aussi bien en Guinée qu’à l’extérieur du pays. Le programme du RPG s’appuie sur la nécessité d’atteindre la justice sociale et les libertés. Le Rassemblement accordera une place centrale à la lutte contre le tribalisme, qui constitue une des plus grandes plaies de la Guinée d’aujourd’hui. En ce qui concerne cette politique, le dirigeant du RPG estime que le gouvernement de Conté mène une politique de favoritisme pour les cadres Soussous, son ethnie. A L’appui de sa thèse, il précise que les principaux responsables du régime appartiennent à cette ethnie. On peut citer le n° 2 Abou Camara, Secrétaire permanent du CMRN, Al Housseynou Fofana, ministre de l’Agriculture, des Eaux et Forêts et en même temps chef du Service des renseignements. Tous les commandants de zones militaires sont des Soussous selon notre interlocuteur qui précise « qu’au niveau des postes de direction, les cadres peulhs et malinkés sont écartés. »

Une autre plaie de la Guinée sous Conté est la corruption généralisée dans le pays. Selon lui, la femme de Conté, Henriette, est « la principale trafiquante du pays. Elle a à son actif, la gestion de 20 magasins (ex magasins Socomer, destinés à la vente des produits hors taxes, rebaptisés Alimatou), l’hôtel Camayenne, la reprise du jardin d’enfants appartenant à la veuve de Sékou Touré, la construction d’immeubles et le trafic de diamants.

Cette situation fait que les Guinéens en sont arrivés à sublimer l’ère du PDG. A preuve, lors des élections de 1986, des responsables de quartiers, 80% des personnes élues à Conakry sont des anciens dignitaires de l’ex PDG. Les résultats de ces élections ont été entérinés malgré les multiples pressions et menaces du pouvoir.

Dans tous les bars, les disc-jockeys, jouent « mandjou », l’hymne à la gloire de Sékou Touré. Le RPG, dans sa plate-forme d’action exclut toute forme de pouvoir militaire. Il se fixe comme ambition selon son responsable de « rassembler les jeunes, les travailleurs, les soldats et les femmes pour un mouvement d’ensemble qui renverserait le pouvoir pour imposer un changement qualitatif. »

Le RPG pense que les conditions de lutte sont favorables, l’armée étant divisée et les jeunes officiers et soldats étant farouchement opposés au CMRN. Le responsable du RPG exclut le « rassemblement des Guinéens de l’extérieur » (RGE) de Siradiou Diallo, de tout processus de rénovation démocratique. Selon le responsable du front, « les membres du RGE sont des éléments de l’impérialisme français. De surcroît, les Français n’ont plus besoin d’eux.

Ils ont Conté ».

 

NIGER

L’autorité du bassin se meurt

 Pana

L’Autorité du Bassin du Niger (ABN) dont le siège se trouve à Niamey, est mourante depuis quelques années. C’est à penser que les neuf Etats riverains du fleuve Niger, de ses affluents et sous-affluents (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Nigéria et Tchad) admettaient, comme une fatalité la disparition pure et simple de l’organisation. ·

L’ABN est paralysée et moribonde depuis 1985, du fait notamment ou refus de la plupart des pays membres de payer leurs contributions dont les arriérés s’élevaient en avril dernier à 938 millions de FCFA (environ 3,350 millions de dollars) pour un budget de quelques 285 millions de FCFA (environ 1 million de dollars).

Conséquences : le personnel de l’organisation était, en mars 1988, à son quatorzième mois sans salaire. Depuis 1983, les frais médicaux ne sont plus remboursés. Les agents ne peuvent plus honorer leurs engagements.

Par ailleurs, plusieurs projets relatifs à l’étude des anomalies des crues du Niger, au plan d’aménagement du bassin (plus de 2 millions de km2 avec les affluents) au développement agricole dans les zones aménagées, ont échoué ou ont été purement abandonnés du fait de difficultés de financement.

L’état de l’organisation est tel que son secrétaire exécutif, M. Ibrahima Sory Baldé (Guinée), déclarait lors de la visite du président nigérien « l’Autorité du Bassin du Niger est sans autorité ».

Le prochain sommet (le 6ème) prévu l’année prochaine à Bamako aura à choisir entre faire les sacrifices pour revitaliser et dynamiser une organisation mise en place depuis octobre 1963, ou signer son acte de décès.

 

OSCARS DES MANAGERS AFRICAINS

 Produire et échanger A frique

 De notre envoyé spécial à Kinshasa, lbrahima Fall

 La cérémonie de remise d’oscars aux managers africains, ces capitaines d’industries qui se sont le plus distingués sur le front économique, a revêtu cette année un caractère particulier. En effet, il s’agissait de fêter pour la première fois, le président du Club des managers africains, M. Bemba Saolona, lauréat de l’Oscar des Oscars et manager africain de l’année.

Cette fête économique avait également un pendant politique avec la distinction du Maréchal Mobutu qui a reçu la Palme de la paix et du développement pour l’année 1987.

Ces grandioses cérémonies organisées par le groupe du Moniteur Africain que dirige notre confrère Sid Abd Allah Sy, ont eu pour cadres Gbadolite et Kinshasa au Zaïre.

Tout a commencé le 18 avril à Gbadolite, village natal du chef de l’Etat zaïrois, situé à 1.700 km de Kinshasa, sur la frontière avec la Centrafrique. Le groupe du Moniteur Africain avait choisi l’Association des Juristes africains (AJA), pour remettre sa distinction au Maréchal Mobutu. En recevant son prix des mains de M. Benoît Ngom, président des Juristes Africains, le président zaïrois s’est voulu l’ardent défenseur d’un partenariat interafricain qui doit sonner le glas de la tendance à l’extraversion qui consiste à tout acheter et vendre au Nord. « Il faut produire Afrique et échanger, Afrique pour une véritable intégration de nos économies », a affirmé le président Mobutu qui a longuement plaidé pour la création sur le continent, d’entreprises avec les capitaux interafricains et pour la promotion et le développement du secteur privé « qui doit faire preuve de dynamisme et de créativité ».

Le choix du Moniteur africain porté sur sa personne est, selon le président Mobutu « un hommage rendu au peuple zaïrois dans son combat pour la paix et le développement ».

Pour leur part MM. Bemba Saolona, président du Club des Managers africains et Sid Abd Allah Sy ont magnifié le combat du chef de l’Etat zaïrois pour la paix.  »Nous qui avons pendant cinq ans, souffert de l’insécurité et de l’injustice, savons que cette distinction n’est pas une surprise », a estimé le président des Managers tandis que Sid Abd Allah Sy qualifiait le président Mobutu de « grand combattant de la paix et du développement. Vous n’appartenez plus au seul Zaïre. Vous êtes au service de l’humanité tout entière », a ajouté le responsable du Moniteur africain.

 Prestations artistiques

Dans son discours, M. Benoît Ngom a réaffirmé le crédo de son association qui « est contre la peine de mort, les détentions arbitraires, les tortures, les conditions de détention dégradantes et humiliantes, les infractions pour délits d’opinion ainsi que les formes d’intolérance politique, économique, culturel et religieuse ». M. Benoît Ngom a justifié l’attribution de la Palme de la paix et du développement au président Mobutu par  »l’immense travail » que celui-ci a accompli depuis 22 ans. Pour le président de l’AJA, le « prix est surtout un défi à son récipiendaire, car il le condamne à être davantage pour l’avenir et pour l’exemplarité de cet oscar, homme de paix, de tolérance, de fraternité et de développement plus qu’il ne l’a été par le passé ».

Le soir tous les invités du Moniteur africain se sont retrouvés au palais du peuple à Kinshasa pour la soirée de gala organisée en l’honneur des managers africains primés. Cette cérémonie qui a été marquée par la prestation réussie de nombreux artistes dont Doudou Ndiaye Rose et ses Rosettes, Tshala Muana, Soundioulou et Mahawa Kouyaté etc., était présidée par M. Sambwa Pida Mbagui Premier commissaire d’Etat (Premier ministre), représentant le chef de l’Etat. A cette occasion, 46 oscars, allant de l’excellence à l’innovation en passant par le partenariat, le management, le développement, etc., ont été remis

Outre M. Saolona Oscar des Oscars, on peut citer parmi les récipiendaires MM. Pierre Goudiaby, Bassirou Ndao, Cheikh Tidiane Ndiaye, Moustapha Sarr, etc. du Séoégal, Grégoire Ngako Piwélé du Cameroun, Joachim Richmond et Mme Fatima Sylla Diakhité de Côte d’Ivoire, M. Bengali N’Sambwé Mbali du Zaïre, etc.

Dans le discours qu’il a prononcé à cette occasion, le président du groupe du Moniteur africain a estimé que l’aventure tentée il y a quelques années a été une réussite. En atteste, selon lui, « le nombre de plus en plus grand de managers et de professionnels de la presse qui y participent ».

Quant à M. Fara Ndiaye, représentant de ExpressTransit, il a affirmé que la cérémonie est « un complot ourdi par les managers, pour réconcilier notre continent avec lui-même »

 L’homme de la soirée, M. Bemba Saolona, a retracé sa carrière d’opérateur é à la tête d’un véritable empire comptant une vingtaine d’entreprises, dont une compagnie aérienne et qui emploie plus de 30 000 personnes. A tous égards, la fête a été belle. Les managers africains se sont largement concertés sur les moyens de dynamiser la coopération interafricaine dans le secteur des affaires, tout en se donnant rendez-vous l’année, prochaine à Abidjan qui accueillera comme, en 1986 la cérémonie des oscars.

 

Réactions

  • Bemba Saolona – Oscar des oscars, Président du Club des Managers aficains (Zaïre)

Je suis très honoré par cette distinction. La cérémonie prend d’année en année une nouvelle ampleur. Au début, nous avons préféré rester entre managers francophones. Nous nous ouvrons progressivement aux Anglophones et aux Arabophones. Il faut tout faire pour développer le partenariat interafricain. Nous devons mieux nous connaître d’abord et investir ensemble ensuite.

  • Patrice Kouame – Oscar des banquiers (Côte d’Ivoire)

 Cette distinction me procure un sentiment de réconfort. Le métier de banquier est difficile, surtout dans un environnement instable et troublé par le problème de la dette. De ce fait, les banquiers doivent constamment se remettre en question.

