Suite à la baisse des prix des denrées alimentaires : le sucre en poudre pratiquement introuvable dans les boutiques

0
909

Quelques semaines après l’effectivité des mesures prises par le Président de la République Macky Sall relatives à la baisse des prix de certaines denrées alimentaires,  la vente de sucre au niveau des boutiques  de quartiers va dans tous les sens. Si certains commerçants  qui jugent les prix fixés par l’Etat  très dérisoires, préfèrent ne pas vendre ce produit, d’autres essayent de contourner la règle en ne vendant que par détail de 100 francs le sachet pour tirer leur épingle du jeu au grand dam des consommateurs.

Quelques semaines après l’effectivité de la baisse des denrées de première nécessité, le sucre en poudre est pratiquement introuvable au niveau des boutiques et autres lieux de commerce. Dans  certaines localités de Dakar, comme aux Parcelles assainies, le sucre en poudre  très prisé par les ménages devient une denrée rare. Les quelques boutiquiers qui disposent de ce produit,  refusent de le vendre par Kilogramme encore moins par 500g.  Pour contourner les mesures mises en place par le gouvernement, ces commerçants ne  vendent que par sachet de 100 f. Ce qui pénalise le consommateur, car  pour avoir l’équivalent de 500 g de sucre, il faut au moins acheter 4 sachets de 100 francs. Du coup, on débourse 400f ou plus au lieu de 350F qui est le prix normal. A défaut de pouvoir mettre les mains sur le sucre en poudre,  les gens sont obligés d’acheter le sucre en morceau qui est vendu à 1200 le paquet  au niveau des boutiques. Un prix jugé très cher par les consommateurs qui ont du mal à joindre les deux bouts dans ce contexte de conjoncture économique  marqué par les conséquences de la guerre entre la Russie et l’Ukraine.   Pourtant le ministre du Commerce, de la consommation et des Pme, à  travers les services régionaux de commerce, avait pris l’engagement de descendre régulièrement sur le terrain pour veiller à l’application stricte des mesures relatives à la baisse des prix des denrées de grandes consommation comme le riz, le sucre et l’huile. Qu’en est-il  aujourd’hui de ce contrôle ?

NDEYE AMINATA CISSE

Leave a reply