Taïwan : Emmanuel Macron suscite un tollé en défendant une voie européenne entre Chine et États-Unis

0
1748

(France24.com)- En quittant la Chine après une visite d’État de trois jours, Emmanuel Macron a revendiqué l’indépendance de l’Europe lors d’une interview publiée dimanche, estimant qu’elle ne devait pas faire preuve de « suivisme » envers les États-Unis ou la Chine sur Taïwan. Des propos qui suscitent depuis une flopée de réactions alors que Pékin a enclenché des exercices militaires autour de l’île.

S’agit-il d’un faux-pas ou d’un jeu d’équilibriste risqué ? Lors de son voyage de retour suite à sa visite d’État en Chine, Emmanuel Macron a donné une interview aux Échos, à France Inter ainsi qu’au site Politico, publiée dimanche 9 avril, explicitant sa vision de la position européenne vis-à-vis des États-Unis et la Chine.

Revendiquant l’autonomie stratégique du bloc, le président français a jugé que l’Europe devait incarner une troisième voie sur la question de Taïwan : « La pire des choses serait de penser que nous, Européens, devrions être suivistes sur ce sujet et nous adapter au rythme américain et à une surréaction chinoise ».

Ces propos prononcés vendredi, à la veille du déclenchement des exercices militaires chinois autour de l’île, ont depuis suscité de nombreux commentaires. Alors qu’Emmanuel Macron a souligné l’importance de ne pas « accélérer » une crise à Taiwan, certains observateurs et experts dénoncent des déclarations contreproductives, de nature, au contraire, à inciter une intervention chinoise pour reprendre le contrôle de l’île.

Défense de la souveraineté européenne

Pour le président français, l’approche européenne envers Taïwan s’inscrit dans une politique plus globale qui consiste à faire de la souveraineté du bloc une priorité.

Emmanuel Macron qui militait déjà avant la guerre en Ukraine pour une « Europe de la défense » a ardemment défendu, en 2020, le plan de sauvetage économique commun aux 27 pour faire face à la crise du coronavirus. « Il y a cinq ans, on disait que la souveraineté européenne n’existait pas », s’est-il félicité lors de cette interview, estimant avoir « gagné la bataille idéologique », au sein de l’union.

« Le piège pour l’Europe serait qu’au moment où elle parvient à une clarification de sa position stratégique, où elle est plus autonome stratégiquement qu’avant le Covid-19, elle soit prise dans un dérèglement du monde et des crises qui ne seraient pas les nôtres », a-t-il souligné.

Plusieurs spécialistes français de la Chine jugent pourtant que la posture de neutralité sur la question taïwanaise ne reflète ni les intérêts de Paris ni de Bruxelles.

« La France n’a évidemment pas les mêmes intérêts que les États-Unis, (mais) pourquoi ne pas rappeler simplement que nous avons un intérêt au maintien de la stabilité dans le détroit (de Taïwan) ? » s’interroge sur Twitter Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique.

« C’est une déclaration qui n’était pas utile et très dommageable à la politique française » estime pour sa part Stéphane Corcuff, enseignant à Sciences Po Lyon et sinologue. « Ces déclarations sont catastrophiques car la seule chose qui peut dissuader la Chine d’attaquer Taïwan est qu’elle sache que nous serons là pour y répondre » souligne-t-il.

Mauvais timing

Depuis 1979, Taiwan bénéficie d’un statu quo qui lui permet de fonctionner comme un État, bien que son indépendance ne soit officiellement reconnue que par 13 pays dans le monde. Mais Pékin, qui a toujours considéré ce territoire comme l’une de ses provinces, a multiplié ces dernières années les menaces envers l’autonomie de l’île.

Quelques heures seulement après le départ d’Emmanuel Macron, le pouvoir chinois, qui s’oppose à tout contact officiel entre Taipei et les gouvernements étrangers, a déclenché d’importantes manœuvres militaires autour de Taïwan. Une opération en réaction à la rencontre, le 5 avril en Californie, de la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen avec le président de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy.

Si l’interview d’Emmanuel Macron a été menée avant le début de ces manœuvres, Antoine Bondaz déplore néanmoins un « timing catastrophique » alors que « la pression militaire chinoise sur Taïwan, mais aussi économique, diplomatique et même informationnelle, n’a jamais été aussi forte ».

« La troisième voie prônée par Emmanuel Macron face à la Chine semble bien fragile alors que Pékin met en scène le siège de Taïwan » a indiqué le journaliste Pierre Haski, qui a suivi le président lors de son voyage en Chine.

L’unité européenne en question

Outre les critiques sur la stratégie d’Emmanuel Macron, les propos du chef d’État français, tenus au nom de l’Europe, interrogent quant au positionnement des autres pays du bloc. « En disant cela en pleine guerre d’Ukraine, il se coupe de la moitié des dirigeants de l’UE qui n’ont qu’une seule obsession : garder les Américains comme protecteur et comme acteur de cette guerre » analyse Pierre Haski.

À peine rentré de Chine, le président français s’envolera mardi aux Pays-Bas pour une visite d’État, largement dédiée, là encore, au renforcement de la souveraineté de l’UE.

Si les dirigeants européens se sont jusqu’ici bien gardés de commenter publiquement les sorties d’Emmanuel Macron, l’Alliance interparlementaire sur la Chine (IPAC), un groupe de parlementaires européens et internationaux, a fustigé ses propos, par le biais d’un communiqué, affirmant que le président français « ne parle pas pour l’Europe ».

De l’autre côté de l’Atlantique aussi les critiques fusent, en particulier au sein du camp conservateur. « Macron est-il devenu le chef de l’Europe ? Est-il maintenant le dirigeant le plus puissant ? Car si c’est le cas il y a des choses que nous allons devoir changer », a ironisé, menaçant, le sénateur républicain Marco Rubio dans une vidéo publiée sur ses réseaux.

Le journal américain Wall Street Journal a publié une tribune acerbe accusant le président français de « saper le soutien américain à l’Europe » et d' »affaiblir la dissuasion contre l’agression chinoise ».

Enfin, la chaîne ultra conservatrice Fox news a fustigé avec véhémence l’ingratitude d’Emmanuel Macron. « Donc pour résumer, nous courrons au secours de la France et de l’Europe, au moindre problème, depuis un siècle et c’est comme ça qu’ils nous remercient ? » s’est indigné à l’antenne le présentateur Todd Piro.

Leave a reply