  • Pierre Goudiaby Atepa, Oscar de l’excellence (Sénégal)

Mon Oscar est un oscar dédié à la jeunesse, surtout au moment où elle s’interroge sur son avenir qui n’est pas aussi sombre qu’il paraît.  Je suis très heureux que la Palme de la paix et du développement ait été décernée au président Mobutu qui le mérite. Il croit en l’Afrique et à son développement, par les Africains. Avec sa révolution culturelle, il traduit toute la fierté de notre continent. Il est condamné et à ne pas décevoir dans la quête d’une Afrique unie et respectée.

  • Fara Ndiaye (représentant M. Cheikh Tidiane Ndiaye) – Oscar du partenariat – Sénégal

Cette distinction est importante. Pour la première fois il a été décerné un Oscar du partenariat. Au-delà de la fête, ce qui est important, c’est ma rencontre entre opérateurs économiques africains, car l’avenir appartient au partenariat interafricain.

  • Benoit Ngom – Président de l’Association des Juristes africains (AJA)

J’ai accepté de remettre son prix au président Mobutu, en raison des relations de coopération qui existent entre le Zaïre et l’AJA. C’est depuis 1986 que nous avons commencé à entretenir des relations directes avec les autorités zaïroises. Ces relations se sont révélées fructueuses parce que le Zaïre a ratifié la Charte africaine des Droits de l’Homme et des Peuples et a créé un Commissariat d’Etat aux Droits et Libertés du citoyen. L’AJA vient de signer un protocole d’accord avec ce département. La signature de cette convention montre la bonne volonté et la détermination des autorités zaïroises à agir dans la bonne direction.

  • Sid Abd Allah Sy – Président du groupe du Moniteur africain

Si tout cela est possible, je le sois d’abord au président Abdou Diouf, qui a joué un rôle important dans l’organisation de toutes les manifestations. A Kinshasa, la manifestation a atteint une telle ampleur que nous sommes condamnés à maintenir le cap. Nous ne pouvons pas primer des managers venant de tous les pays africains. Nous nous intéressons d’abord aux pays que nous connaissons. Nous voulons être des hommes pondérés et pratiques. Je défie quiconque de me prouver que les primés ne sont pas les meilleurs. La désignation des lauréats se fait dans la plus grande transparence.

 

PANA

 Un créneau porteur

L’Agence panafricaine d’information vient de traverser une passe difficile qui a motivé la convocation à Dakar, sur instruction de l’OUA, d’une session extraordinaire de son conseil intergouvernemental. Alors que son directeur général, le Congolais Auguste Mpassi Muba en commente les résultats, notre collaborateur Bathie Diop en profite pour jeter un coup d’œil au-delà du fil de l’agence.

 L ‘Agence panafricaine d’information est un jeton qui se lit sur deux faces recto-verso. Combinant le meilleur et le moins bon, l’Agence au stade actuel de son développement, offre l’image d’un creuset de paradoxes où, forces centrifuges et périphériques, gravitent collectivement dans une même dynamique. Cette logique des contraires explique ses difficultés passées et présentes qui ne sont pas que financières, même si au demeurant ce dernier aspect reste le plus perceptible.

Côté recto d’abord.

La PANA symbolise ce qui s’est fait de mieux jusqu’ici, par les Etats membres de l’0UA en matière d’information. S’installant avec fracas dans la brèche ouverte, au tournant des années 70 par le rapport Sean Mac Bride (UNESCO) pour un Nouvel Ordre Mondial de l’Informat1on et de la Communication, la PANA dans sa finalité, n’est pas uniquement conçue pour « rectifier le flux des informations entre le Nord et le Sud ». Elle va plus loin. Faisant le constat de l’extrême cloisonnement du continent de part et d’autre des lignes frontalières aussi étanches qu’invisibles, l’agence panafricaine s’est également fixée pour objectif tacite, mais non moins fondamental, la « promotion des échanges de toutes natures à l’intérieur même du continent ».

Ce volet Sud/Sud est d’autant plus opportun, si l’on garde à l’esprit l’extraordinaire méconnaissance que les Africains ont de leurs propres voisins. Si elle arrivait à remplir correctement cette mission, experts, chercheurs et décideurs africains, entre autres utilisateurs potentiels, ne seraient plus contraints de s’en tenir aux sources étrangères pour disposer (dans les rares cas où c’est possible) des données de base nécessaires à leurs travaux.

Se trouvant dans une position privilégiée qui lui permet de disposer de correspondants (agences de presse) dans chacun de ses pays membres, l’Agence bénéficie a priori, de toute la matière requise pour se muer en tête de liste des toutes premières banques de données sur la vie économique, sociale, culturelle scientifique et politique d’un des continents qui reste jusqu’ici à la fois le plus attrayant et l’un des plus mal connus. Ce qui n’est qu’une esquisse miniature du vaste champ d’expansion potentielle de l’agence, se rétrécit cependant dès qu’on tourne l’envers du jeton.

Côté verso

Contraintes et blocages, amenuisent l’efficacité de l’agence et placent sa crédibilité sous hypothèque. Le premier paradoxe réside dans le fait qu’à l’heure actuelle, l’agence connait toutes les contraintes administratives d’une organisation internationale, tout en étant l’une des rares institutions spécialisées de l’OUA, prestataire de services à titre onéreux. Ce blocage qui avait résumé dans un premier temps ses sources de revenus à la seule contribution de ses Etats membres, ne luis garantissent aucunement l’autonomie et la souplesse de gestion nécessaires à toute entreprise de presse, fonctionnant selon les normes conventionnelles.

Susceptibilités politiques

Au plan professionnel, les dispositions de la convention d’établissement ont fait de la PANA une structure hybride. Elle ne fonctionne pas exactement comme une agence traditionnelle avec une autonomie rédactionnelle. Elle n’est pas non plus un simple pool d’agences à l’image de celui des Non Alignés.

Elle est tout cela à la fois, et cumule nécessairement, les contraintes de chacune de ces structures, sans disposer par ailleurs, des moyens humains et financiers requis pour y faire face. Au terme des articles 5, 7 et 8 de sa convention d’établissement, la Pana est tenue de reprendre les nouvelles (officielles) qui lui sont envoyées par les agences nationales africaines.

Cette contrainte est d’autant plus astreignante, que la pratique d’un journalisme d’agence selon les normes professionnelles, est relativement récente sur le continent, si elle n’est pas embryonnaire voire inexistante dans certains pays.

Il s’y ajoute que même si elle se définit comme « une source alternative d’informations », elle ne peut toujours compter sur les meilleures compétences africaines dans la mesure où les principes d’équilibre linguistique et géographique que lui impose son statut d’organisation internationale lui imposent une grille spécifique de recrutement qui ne fait pas toujours son compte.

Par ailleurs l’agence qui a une vocation panafricaine et se définit sous ce rapport dans toutes ses activités, n’est reçue que dans un nombre encore limité de pays, en raison des insuffisances de son matériel technique dues aux lourds coûts financiers et à la modicité de ses moyens. Un seul pays arabe sur les huit du continent, reçoit ses émissions et six pays au moins de l’ouest-africain, sont dans la même situation.

Face à toutes ces contraintes, il serait tentant de désespérer de l’agence. Ce serait compter sans l’initiative et les efforts constants de ceux qui l’animent. En fait, la Pana souffre au stade actuel de son développement, d’un mal ordinaire : le manque d’expérience de ses initiateurs. N’ayant aucune expertise en matière d’agence transnationale, et en bute aux préjugés et susceptibilités politiques, la Pana ne pouvait être autrement. Toutefois, le pragmatisme et la modestie d’un nombre de plus en plus croissant de délégués africains, permettent à chaque session du Conseil Intergouvernemental (CIG), de rectifier progressivement le tir.

De plus en plus, l’accent est mis, au cours des différentes sessions du CIG, sur la nécessité de créer à terme, les conditions optimales pour « une plus grande compétitivité de l’agence ». Dans cette perspective, le staff actuel, bénéficie de toute l’attention des membres du CIG qui se sont montrés disposés lors de la session extraordinaire tenue les 28 et 29 juillet à Dakar, à toute suggestion susceptible de « rendre le produit Pana concurrentiel », dans la perspective d’une commercialisation imminente.

Ainsi, la Pana est désormais autorisée à vendre son produit et certains délégués vont même jusqu’à lui réclamer dès à présent un échéancier au terme duquel elle pourrait gagner son autonomie financière et surtout se redimensionner, comme toute autre structure rentable, en fonction également, de ses impératifs commerciaux.

Au nombre des mesures nouvelles, les responsables de l’agence ont aussi reçu en janvier 1988, à l’occasion de la dernière session ordinaire du CIG tenue à Addis Abeba, une autorisation fort attendue consistant notamment, à poursuivre la réflexion déjà engagée dans la perspective d’une révision diligente des articles 5, 7 et 8 de la convention d’établissement, la PANA est tenue de reprendre les nouvelles (officielles) qui lui sont envoyées par les agences nationales africaines.

Cette contrainte est d’autant plus astreignante, que la pratique d’un journalisme d’agence, selon les normes professionnelles, est relativement récente sur le continent, si elle n’est pas embryonnaire voire inexistante dans certains pays.

Il s’y ajoute que même si elle se définit comme « une source alternative d’informations », elle ne peut toujours compter sur les meilleures compétences africaines dans la mesure où les principes d’équilibre linguistique et géographique, que lui impose son statut d’organisation internationale, lui imposent une grille spécifique de recrutement qui ne fait pas toujours son compte.

Par ailleurs, l’agence qui a une vocation panafricaine, se définit sous ce rapport dans toutes ses activités, n’est encore reçue que dans un nombre limité de pays, en raison des insuffisances de son matériel technique dues aux lourds coûts financiers et à la modicité de ses moyens. Un seul pays arabe reçoit ses émissions et six pays au monde de l’Ouest africain sont dans la même situation.

Face à toutes ces contraintes, il serait tentant de désespérer de l’agence. Ce serait compter sans l’initiative et les efforts constants de ceux qui l’animent. En fait, la PANA souffre au stade actuel de son développement, d’un mal ordinaire : le manque d’expérience de ses initiateurs. N’ayant aucune expertise en matière d’agence, transnationale, et en bute aux préjugés et susceptibilités politiques, la PANA ne pouvait être autrement que ce qu’elle fut à ses débuts.

