Tension politique avec le débat sur la 3ème candidature et le procès Sonko-Mame Mbaye Niang : Siré Sy invite les chefs religieux à prêcher l’apaisement du Ramadan

0
784

Selon le chroniqueur Siré Sy, tous les ingrédients sont aujourd’hui réunis pour une implosion de la situation avec cette tension politique. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 26 mars, Siré Sy qui est par ailleurs candidat déclaré à la présidentielle de 2024 invite ainsi les guides religieux à saisir l’opportunité de ce mois béni de Ramadan pour faire baisser la tension.

Le chroniqueur Siré Sy tire la sonnette d’alarme sur la situation politique que vit le Sénégal depuis quelques jours alimentée par le débat sur l’éventualité d’une troisième candidature du Président Macky Sall mais aussi le procès pour diffamation opposant le maire de Ziguinchor, Ousmane Sonko, et le ministre Mame Mbaye Niang. Invité de l’émission Objection de la radio Sudfm (privée) hier, dimanche 26 mars, Siré Sy par ailleurs candidat déclaré à la prochaine présidentielle de 2024 indiquant que les « tous les ingrédients sont réunis » pour une implosion, invite les guides religieux à saisir l’opportunité de ce mois béni de Ramadan pour faire baisser la tension. « Tous les ingrédients sont, aujourd’hui, réunis. S’il n’y a pas un sursaut national, s’il n’y a pas de compromis dynamique, s’il n’y a pas de concessions, je ne vois pas en quoi nous n’allons pas droit au mur et c’est dommage de le dire », a-t-il alerté avant de lancer à l’endroit des religieux.

« Je voulais d’abord interpeller nos chefs religieux parce qu’on est au mois béni du Ramadan, mois de la miséricorde. Tout ce qu’ils ne peuvent pas régler en ce mois béni de Ramadan, je ne pense pas au-delà du Ramadan, qu’ils puissent le régler parce que c’est un mois béni comme on le dit ». Poursuivant son propos, Siré Sy toujours dans le sens de légitimer son appel à l’endroit des chefs religieux insiste en soulignant que « la situation est encore récupérable » « Il reste encore un petit mètre qu’on n’a pas encore franchi. J’en appelle à nos autorités religieuses d’en saisir la substance sacrée de ce mois béni puisque rien n’exclut à ce stade la procédure la médiation pénale. Car, si Monsieur Mame Mbaye Niang venait à retirer sa plainte, je pense que l’action publique pourrait être éteinte. C’est la justice qui est au service des hommes et non l’inverse ».

Par ailleurs, interpellé par notre confrère, Baye Oumar Gueye sur la vague d’arrestations, emprisonnements tous azimuts initiés par le régime en place, le chroniqueur et candidat déclaré à la prochaine présidentielle soutient que cette démarche pourrait symboliser « une forme de perte de sérénité » de la part du régime en place. « Vous savez, quand un pouvoir perd du terrain, on a comme l’impression que l’ultime solution c’est, disons, la violence ou les arrestations. Donc, on peut analyser la situation actuelle du point de vue double, mais je préfère retenir un manque de sérénité du pouvoir en place » a-t-il indiqué avant d’ajouter dans la foulée. « En regardant de plus près ces arrestations, on a comme l’impression que ça ne concerne qu’une partie des populations dont notamment, l’opposition de manière globale. Et pourtant, les griefs qui sont reprochés à ce qui ont été arrêtés, ce sont plus ou moins bien les mêmes griefs qu’on pourrait reprocher à ceux qui sont de l’autre camp, tant qu’il est vrai, par rapport aux paroles et aux actes qu’ils posent dans l’espace public et dans l’espace médiatique. C’est ce que les Wolof appellent « Coumba am ndèye ak Coumba amoul ndèye ».

NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply