« Taf-Taf » ou « motos-bagages » à Dakar : La révolution du transport de marchandises, à moindre coût

0
1416

L’atmosphère est pesant, le soleil au zénith. Les va-et-vient des personnes sont incessants, au fur des heures.  Nous sommes au marché, lieu de convergence d’une bonne frange de la population : piétons, vendeurs à la sauvette, clients et autres porteurs se retrouvent dans ce lieu d’échanges commerciaux tout au long de la journée. Ils sont en général jeunes, environs la trentaine.  Regroupés au niveau de l’espace qui leur sert de garage, les clients viennent les solliciter pour un service. Ils, ce sont des tricycles dotés d’une caisse ou wagon arrière.

Visibles devant des magasins de commerçants grossistes, au niveau des marchés, marchés hebdomadaires, marché central au poisson etc., bref, dans la circulation, ces tricycles de transports de marchandises font de plus en plus partie du décor dans la capitale sénégalaise, Dakar et sa banlieue.

Les « motos-bagages » comme on a l’habitude de les appeler ici, ou « Taf-Taf » dans des régions intérieures du pays comme en Casamance, constituent une révolution par rapport aux charrettes à traction animale (des chevaux) dans le transport de marchandises.

La conduite de ce type d’engin est devenue une activité prisée par une partie de la jeunesse qui en a fait sa source de revenus. Des commerçants, de leur côté, en quête de coûts de transport moins pesant et plus rapide pour la livraison des commandes, sollicitent de plus en plus leurs services.

Amadou Bâ, d’origine guinéenne,  fait partie de ce groupe de jeunes. « En raison des difficultés à trouver un travail, la conduite de moto tricycle a été pour moi une opportunité à saisir. Et cela fait maintenant 2 ans que j’évolue dans ce secteur. Je suis payé en fonction du nombre de courses effectuées, pour des montants allant de 300 à 1000 FCFA la course, selon la distance et le volume de marchandises transportées. Le travail est pénible, renchérit il en raison des embouteillages que nous vivons aussi difficilement que les voitures. »

Tout près de Amadou Bâ, nous avons Mamadou Diao. D’un air un peu plus âgé, ce dernier nous a confié qu’il agit comme relai entre les grossistes et les boutiquiers détaillants. « Je transporte en général le denrées de grandes consommation : oignons, pomme de terre, riz, huile…, pour ne citer que ceux-là. »
De l’autre côté, Mor Mbaye, grossiste de son état au marché  Gueule Tapée nous dit porter son choix sur les  motos-bagages. « Avec les tricycles, le prix du transport est beaucoup plus avantageux, en terme de coûts, aussi bien pour moi que pour mes clients. Et il arrive même que je les mette en rapport avec ma clientèle ».

Les tricycles ont su gagner leur place dans le paysage des « taxis-bagages » dakarois. Désormais il faut compter avec eux, pour les transports et livraisons de marchandises, surtout les banabanas qui en font leur chou gras. Et ils pourraient, à la longue, remplacer le moyen de transport rudimentaire que constituent la charrette, concurrencer les « taxis-bagages » traditionnels et, dans une certaine mesure, permettre de lutter contre la maltraitance des chevaux dont nous sommes tous témoins.

Adjaratou Marieme Diaw MBAYE (Stagiaire)

Comments are closed.