Toutefois, le pragmatisme et la modestie d’un nombre de plus en plus croissant de délégués africains, permettent à chaque session du Conseil intergouvernemental (CIG), de rectifier progressivement le tir.

De plus en plus, l’accent est mis, au cours des différentes sessions du CIG, sur la nécessité de créer à terme, les conditions optimales pour « une plus grande compétence de l’agence ».

Dans cette perspective, le staff actuel bénéficie de toute l’attention des membres du CIG, qui se sont montrés disposés lors de la session extraordinaire tenue les 28 et 29 juillet à Dakar, à toute suggestion susceptible de « rendre le produit PANA concurrentiel » dans la perspective d’une commercialisation imminente.

Ainsi, la PANA est désormais autorisée à vendre son produit et certains délégués vont jusqu’à même lui réclamer, dès à présent, un échéancier au terme duquel elle pourrait gagner son autonomie financière, et surtout se redimensionner, comme tout autre structure rentable, en fonction également de ses impératifs commerciaux.

Au nombre des mesures nouvelles, les responsables de l’agence ont aussi reçu en janvier 1988, à l’occasion de la dernière session ordinaire du CIG, tenue à Addis Abeba, une autorisation fort attendue consistant notamment, à poursuivre la réflexion déjà engagée dans la perspective d’une révision diligente des articles 5, 7 et 8 de la convention d’établissement.

On note aussi, une plus grande ouverture de l’agence en direction de toutes les compétences africaines, afin de renforcer la rédaction centrale par le biais notamment, de la collaboration extérieure. Enfin, son staff actuel ne ménage aucun effort pour d’une part, informatiser et rationaliser ses canaux de production et d’autre part, se doter des moyens techniques nécessaires à la couverture totale du continent.

Ainsi, la Pana devrait à terme, non seulement recevoir des nouvelles de toutes les agences, mais également son fil dans tous les Etats membres. C’est dire que si les défis sont de taille, il ne manque ni les idées, ni la volonté politique, ni la détermination du staff à y faire face. Ce capital banalise les difficultés passagères propres à toute initiative véritablement novatrice et incruste l’agence dans un créneau porteur. Le dernier CIG prouve, par son affluence record et ses décisions pertinentes, que plusieurs gouvernements africains ont fini par s’en convaincre.

 

Auguste Mpassi Muba

 « Notre produit sera vendu dès 1990 »

 Propos recueillis par B. Diop

Sud-Magazine : Quelle est la nature des engagements souscrits par les pays Membres de l’Agence Panafricaine d’information à l’occasion du dernier conseil intergouvernemental ?

Auguste Mpassi Muba : Les pays membres ont pris l’engagement de faire l’effort qui s’impose pour payer les contributions et apurer les arriérés selon un moratoire à fixer à la convenance de chacun. Celui-ci ne devra pas excéder

5 ans. Mais il convient de rappeler que cet engagement concerne pour le moment les pays membres du CIG. Or la majeure partie de ceux qui ne payent pas ne sont pas membres du CIG. La présidente du conseil a reçu mandat d’aller auprès d’eux et de les sensibiliser.

S.M. : Au regard des besoins et problèmes actuels de l’agence, avez-vous le sentiment d’avoir obtenu, à l’issue de cette session extraordinaire du CIG, un sursis ou une cure radicale et définitive ?

 A.M.M. : Sans être pessimiste, je ne pense pas qu’il sied d’affirmer maintenant que la Pana est sortie du tunnel. Le problème n’est pas nouveau. La Pana a, depuis sa création, connu une insuffisance nutritionnelle et à chacune des réunions de ses instances, des recommandations et résolutions sur la nécessité de lui procurer des moyens adéquats ont toujours été prises. Mais, le sort n’a jamais changé. Il faut tabler sur la tournée de ln Présidente du CIG pour espérer un réveil chez ceux qui semblent avoir oublié leurs obligations statutaires. Il y a lieu de noter cependant que le niveau de paiement a connu une amélioration depuis deux ans. Espérons que la tendance va se confirmer.

S.M. : Quels sont les pays qui manifestent le moins d’intérêt pour la Pana et pourquoi ?

 AM.M. : Il y a aujourd’hui 8 pays qui ont totalement payé leurs contributions, Une douzaine de pays ont fait l’effort de payer à un niveau situé entre 50 et 80 %. Je ne peux pas accuser les autres pays de manque d’intérêt ou de mauvaise foi. Il y a plusieurs causes au non-paiement des contributions à la Pana. La plus importante est, à mes yeux, le manque de définition de politique nationale d’information dans la majorité des pays africains. Du coup, le rôle stratégique de l’information dans le développement, la place de l’agence de presse en tant que source d’information indispensable pour les médiats nationaux sont mal perçus ou méconnus. La Pana, au sommet, en subit les conséquences.

S.M. : On crédite la Pana d’une mauvaise utilisation des ressources qui lui sont allouées. Le Directeur Général par exemple, voyage beaucoup plus que tout le personnel de la rédaction réuni alors que la Pana est souvent absente des grands rendez-vous africains et internationaux. Que pensez-vous de ces critiques ?

A.M.M. : Le Directeur général voyage beaucoup, c’est vrai mais s’agit-il de voyages d’agrément ? En Afrique, quand il ne s’agit pas de prendre part à des conférences ou séminaires auxquels il est convié, le directeur général va auprès des pays membres pour susciter les paiements des contributions.

En Europe et ailleurs, c’est dans le cadre de la coopération internationale. Vous n’ignorez pas la contribution de l’Unesco qui a permis la mise en place de l’infrastructure de la Pana et l’organisation de plusieurs séminaires, d’informatisation, de transmission par satellite, de financement de formation, etc… Cela nécessite des contacts directs avec les bailleurs de fonds.

Ceci dit, la Pana a toujours été présente à tous les grands rendez-vous africains. Cette critique sur l’absence de la Pana aux grands rendez-vous n’est donc pas fondée. Nous avons, à la Pana, une faille à combler : il nous faut trouver une formule pour mieux faire connaître nos activités. Les documents que nous présentons à nos instances ne sont pas toujours lus, ou alors ils le sont partiellement. La Pana intéresse tant de gens qui ont besoin de suivre ce qui s’y passe.

S.M. : Il semblerait que vos collègues de la fonction publique internationale vous en veulent d’avoir créé un précédent en faisant remplacer directement, un de vos rédacteurs en chef par un de ses compatriotes, ce qui ne serait pas conforme aux procédures généralement utilisées en de pareilles circonstances. Nous savons qu’à la demande du Rwanda, la question a été évoquée par le CIG. Comment a-t-elle été tranchée ? 

A.M.M. : Pour recruter 6 cadres dirigeants en 1986, nous avons pour la première fois, utilisé la procédure statutaire. Cette opération a coûté plus de 45 000 dollars. Le poste de rédacteur en Chef était revenu à l’Afrique du Nord et à la zone arabe et c’est le candidat algérien qui a été retenu. Mais ce dernier, après 9 mois à l’agence, a demandé à rentrer chez lui parce que les conditions du séjour de sa famille n’étaient pas réunies à Dakar. Compte tenu des difficultés de l’agence, fallait-il réunir en juillet 1987, moins d’un an après, une seconde session du recrutement, donc dépenser 45 000 dollars pour pourvoir un seul poste ? Je crois avoir agi dans l’intérêt de l’agence en demandant au pays d’origine du partant, le dossier d’un autre candidat.

Le Rwanda a dû se référer à ce cas afin de bénéficier de la même procédure, parce qu’un cadre Rwandais, dont la collaboration avait été jugée non satisfaisante, a quitté l’agence en mars

  1. La compétence du nouveau rédacteur en chef n’a pas été mise en cause et ce poste n’est pas vacant.

Le CIG a responsabilisé le comité de recrutement pour venir en octobre prochain voir ce qui s’est passé pour le Rwandais et donner un avis sur la procédure. Il fera un rapport au CIG en décembre 88.

S.M. : En raison des difficultés que connaissent ses Etats membres, il est de plus en plus évident que la Pana ne peut continuer de compter sur leurs cotisations. Partagez-vous la même analyse, si oui, quelles dispositions avez-vous prises pour pouvoir voler un jour de vos propres ailes. Et dans quels délais ?

AM.M. : J’ai été le premier à suggérer la commercialisation des produits Pana, mais le débat n’a pas eu que des partisans. Vous savez que c’est au nom de la perspective de commercialisation que j’ai obtenu de la Conférence l’accord pour l’amendement de certaines clauses de la convention de la Pana.

Je n’ai pas la conviction que les pouvoirs publics africains, compte tenu de la compréhension qu’ils se font de l’Information, continueront de financer le fonctionnement de la Pana, comme le font d’autres gouvernements sous d’autres cieux pour les transnationales. Quand j’ai entrepris les premières études pour la commercialisation en 1987, certains confrères et collègues avaient tiqué parce que cela n’apparaissait pas clairement dans la convention de l’agence.

Le CIG, lors de sa dernière session, a confirmé cette option. Mais, il y a des préalables, je dirai même des obstacles à lever avant cette commercialisation. Il faut cibler des marchés rentables. Il faut lever les hypothèques, les anathèmes, les préjugés défavorables dont souffre la Pana sur ces marchés, garantir la qualité du produit, sa production sur des bases professionnelles… Il y a aussi quelques handicaps techniques, comme l’insuffisance du réseau de télécommunication pour une collecte plus diversifiée sur le continent Quant aux délais, si les handicaps juridiques sont levés en 1989-1990, on peut envisager dès mi-90, le démarrage de la commercialisation. 

 

Irradiation des aliments

 Une solution aux pertes post-récoltes

Réduire les pertes de récolte autrement que par les méthodes traditionnelles de conservation : cela est possible.

 Depuis 1957 date de la première expérimentation de l’irradiation pour la conservation des aliments en Allemagne Fédérale, cette technique dérivée du « boom » nucléaire d’après-guerre, est présente aujourd’hui dans une quarantaine de pays seulement. A titre expérimental la plupart du temps, l’U.R.S.S. étant le seul Etat à disposer de la plus grande installation industrielle de traitement à Odessa, d’une capacité de deux millions de tonnes par an mais traitant à peine 400.000 tonnes actuellement.

En Espagne, selon des informations de !’Agence Internationale de l’« Energie Atomique (A LE.A.), la mise en pratique de l’irradiation appelée aussi ionisation, pour ne pas effaroucher les consommateurs, ne suscite guère l’enthousiasme: trois pays (Belgique, France, Hollande) sur les 12 de la Communauté Economique Européenne, et un ou deux Etats à l’Est (Hongrie, Allemagne Démocratique).

 Opposition des consommateurs occidentaux

Ce procédé, apparemment inoffensif est vigoureusement combattu par des associations de consommateurs occidentaux. Cette réticence a fait l’objet de nombreuses études. Pour l’homme de la rue des pays développés surtout, l’irradiation est synonyme de cancer, de mort, d’accident nucléaire, de bombe atomique et déclenche en lui, un sentiment de méfiance, de crainte, de rejet.

Si en France et ailleurs des actions de sensibilisation semblent porter leurs fruits, il n’en est pas de même en Grande Bretagne, en Allemagne Fédérale où l’irradiation est purement et simplement interdite. Au sein de la C.E.E. des pressions s’exercent pour harmoniser les règlements, convaincre les sceptiques mais se heurtent aux campagnes contre ce procédé, menées par les consommateurs organisés. Aux Etats-Unis, au Canada, en Australie des campagnes anti-irradiation mobilisent l’opinion publique. Dans ces pays une quarantaine de produits sont déjà traités : céréales (blé, maïs), légumes (épices et condiments), viandes, emballages alimentaires, etc.

Devant la psychose du péril nucléaire en Occident, les promoteurs se tournent de plus en plus vers le tiers monde. Après l’Asie, l’Afrique. Une mission conjointe A.I.E.A./C.R.A.T. (Centre Régional Africain de Technologie) a sillonné le continent africain en 1986 pour recommander cette technique à une dizaine de pays. Le C.R.A.T. qui est basé à Dakar, gère un programme coopératif régional sur cinq ans visant à aider le Zaïre, la Zambie, le Kenya, le Soudan, le Niger, le Nigéria, le Ghana et le Sénégal à promouvoir des projets d’irradiation en aliments. En février dernier, un séminaire, le premier du genre en Afrique, a regroupé à Dakar, les pays intéressés.

Dans un continent en proie à la famine, et où les pertes, après des récoltes abondantes 40% (60% pour les ignames, 30% à 40 % pour les céréales), toute nouvelle technique pouvant réduire, de manière significative ce taux élevé, ne peut laisser indifférent.

Les méthodes de conservation utilisées jusque-là en Afrique sont de portée limitée. Les greniers traditionnels, d’après des études faites par la G.T.Z. allemande ne sont pas très efficaces. Les silos modernes en plastique ou en ciment et les produits chimiques (fumigeant, insecticides) exigent des conditions particulières d’utilisation et présentent des risques pour l’homme et l’environnement (résidus toxiques, apparitions d’insectes résistants, …).

En Afrique, l’irradiation n’a pas la même connotation répulsive qu’en Occident où le nucléaire est présent dans la vie quotidienne. Mais cela n’empêche pas d’élever les mêmes craintes que les consommateurs des pays développés (voir encadré) car si, sur le continent, on ne traite pas encore les denrées alimentaires de cette façon, on en reçoit certainement à travers les dons de viandes congelées, de céréales, de lait …

Pour l’heure, les contraintes à l’installation de cette technique sur le continent sont beaucoup plus d’autres ordres :

– moyens financiers : le coût d’une petite installation avoisine un million de dollars U.S., ce qui est hors de portée d’Etats africains croulant sous le poids des dettes ;

– dépendance technologique : tout le matériel est entièrement importé ;

– personnel africain qualifié inexistant : nécessité de le former pour la maintenance, le fonctionnement, la surveillance, l’inspection des équipements et produits traités ;

– faiblesse de la production agricole paysanne essentiellement, nécessité de traiter de grandes quantités pour rentabiliser le coût ;

– faiblesse des infrastructures : le réseau routier et de chemin de fer est insuffisant et ne permet pas un drainage des multiples centres de production dispersés vers les zones de grande consommation (villes) ;

– accident : l’application de l’énergie nucléaire impose de rigoureuses normes de sécurité (par exemple les cellules de traitement, en béton de 1 à 2 m d’épaisseur) qui n’empêchent pas la peur de l’accident (Three Mile Island, Etats-Unis 1979 et Tchernobyl, U.R.S.S. 1986).

 

Du pan négrisme au panafricanisme politique

Participer activement à la diffusion des idées fédéralistes sur le continent pour que soit réalisé le souhait de voir naître, grandir et s’épanouir une Afrique unie à l’image de son peuple. Vingt-cinq ans après la création de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), des intellectuels de la génération des indépendances déterminés à atteindre cet objectif, ont mis sur pied à Paris le Comité d’initiative pour le Fédéralisme en Afrique noire (C.I.F.A.N). Tout est parti des travaux du Centre de Réflexion sur le Fédéralisme en Afrique noire. Cette unité de recherches qui a donné naissance au CIFAN repose, autrement, dans cette contribution au débat lancé par « Sud Magazine », la question de l’Unité africaine. Elle passe au crible les concepts du panafricanisme (symbolique et anthropologique) et du fédéralisme (politique) brosse un tableau des premières théories et expériences fédéralistes (de la Convention de Philadelphie en 1787 qui a donné naissance aux Etats-Unis d’Amérique à la création de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques), livre le résultat de son travail d’investigation sur l’évolution du pan négrisme au panafricanisme politique, la crise du panafricanisme, la rationalité politique fédéraliste.

 Dans la première partie de cette contribution, le Centre de Réflexion sur le fédéralisme en Afrique noire remonte aux origines du panafricanisme politique.

 Le besoin d’union pour faire face à un monde extérieur souvent oppressif s’est fait sentir très tôt chez les Noirs d’Amérique et des Antilles, enfants d’esclaves transplantés d’Afrique. Ainsi il n’est pas surprenant que le Panafricanisme soit né hors du continent, aux Antilles et aux Etats-Unis, sur l’initiative d’intellectuels Noirs comme Sylvester Williams et Edward Bughart du Bois.

D’emblée ce fut un mouvement de protestation contre le racisme, contre la négation de la valeur de l’homme noir et un mouvement d’identité culturelle africaine. Le Jamaïcain Marcus Garvey, fondateur de l’Association Universelle pour la Promotion des Noirs, Edward Bughart du Bois initiateur avec l’Association Nationale pour la Promotion des gens de couleur (N.A.A.C.P) des fameux congrès panafricains de Paris (1919), Londres et Bruxelles (1921), Londres et Lisbonne (1925), New York (1927) ont joué un rôle de premier plan dans la campagne pour l’unité du monde noir.

La revendication politique panafricaine prendra à partir de 1921 le pas sur celle, plus culturelle et raciale du pan-négrisme, comme en atteste la présence pour la première fois de leaders africains de souche Kwamé Nkrumah, Jomo Kenyatta, William Johnson de Sierra Léone au congrès de Manchester.

 Culture fédérale

Certes le Pan-négrisme des débuts, c’est-à-dire l’aspect racial et culturel du mouvement Noir, constituera la pierre angulaire de la lutte des Africains autour de la Négritude terme proposé par Aimé Césaire, un autre fils de la diaspora noire, dans « Les cahiers d’un retour au pays natal ».

Cette négritude s’accroche à la mémoire d’une Afrique obnubilée par son dépeçage et qui aboutira en 1956 au premier Congrès des écrivains et artistes Noirs à la Sorbonne, sous l’égide de Présence Africaine.

Toutes réserves faites sur une simplification trop réductrice, on peut dire d’une façon générale, que cette étape a marqué une rupture assez nette dans l’évolution du Panafricanisme. C’est alors que deux conceptions différentes, mais non opposées du Panafricanisme ont paru sur la scène et ont continué de s’affronter jusqu’à la création de l’OUA, en 1963. Aujourd’hui encore, ces deux branches de la même famille se partagent l’échiquier politique africain : l’aile « progressiste » et celle des « modérés ». Cette séparation est toujours restée ambiguë, les contours des deux camps flous et difficiles à préciser.

L’histoire du Panafricanisme est étroitement liée à celle de la décolonisation. Elle a été pénible, et les premières réalisations difficiles à atteindre. L’étape décisive fut la période de 1957 à 1963. Durant cette période, non seulement les deux tendances déjà mentionnées se sont plus ou moins définitivement constituées, mais encore (surtout) le combat pour l’unité de l’Afrique a pris une dimension particulière, qui sera d’ailleurs à l’origine de son relatif insuccès.

Au lieu de jeter au sein des populations qu’ils dirigeaient, les bases profondes d’une culture fédéraliste africaine, au lieu de développer et faire développer (ils en avaient les moyens !) la conscience africaine dans la culture politique des masses, nos leaders des indépendances se sont contentés de simples et vaines tentatives d’union  »au sommet », lors de réunions  »au sommet ».

 En un mot, même les plus radicaux des panafricanistes ont été les victimes (certainement involontaires) d’un certain mimétisme étranger, voyant dans la culture et la politique une affaire d’élites. Toute la question est là. En novembre 1958, lors de l’accession ·de la Guinée à l’indépendance, la parenté idéologique l’a emporté sur « les superficielles divisions linguistiques ». En effet, le Ghana, de Kwame Nkrumah et la Guinée, de Sékou Touré, constituèrent ce qui devraient être, selon leur communiqué officiel conjoint, le premier noyau de l’Union des Etats de l’Ouest Africain,  »inspirés de l’exemple des treize colonies américaines et la tendance des pays d’Europe, d’Asie et du Moyen-Orient ». La déclaration d’Union est malheureusement restée à l’état symbolique, aucune structure institutionnelle n’étant venue la concrétiser.

L’absence d’organisation institutionnelle véritable et de culture fédérale largement répandue et bien assimilée dans ces deux Etats a nui au succès de l’union Ghana-Guinée. En nous faisant l’économie d’une trop longue énumération des différentes tentatives fédérales plus ou moins éphémères que tout le monde connaît (la Fédération du Mali associant le Sénégal et l’ex Soudan français, pour ne citer que celle-là) il est permis de dire (question de lucidité) que la naissance de l’OU.A est paradoxalement venue entériner un état de fait déjà accompli : la division du continent africain. Mais encore, le Panafricanisme longtemps porteur d’espoir, entre dans une ère de décomposition.

A suivre …

Une révision de l’histoire coloniale française

Charles Becker (CNRS)

Mamadou Diouf (Université de Dakar)

Mohamed Mbodj (Université de Dakar)

Après une discrétion relative suite à la dislocation des empires coloniaux et aux soubresauts qui l’accompagnèrent, l’histoire coloniale connaît un renouveau notable auprès du public métropolitain.

Pour le cas particulier de la France, des travaux académiques ont certes été réalisés par des auteurs critiques et souvent par des universitaires, et des études générales ou particulières ont été publiées sans qu’elles aient bénéficié d’une publicité très large. Durant la même période, après les indépendances surtout, ont également paru de nombreux travaux dus à des chercheurs anglosaxons qui ont opéré une juste contestation de l’historiographie coloniale dont le propos principal était la célébration des bâtisseurs de l’Empire, en s’intéressant plus aux figures africaines et aux sociétés où s’instaura le pouvoir colonial, mais en révisant aussi les biographies des héros de la colonisation.

En même temps, un vigoureux départ et un essor considérable des recherches menées par les Africains eux-mêmes, sur leur passé et leurs rapports avec les peuples colonisateurs sont des faits indiscutables, que seul un observateur borné, saurait nier.

Or, on assiste au cours des dernières années, en France, à une tentative qui semble dans une large mesure concertée, pour reconsidérer le passé et parler autrement de la période coloniale. A l’origine, la médiatisation de certains événements dans les anciennes colonies au cours des années 1970 et surtout au début des années 1980 – famines, sécheresses, conflits locaux, épidémies avec, surtout celle du SIDA – a été en très grande partie responsable de ce regain d’intérêt et suscité, en corollaire, d’âpres débats ou plutôt des polémiques en Occident, autour du Tiers-Monde.

En France, un ouvrage comme celui de P. Bruchner, « Le sanglot de l’homme blanc. Tiers-Monde, culpabilité, haine de soi  » (Paris, le Seuil, 1983) a sans doute marqué un tournant de la réflexion et une forte attaque contre un tiers-mondisme passé de mode. Par ailleurs, le renouveau de la communauté francophone et un recentrage politique français sur les anciennes colonies, à partir de 1986, a renforcé l’intérêt pour les territoires de l’ex-Empire.

 Un signe récent de ce phénomène est la parution presque simultanée de plusieurs ouvrages consacrés à la présence française en Afrique, et surtout le lancement d’une collection au titre suggestif, « L’aventure coloniale de la France ». Cette dernière entreprise, due à l’éditeur Denoël, tranche par son ambition sur les autres tentatives de réexamen du passé colonial, qui sont plus limitées quant aux périodes, aux espaces ou aux thèmes traités.

En effet, sont annoncés quatre tomes généraux et périodiques, selon un ordre chronologique allant de 1789 à 1962 (1789 – 1871 ; 1871 – 1936 ; 1936 – 1945 ; 1945 – 1962), et dix ouvrages thématiques dans une série « Destins croisés ». Cependant les deux séries portent toutes le titre générique : »L’aventure coloniale de la France « , et leur publication est dirigée par un journaliste, Bernard Lauzane. Selon le projet éditorial, l’ensemble de ces tomes est destiné à promouvoir un réexamen de la période coloniale, sur laquelle serait tombé « le voile de l’oubli « . Comme l’explique le prospectus de lancement, « Aujourd’hui, le grand public, singulièrement celui des jeunes ignore, tout des origines, du développement et du déclin de ce monde colonial auquel sont seulement consacrés des travaux de chercheurs et des ouvrages centrés sur les conflits de l’indépendance ». On serait d’accord avec cette affirmation si les travaux de chercheurs, et s’ils se servaient, en plus de la vieille littérature coloniale, des publications dues aux historiens africains et anglo-saxons. Cela n’est malheureusement pas le cas pour la plupart des ouvrages mis à la disposition du public.

Si l’insistance sur certains faits est bien légitime, en raison du public visé, il n’est par contre plus possible aujourd’hui, de faire abstraction des autres acteurs et faits, de les présenter d’une manière inconsistante et de parler des sociétés et des cultures africaines comme on le faisait il y a une centaine d’années. D’autant plus que des études sérieuses ont déjà été réalisées avant les indépendances, parfois même aux débuts de la colonisation, mais surtout pendant les décennies post-coloniales.

Ces travaux ont montré les limites d’une histoire de la France et de certains Français hors de leur pays d’origine, dans les territoires d’Outre-mer. De ce fait, il n’est pas très honnête de répéter des clichés ou des généralités dont on mesure la pauvreté sinon la fausseté, quand on écrit l’histoire des colonisateurs et qu’on y évoque aussi le passé de l’Afrique. Or, au vu des premières livraisons proposées, on reste consterné par un incontestable recul vis-à-vis des pratiques d’écrivains qui ont justifié et soutenu la colonisation à leur époque, comme M. Delafosse, C. Monteil, H. Gaden, L. Faidherbe, mais qui se sont aussi intéressés avec sympathie à l’histoire et aux civilisations noires. En effet, ici, il ne s’agit pratiquement plus que de l’histoire des Européens en Afrique, tout ce qui touche à l’Afrique même étant traité avec une légèreté inquiétante. On croyait ce genre disparu …

Quoiqu’il en soit la valeur d’un travail historique ne s’évalue pas au seul critère de la pertinence des objectifs et des perspectives, mais bien aux résultats et à la profondeur des investigations et des interrogations qui les conditionnent. Force est de constater que les premiers produits de la collection de Denoël[1] ne sont pas à la hauteur des ambitions, car les résultats sont fort minces, les sources utilisées restreintes et partiales, la documentation souvent indigente alors que les débats légitimes suscités par l’histoire coloniale française sont presque toujours esquivés.

Peut-être les volumes à venir redresseront cette image négative, en manifestant une plus grande rigueur dans le traitement du passé et en une meilleure connaissance de la production récente des auteurs européens comme des africains. Dans cette attente hypothétique, on ne peut que mettre en garde contre ces ouvrages faibles, mais surtout contre ce qui paraît être une campagne orchestrée, visant à une révision de l’histoire, des rapports entre l’Occident et le Tiers-Monde. Cette campagne présente un aspect autrement insidieux que la vigoureuse campagne anti-tiers-mondiste qui, s’est déployée depuis plusieurs années.

Car ici le débat déborde largement de son cadre initial, pour aboutir à une légitimation des situations actuelles par l’histoire, par une histoire qui prétend retourner aux faits bruts sans les interpréter, sans projeter sur eux l’éclairage du complexe de culpabilité qu’auraient entretenu les Métropoles face à leurs anciennes colonies. Ce faisant, l’histoire devient en réalité l’objet d’un « redressement », voire d’une « restructuration », en vue de conforter un courant intellectuel qui est fort en vogue en Occident et dont les retombées pratiques sont loin d’être négligeables.

On peut examiner les trois premiers ouvrages de la série parus en 1987, en écartant ceux de G. Comte et de H. Brunschwig. Le livre de ce dernier auteur, dont la réputation d’historien est indiscutable, est en fait un recueil de 10 articles parus entre 1968 et 1986 auxquels sont adjoints 3 études neuves et plus brèves. Les contributions sont groupées en trois parties : débats autour de la colonisation (5), Portraits (4), synthèses d’histoire générale (4), le tout présentant l’avantage d’un rassemblement d’études dispersées et difficiles d’accès, mais aussi les inconvénients du genre -à savoir le manque de cohésion de l’ouvrage qui aurait pu être assuré par davantage de textes de liaison. Le livre de G. Comte a fait l’objet d’un compte-rendu de Siradiou Diallo (Jeune Afrique n° 1425, du 27 avril 1988, p.58 – 59) auquel nous souscrivons pleinement et pourrions ajouter beaucoup d’autres arguments. Le ton de ce livre, sa description des sociétés africaines et des auteurs africains de la période coloniale nous inquiètent, car le retour au langage des débuts de la colonisation, sans accorder attention aux acquis de la recherche historique et anthropologique, est une dangereuse dénégation ou une utilisation perverse de l’histoire qu’il faut refuser. Un seul exemple : on confond dans l’index le personnage de Ba Bemba (p. 85 – 86, 158) et « l’agitateur Ba Bamba » a qui Blaise Diagne aurait offert une « discrète mais généreuse assistance », quand il était détenu au Gabon (p. 235). De telles confusions au niveau de l’index et surtout une présentation aussi fausse de Amadou Bamba Mbacké, le fondateur du Mouridisme au Sénégal, sont inadmissibles et ne seraient pas tolérées dans un ouvrage sur l’histoire européenne. Amadou Samba est un personnage connu, sur lequel ont été publiés de nombreux travaux scientifiques de qualité, en français comme en anglais, et Blaise Diagne lui-même, présenté comme si les études monumentales connues depuis 1970 n’existaient pas. Pourquoi ?

L’ouvrage de J.P. Biondi est consacré à l’histoire de Saint-Louis du Sénégal. Faisant partie de l’entreprise de réexamen de « l’aventure coloniale de la France », il présente des insuffisances et des lacunes inadmissibles pour ses ambitions, et montre pleinement que les objectifs de réévaluation de l’œuvre coloniale sont plus idéologiques que scientifiques. Pourquoi donc un tel travail est-il publié, s’il n’apporte rien de neuf, est mal construit et quelquefois très mal rédigé. La préface de L. S. Senghor est inexplicable, car on ne saurait faire à l’ancien président du Sénégal, l’affront de croire qu’il a lu tout le manuscrit. Il aurait sans aucun doute relevé les multiples erreurs qui parsèment ce livre et qu’il serait fastidieux d’énumérer dans le détail. Plus consternant encore est le retour à l’anthropologie physique et à une ethnologie dépassée pour laquelle l’auteur semble militer et où se côtoient racisme, clichés et paternalisme.

Préjugés

La discussion autour de l’antériorité des navigations normandes sur les côtes ouest-africaines est dénuée de tout fondement autre que le chauvinisme : « les nouvelles recherches » qui « alimentent un doute » sur l’antériorité portugaise (p. 25 – 26) ne sont pas citées. L’analyse de la société wolof (p.29 – 30) ressort beaucoup plus du roman d’aventures que du travail de recherche, et pour cause, car l’auteur ignore totalement la thèse publiée d’A. B. Diop. Le « racisme » de l’auteur, – volontaire ou non, le second cas de figure étant plus probable-, éclate lorsqu’il parle « des hommes et des femmes de cette région ».

Les clichés sur la négresse « sensuelle, érotique » abondent, et la faute en est au climat (p. 49, 50, 55, 62). La négresse est naturellement débauchée et utilise son corps pour s’enrichir, même si, à la même page l’auteur se contredit complètement à propos du « mariage à la mode du pays » et de la finalité des relations Européens-Signares pour les deux parties contractantes (p. 50 – 51, 54 – 55).

En outre les souverains africains sont des potentats ou des roitelets (p. 58), les « ceddo » des soudards, les intermédiaires tous plus ou moins véreux, tandis que l’abolition de l’esclavage a laissé « les indigènes sans emploi et leurs chefs sans revenus » (p.80). Le préjugé racial est doublé d’un antimarxisme ridicule lorsqu’il enjambe les siècles et considère que le Baron Roger prenait parti pour F. Houphouet Boigny contre les marxistes à propos de la division du travail dans le Tiers-Monde (p. 83). Il n’est pas nécessaire de mentionner tous les emplois des expression « tribus », « clans », « primitifs », autant de joyaux conceptuels que l’auteur pense désamorcer en usant de guillemets.

L’ouvrage débute par un glossaire de 62 termes locaux, dont la traduction est discutable sinon fausse pour la moitié au moins, et qui trouvent quelquefois une signification différente dans la suite du texte. La bibliographie est indigne d’un travail publié : elle éclaire plus l’amateurisme de l’auteur, son incompréhension du sens et du but de cette partie d’un livre, que le lecteur lui-même qui y cherche la mention des sources sérieuses. Les omissions et la légèreté de la présentation des sources archivistiques, l’absence d’ouvrages indispensables et consacrés à l’histoire de la France en Afrique de l’Ouest et à Saint-Louis en particulier, démontrent clairement que les ouvrages et documents cités n’ont souvent pas été consultés et se trouvent cités de seconde main.

La présentation de la bibliographie ne respecte pas les conventions habituelles, en omettant de donner les titres complets, les dates et lieux d’édition pour les livres mentionnés incomplètement dans le texte. En tout cas, la « sélection » ignore les travaux les plus fondamentaux des dernières décennies (A Delcourt, L. Jore, P. Curtin, B. Barry, R. Pasquier par exemple), ce qui illustre largement, et caricaturalement, la pauvreté d’une historiographie d’amateur qui ne donnera le change à aucun connaisseur et ne plaira qu’à un public bien ignorant.

Ces insuffisances et lacunes se traduisent dans la structure et le contenu de l’ouvrage. Seuls les trois premiers chapitres de la première partie et le second de la deuxième partie sont directement consacrés au thème annoncé par le titre, soit moins de la moitié du total. L’articulation entre ces chapitres et le reste de l’ouvrage est douteuse, sauf à considérer certaines parties, comme du remplissage. C’est le cas de presque toute la troisième partie et surtout des « figures » présentées en fin de volume (p.183-210). La construction des chapitres, les retours en arrière, les redites, les ruptures chronologiques montrent à la manière de la bibliographie, qu’il s’agit d’un travail bâclé.

Signalons qu’une carte administrative du Sénégal en 1985 (p. 180) illustre le livre : elle est d’une rare inexactitude quand elle est proposée par un ancien conseiller du Président de la République du Sénégal. Les régions de Kaolack et de Ziguinchor n’y figurent pas et sont englobées dans celles de Fatick et de Kolda, tandis que la ville de Ziguinchor est placée sur la rive nord de la Casamance … Décidément le livre de J.P. Biondi dessert les tenants du renouveau de l’histoire coloniale, tant il manifeste une véritable régression épistémologique pour des besoins idéologiques et chauvins.

Le livre d’André Picciola est consacré aux missionnaires en Afrique, de 1840 à 1940. Ici encore vaste sujet, mais le titre est de toute évidence trop ambitieux pour ce qui est proposé. L’ouvrage est articulé en 14 chapitres regroupés en quatre parties. Après les trois premiers sur « les précurseurs » et quatre sur les « conquérants », viennent sept chapitres, aux titres pas très clairs, sur les politiques et les stratégies missionnaires. Les divers chapitres constituent des plongées rapides, sans grande cohérence, où la périodisation demanderait à être justifiée.

Au total il ne s’agit point d’une synthèse sur l’œuvre des missionnaires en Afrique entre 1840 et 1940, mais bien plutôt d’une série de chroniques et de développements très partiels autour de ce thème général, sans qu’une cohérence d’ensemble se dégage du livre. Ainsi la couverture des pays, des congrégations et des périodes est très inégale : on attend en vain que l’auteur donne la raison de choix qui sont souvent discutables. Les pays évoqués -Sénégal, Dahomey soit le Benin actuel, Côte d’Ivoire- le sont avec des insuffisances criantes et un bonheur très inégal. Donnons quelques exemples.

Au Sénégal, un sous-chapitre est consacré aux Wolof (p.53-56) qui ont été les moins réceptifs aux activités missionnaires, mais il n’y a pas un seul mot sur le pays Serer et sur la Casamance où l’Eglise romaine a réalisé sa plus forte implantation en Sénégambie. D’ailleurs l’auteur ne fait pas figurer ces peuples de la région sur sa carte de la Préfecture Apostolique du Sénégal (p.44). A propos de la Côte d’Ivoire, beaucoup plus de renseignements sont fournis sur le Nord (Korhogo), avec en ce cas une tendance à la chronique évènementielle (par exemple p. 97 -110), mais on ignore curieusement de très importants phénomènes comme le développement des cultes syncrétiques, comme le Harrisme qui apparait vers 1913 en Basse Côte d’Ivoire et qui tente d’utiliser les enseignements de la Bible pour régénérer la société africaine. Pourtant les missionnaires ont vu naître ces cultes et leur action concurentielle mériterait des analyses approfondies.

Régressions

En ce qui concerne les congrégations, leurs motivations et leurs activités spécifiques, les vues sont très partielles et quelquefois très confuses. Quelques portraits de missionnaires, tous Français, parsèment l’ouvrage, sans que les choix soient justifiés. Aussi a-t-on droit à des biographies rapides des fondateurs de congrégations (Missions africaines de Lyon ; Pères Blancs ; Pères du St-Cœur de Marie ; Sœurs de St.Joseph de Cluny), mais avec des sources assez anciennes et datées, et très partiales en général. Comment peut-on évoquer aujourd’hui la figure de Lavigerie et les Pères blancs sans citer et exploiter la monumentale thèse de F. Renault ? On aurait aussi aimé une étude des rapports entre les missionnaires sur le terrain, en particulier entre Catholiques et Protestants, des différences de stratégies selon les régimes coloniaux, des importantes activités scolaires et éducatives, sociales et médicales, des relations avec les religions du terroir et avec l’Islam longuement installé dans de nombreux pays.

En fait, certains de ces problèmes sont traités, mais de manière indigente.  L’interprétation avec l’Islam est liquidée en une quinzaine de lignes (p.272), dans une conclusion hétéroclite, qui est introduite par un titre fallacieux « entre le marxisme et l’Islam » (p.267 -279). Un appareil cartographique très sommaire, une illustration iconographique abondante mais pratiquement sans commentaire précis, et une bibliographie très incomplète dont les titres récents semblent bannis, achèvent de faire de ce livre un ensemble très décevant, qui n’est en aucune façon la synthèse annoncée sur un sujet important.

L’ouvrage de Jean Martin, « l’Empire renaissant, 1789 -1871 » est le premier de la série consacrée aux périodes de « L’aventure coloniale de fa France ». Il est sans doute d’une facture un peu meilleure que les précédents, mais comporte à peu près les mêmes défauts. Tout d’abord, le titre choque même le lecteur averti : il demande en tout cas à être justifié, moins à cause de la trop forte insistance sur le cas de l’Algérie et à un degré moindre, sur celui du Sénégal, qu’à propos de la cohérence du schéma général du livre. En effet, le canevas exposé en couverture est pour le moins contestable quand il suggère que l’auteur veut montrer « comment, au milieu des contradictions idéologiques et des oppositions d’intérêts, la construction d’un nouveau domaine colonial sur les vestiges hérités de l’ancien Régime a été largement amorcée au cours du demi-siècle qui a suivi Waterloo, et cela « malgré l’échec de la politique émancipatrice des Assemblées révolutionnaires, l’indifférence de Napoléon à l’égard du problème colonial, les hésitations de la Monarchie de Juillet et de Napoléon III face à l’encombrante et pénible conquête de l’Algérie.

Si le choix du terme de « renaissance » de l’Empire est malheureux (quel empire y avait-il avant la conquête coloniale du 20e siècle ?), on notera, à la lecture du canevas précédent, que l’échec des Assemblées révolutionnaires, est ici, un facteur négatif pour les entreprises coloniales, tandis que d’autres périodes entières sont omises. La pertinence de ce schéma mérite une discussion beaucoup plus approfondie, et les arguments et analyses avancés ici demeurent bien trop limités.

L’insistance sur quelques cas peut sans doute constituer une base d’argumentation, mais seulement une base, car il faudrait que ces cas soient étudiés plus en détail, avec un appareil critique plus approprié, et que l’examen d’autres cas soit aussi prévu, pour une révision ou une correction d’un schéma général. L’ouvrage est loin de répondre à cette exigence, car l’ensemble des colonies n’est pas vraiment pris en compte, et les cas particuliers analysés le sont insuffisamment.

Pour le Sénégal par exemple, les sources-dates, sont très partielles et la plupart des travaux récents semblent totalement ignorés. Ainsi un article de L.C. Barrows, signalé en bibliographie (p.274), n’est guère utilisé, alors que l’auteur de cette étude a produit une thèse de 1000 pages environ sur Faidherbe, la Compagnie Maurel et Prom et produit une thèse de 1000 pages environ sur Faidherbe, et l’expansion française au Sénégal. Ces lacunes documentaires expliquent sans doute l’abondance des affirmations rapides et simplistes, voire non fondées, et de grossières erreurs.

Ainsi Faidherbe est-il présenté comme un adversaire résolu de l’esclavage (p.225), la geste de El Hadj Umar Tal est curieusement rapprochée de celle des chevaliers teutoniques (p.219), les Maures ne sont que des « pillards » qui « faisaient peser une menace permanente sur les récoltes d’arachide », dans les années 1850 (p.218 et ss) alors que la zone de production se situait alors plus au Sud (Petite-Côte, Bawol, Sine, Gambie et Casamance). Si certaines erreurs ne prêtent guère à conséquence, (la mission Mage-Quintin se déroula de 1864 à 1866, et ne démarra donc pas en 1866 comme indiqué page 229. D’autres sont plus regrettables : Faidherbe aurait entrepris en 1859, une expédition pour fonder des postes au Sine et au Saloum (p.220), mais la carte de la page 214, « Le Sénégal à l’époque de Faidherbe », donne 1857 comme date de fondation du poste à Kaolack.

Malheureusement ces négligences sont aggravées par un parti-pris méprisant vis-à-vis des acteurs africains : les Toucouleurs seraient « particulièrement remuants » (p.215), « les tribus bantoues de la forêt dense apparaissent en général paresseuses et cupides » (p.231) et, pour bien expliciter ·les choses, « la conquête coloniale, l’arrivée des tirailleurs sénégalais allaient être une libération, une victoire sur la barbarie qui ne doivent pas être oubliées » (p.232). Ainsi, on retrouve des poncifs de la colonisation qui semblaient définitivement enterrés, et on pourrait en déduire que le livre a visé avant tout à justifier la colonisation aussi bien aux yeux des Français que des Africains reconnaissants …

En somme, l’histoire proposée dans les trois livres précédents et dans celui de G. Comte est une histoire très évènementielle, qui ressemble vraiment beaucoup trop à celle que pratiquaient les ouvrages anciens mentionnés de préférence dans les bibliographies. Il nous semble qu’il y a là, plus qu’un retour en arrière et qu’un renouveau de pratiques historiennes datées. Il s’agit d’une véritable régression qui ne respecte aucunement tout le travail historique réalisé par les chercheurs européens, africains, anglo-saxons durant les trente dernières années. D’une manière générale, il ne s’agit pas d’une histoire marquée surtout par la recherche des sources susceptibles d’éclairer le passé des Européens en Afrique, mais plutôt d’une utilisation de sources et d’interprétations historiques anciennes sans que soit réopérée une critique rigoureuse des documents et des témoignages sur ce passé, puis une réinterprétation des données et de toutes les données disponibles à un chercheur attentif. Mais plus, on doit contester cette histoire dichotomisante qui entend jeter avant tout son regard sur les Européens en Afrique quitte à valider sans aucune critique, les témoignages européens du passé sur les Africains.

Au contraire, il importe plus que jamais, d’affirmer que ce passé des Européens en Afrique est inséparable de celui des Africains en Afrique et dans les lieux de leur déportation.

Aux ouvrages de la collection publiée par Denoël, on peut ajouter deux livres qui ont obtenu un succès certain auprès du public français et qui se situent dans le même. Courant historique : celui de Pierre Biarnes, « les Français en Afrique Noire de Richelieu à Mitterrand » (Paris, A Colin, 1987) et celui d’Eric Makedonsky, « Le Sénégal. La Sénégambie » (Paris, L’Harmattan, 1987).

Le travail de P. Biarnes rejoint dans une large mesure les préoccupations de la série de Denoël, mais ses objectifs sont plus modérés et un souci d’éviter les termes péjoratifs et désuets est évident. L’auteur souligne d’emblée que « c’est la longue histoire de cette présence française au sud du Sahara, méconnue de la plupart de nos contemporains au-delà de quelques clichés, qui est rappelée dans ce livre, avec l’espoir que la remise en perspectives de ses développements les plus récents aidera à mieux comprendre ceux-ci et à porter sur eux un regard plus serein » (p.8).

Pour ce faire, P. Biarnes retient quatre périodes conventionnelles : « précoloniale », « coloniale », « décolonisation », « après indépendance », tout en estimant d’ailleurs qu’il y a une grande continuité entre elles. Cependant, le traitement ne fait apparaître que trois temps : celui de la traite (p.11-112), la colonisation (p. 113-226) et la « liberté » (p.267-432). Une chronologie (p.433-441) et une bibliographie d’une centaine de titres complètent le livre.

Le travail est d’une facture plus soignée et donne davantage satisfaction que ceux qui viennent d’être analysés. En effet, ici, les ouvrages français récents traitant de la période coloniale sont connus et effectivement utilisés, en plus d’œuvres plus anciennes. Cependant les sources ne sont très souvent pas mentionnées. Plus fondamentalement on peut aussi émettre beaucoup de réserves sur l’orientation et la qualité de l’exposé.

Tout d’abord, il est difficile de comprendre la distorsion entre le projet annoncé et le contenu réel : en effet, il est affirmé d’emblée, que l’aspect essentiel de cette longue histoire… n’est pas le négoce, mais l’auteur intitule toute la première partie : « Le temps de la traite », et, de toute façon, l’analyse des périodes suivantes n’est pas pertinente sans la référence aux pratiques et aux enjeux économiques. N’y-a-t-il pas là, un parti-pris délibéré, et réductionniste, qui provoque des erreurs d’appréciation notables sur les périodes étudiées ?

Mais quand on parle de traite et qu’on caractérise une époque comme celle de la traite, on se doit de mieux décrire cette traite, en particulier, la traite des Noirs et de la gomme, à l’aide des remarquables travaux de P. Curtin, B. Barry, J. Mettas, S. Daget, A. Delcourt, qui est cité mais peu utilisé. Si le titre retenu pour la période suivante est accepté et acceptable, par contre, il est difficile de comprendre pourquoi on caractérise, dans un ouvrage sur « les Français en Afrique », la période suivant la deuxième guerre mondiale, comme celle du « temps de la liberté » ! On pourrait déceler ici un glissement, heureux, vers une histoire de l’Afrique et préciser la conception exacte d’une histoire des Français, de ses objectifs et de ses méthodes : il fallait donc aussi préciser qu’une telle histoire ne peut plus ignorer royalement le contexte dans lequel s’inscrit l’action des Européens, et ne saurait décrire la geste des Européens en ignorant voire en travestissant celle des Africains. On arrive donc à se peser la question s’il n’est pas plus important, en fin de compte, de décrire et de comprendre la rencontre, les affrontements, La qualité de l’exposé souffre de diverses limites dont nous évoquerons trois, l’aspect idéologique du traitement de l’information, les insuffisances dans l’analyse, et les légèretés de certaines affirmations reprises de travaux anciens. Les partis-pris paraissent plusieurs fois, surtout à propos des relations entre Français et Africains : c’est ainsi que les tentatives des Maures pour tirer un maximum de profits du commerce de la gomme, sont qualifiées de « chantage » (p.84) et les redevances exigées des Français sont « extravagantes et abusives » (p.91).

L’insuffisance de l’analyse est sans doute due à l’ampleur du champ  embrassé par l’auteur, mais il reste néanmoins étonnant de liquider la période de la domination de la gomme de manière aussi sommaire en déclarant que « on en revenait à la traite de la gomme… mais qui était tout de même d’un faible rapport, hormis pour quelques dizaines de commerçants privilégiés, et qui avait l’inconvénient de maintenir les Français à la merci des Maures et des Anglais, la surenchère des seconds renforçant la capacité de chantage des premiers » (p.84).

En fait, la gomme faisait vivre une grande partie des comptoirs français en Afrique Occidentale, surtout celui de Saint-Louis, où il s’agit du produit principal de 1790 jusqu’à la fin des années 1870. On comprend d’ailleurs mal, que les Anglais aient pu faire de la « surenchère », et les Maures du « chantage », si ce trafic n’avait pas une certaine importance. Enfin les affirmations non étayées abondent ici aussi. Par exemple on retrouve la légende tenace des « petits traitants-cultivateurs de l’Ariège » (p. 85), ou pire encore celle de la vulgarisation de l’iler par Hilaire Maurel (p. 85-86), nier étant un instrument aratoire wolof, dont le nom, correspond à la forme et qui est décrit par les auteurs portugais dès les 15è et 16è siècles. De même, on est surpris du rôle exorbitant attribué à Louis Faidherbe, en particulier dans l’abolition de l’esclavage qu’il « imposa impitoyablement à tous les chefs traditionnels au fur et à mesure de leur soumission » (p. 97). Cette affirmation est bien sûr totalement contredite par tous les auteurs de la seconde moitié du 19è siècle, comme par toute la recherche sur la question de l’esclavage en Sénégambie, et l’on sait que la question de l’esclavage fut, superficiellement, résolue au début du 20ème siècle, sans que les pratiques soient définitivement abolies par la législation européenne.

Moins grave, mais assez révélateur est un certain errement chronologique : ainsi le trust Unilever serait fondé en 1913 (p. 120), alors qu’il s’agit en fait de 1930, quand s’opéra la fusion des groupes anglais Lever Brothers et néerlandais Jungens-Van Berg-Schicht. On peut aussi remarquer que l’inauguration du Dakar-Saint Louis est placée en 1896 (p. 202) au lieu du 16 juillet 1885 exactement. Par ailleurs l’Assemblée locale du Sénégal est désignée constamment sous le nom qu’avec le Conseil colonial (p. 196 par exemple), alors qu’elle ne reçoit ce nom qu’avec la réforme de décembre 1920 et s’appelait Conseil général, depuis 1840[2], les deux institutions n’ayant pas la même composition, les mêmes pouvoirs, ni les mêmes modalités d’action.

Amateurs

Tout au long du livre, on se rend aussi compte d’une forte insistance sur le Sénégal, à tel peint que le titre « Les Français au Sénégal et en Afrique noire » conviendrait mieux à ce travail. Mais pour ce pays comme pour les autres, un élément essentiel aurait mérité d’être pris davantage en compte, à savoir l’histoire des mentalités. Au lieu de celle-ci, on trouve une description anecdotique de la vie coloniale et des habitudes des Français en Afrique. Là aussi l’ouvrage, marque un retour à une histoire coloniale classique et largement dépassée. Comment peut-on encore qualifier André Brue comme « un grand colonial », quand on sait qu’il a sans doute développé quelque peu les établissements français, qu’il a surtout développé la traite négrière et le trafic de la gomme, et qu’il s’est heurté à des résistances et à un adversaire -Lat Sukabé Fal- qu’on ne saurait traiter simplement de précurseur terroriste.

En réalité, on rejoint ici, et ailleurs, une histoire hagiographique classique, trop souvent exclusivement française, contre laquelle la littérature anglo-saxonne a pourtant déjà réagi sainement. Cela explique sans doute la présence d’un seul titre anglais dans la bibliographie, à savoir le livre de R. Cruise O’Brien (White society in Black Africa) paru en 1972, dont les analyses sont insuffisamment prises en compte, discutées sinon prolongées. Cette absence des travaux anglophones, mais aussi la très faible représentation des études dues aux Africains (trois titres dont la thèse d’Abdoulaye Ly, qui est présentée dans la bibliographie comme un article de la revue Présence africaine …) donnent un ouvrage insuffisant où l’histoire est partielle et trop souvent partiale.

Il ne faut pas se méprendre sur le sens de cette critique, car ce livre est meilleur que les précédents et constitue une compilation utile, avec des apports et des interprétations neuves pour la période récente. Mais le lecteur doit être prévenu de ses présupposés idéologiques et de ses lacunes documentaires réelles pour les périodes plus anciennes qui ont été explorées par des chercheurs de toutes origines. Malgré les erreurs que l’auteur reprend souvent de ses sources vieillies, en dépit aussi d’un style journalistique qui omet trop souvent l’origine de certaines affirmations (on pense à toutes les cartes dont la provenance n’est aucunement indiquée), cet ouvrage devrait provoquer les historiens eux-mêmes à s’intéresser davantage à l’histoire des rencontres entre la France et l’Afrique, en cherchant des témoignages et des documents sur le passé, et en relisant les travaux anciens et récents dans un esprit moins franco-français.

Le dernier ouvrage, écrit par Eric Makedonsky, se présente comme un instrument de compréhension de la situation actuelle de la Sénégambie. Il ne s’agit pas d’un travail historique, mais l’auteur a choisi de faire largement appel à l’histoire dans le premier tome et dans de nombreux passages du second. Ses prétentions sont plus modestes, mais il procède du même esprit que les précédents livres, à bien des égards. Disons d’emblée que la qualité est assez faible. Tout d’abord, ce qui est assez grave pour un travail visant la connaissance géopolitique de la région, l’appareil cartographique est indigent : les cartes sont à peu près vides de renseignements et restent au niveau de l’ébauche ou du brouillon (p. 6-7, 38, 55 du tome 1 ; p. 35, 128 du tome 2).

Cela est inacceptable après la parution de « l’Atlas national du Sénégal en 1977, l’Atlas de Jeune Afrique en 1980. Plus grave, l’auteur abuse d’un style anecdotique qui ne respecte aucune chronologie cohérente. La bibliographie est déficiente, en particulier pour les périodes antérieures à l’indépendance, alors que la manière dont beaucoup de titres sont cités, indiquerait qu’ils n’ont pas été vus et lus effectivement. Ici aussi, la littérature anglo-saxonne est superbement ignorée, à part trois ouvrages (dont celui de G. W. Johnson qui est daté de 1983, alors qu’il est paru en fait en 1971) : tous les travaux sur l’histoire, la sociologie, l’économie sénégalaises et gambiennes semblent sans intérêt pour un public français.

Par ailleurs, les études réalisées par des auteurs sénégalais font l’objet d’une sélection arbitraire et parfois malheureuse.  Ce livre ne rend service que pour la période où son auteur a été correspondant de l’AFP dans la région, malgré des erreurs regrettables, des omissions certaines et des interprétations personnelles discutables. En tout cas de nombreuses analyses sociologiques sont critiquables: comment peut-on, après avoir vécu de si longues années au Sénégal, écrire que « bouki » signifie littéralement « la chose de quelqu’un »,  alors qu’un long développement décrit à peu près la pratique dont le nom désigne de manière imagée « l’hyène », en wolof. C’est à croire que la rigueur est superflue quand on traduit des termes africains : on doit avouer qu’il est aussi ridicule de faire un contre-sens total sur un mot qui fait l’objet d’un long développement en Afrique, qu’ailleurs, ou l’auteur serait plus vite disqualifié.

D’une manière générale, on constate que le journaliste -dont le rôle est certes important mais pas forcément bien tenu- a encore pris la place de l’historien, mais la pratique de l’histoire s’avère si limitée et si maladroite dans cette contribution, qu’il faut mettre en garde le lecteur non averti.

Ainsi le premier tome, dépourvu d’une véritable chronologie et d’un cadre thématique valable, est parsemé d’affirmations gratuites qui relèvent de grosses lacunes documentaires: par exemple, Banjul existerait depuis des siècles (p. 17) alors que la ville n’a été fondée qu’en 1816;  Ndyadyan Ndyay serait l’inventeur du wolof qui devient la langue officielle de l’Empire du Djoloff (p. 54), ce qui est totalement invraisemblable au vu de toutes les recherches linguistiques et historiques effectuées jusqu’ ici. lbrahima Niasse (1900-1975) serait le fondateur de la confrérie Niassène (p. 132), alors qu’il n’en fut même pas le chef suprême, son père Abdoulaye Niasse (1845-1922) en ayant été le fondateur.

Le second tome est émaillé de rappels historiques qui viennent mal à propos et revêtent tous la forme de survols inconsistants pour celui qui connaît un tant soit peu la question. Ainsi évoque-t-on, de manière totalement insuffisante, le développement de la culture arachidière et des échanges économiques (p. 27-32), les barrages projetés sur le Sénégal (p. 55-57), l’histoire de la Casamance (p. 75-79), Dakar et le Sénégal depuis le 18ème siècle (p. 95-102), l’école durant la colonisation (p. 118-119).

En somme, un ouvrage de cette nature, dont les destinataires exclusifs sont Européens -car le prix de vente de l’ouvrage, séparé en deux tomes sans aucune raison valable sauf d’en augmenter le coût à l’acheteur, est excessif et inacceptable au lecteur sénégalais -doit être déconseillé même à ces lecteurs européens. On comprend mal, en outre, que cet ouvrage précède de quelques mois à peine, un livre d’une toute autre qualité qui est consacré à l’histoire de la Sénégambie et qui est publié par le même éditeur[3].

A des degrés divers, les ouvrages 8nalysés démontrent les outrances d’une pratique de l’histoire par les amateurs, surtout lorsque leurs tentatives s’inscrivent à l’intérieur d’un courant et paraissent à peu près au même moment. Après avoir lu tous les essais précédents, on ne peut que constater un retour à une histoire coloniale bornée, critiquable pour sa forme matérielle et par son contenu, marquée par une ignorance réelle voire par un mépris de toute la production scientifique non française. L’absence singulière des auteurs africains et anglo-saxons est inacceptable, et cette omission est révélatrice de parti-pris douteux.

En revanche des sources anciennes sont réutilisées, sinon recopiées mot-à-mot, sans aucun discernement ni critique, alors qu’une vaste littérature est disponible, avec des travaux présentant et critiquant des études vieilles et nouvelles, proposant des vues neuves sur le passé de l’Afrique et des Européens qui y vécurent. On peut donc sans grande peur de se tromper, penser à un effet de désinformation, légitime par le courant réaliste et anti-tiers-mondiste auquel on a déjà fait allusion. Finalement ces divers auteurs et surtout la série qui tente de réveiller « 1a mémoire collective de la Nation française » participent à une entreprise pernicieuse de recolonisation d’une histoire qui s’est déroulée pour l’essentiel en Afrique, et dont les victimes -sur place ou en déportation- ont été presque exclusivement africaines.

C’est pourquoi on ne peut que rejoindre la vigoureuse réaction de Siradiou Diallo à propos du livre d’A. Comte, et l’amplifier même. En tout cas des historiens ne peuvent pas accepter la publication de travaux qui déforment la vision du passé africain et méprisent les règles élémentaires de l’histoire, mais ils doivent aussi exiger que l’étude du passé des Européens en Afrique et dans les autres territoires coloniaux se fasse objectivement et sérieusement, en respectant des règles admises pour tout autre travail historique.

On ne peut donc que regretter que le public français, déjà si mal informé sur le passé et le présent de l’Afrique, soit inondé par une littérature de si mauvaise qualité et y trouve des arguments pour conforter des préjugés déjà anciens, à un moment où le racisme n’est pas mort en France … On espère aussi que les éditeurs accepteront de s’entourer de personnalités compétentes pour susciter et promouvoir la publication de livres valables, et aussi que les historiens trouveront l’occasion de faire connaître leurs travaux sous des formes accessibles à un plus large public (africain aussi) et dans le respect de tous les acteurs du passé.

[1] Jean Martin, l’Empire renaissant 1789-1871 ; Jean Pierre Biondi, Saint-Louis du Sénégal, Mémoires d’un métissage ; André Picciola, Missionnaires en Afrique 1840-1940, parus tous trois en 1987, Gilbert Comte, l’Empire triomphant 1871-1936 ; Afrique occidentale et équatoriale et Henri Brunscwig, l’Afrique note au temps de l’Empire français, parus en 1988.

[2][2][2] En fait, le Conseil général était nommé par le Gouverneur et avait un rôle consultatif, contrairement à celui créé en 1879, le précédent ayant été supprimé en 1848 par le gouvernement révolutionnaire en avril

[3] Il s’agit du livre de Boubacar Barry, la Sénégambie du XVème au XIXème siècle, Paris, L’Harmattan, 1988, dont le prix, malheureusement est aussi prohibitif que celui de Makedonsky.

Leave a reply