TER un an après : Quand la rentabilité sociale éclipse le débat sur la rentabilité économique

0
433

Un an après sa mise en circulation, le Train express régional est devenu un moyen de transport prisé des populations, sur l’axe Diamniadio-Dakar. Tous les jours, ils sont plusieurs milliers de passagers à l’utiliser pour ses avantages en termes de confort et de durée. Aujourd’hui, de plus en plus,  le débat sur sa rentabilité économique est éclipsé.

Son lancement avait suscité beaucoup de débats sur sa pertinence et quant à sa rentabilité au vu de son coût estimé à plus de 800 milliards, selon le gouvernement et plus de 1000 milliards, selon des chiffres annoncés par l’opposition. Malgré les vagues d’interpellation, le projet a continué son chemin jusqu’au voyage inaugural avec à son bord, le président de la République, Macky Sall et beaucoup de ministres et d’autorités. 

Un an après le début des rotations entre la gare de Dakar et le terminal de Diamniadio, beaucoup de citoyens se réjouissent de ce nouveau train. En effet, ils sont nombreux à s’abonner maintenant au train Express Régional pour rallier Dakar. D’habitude très difficile, le trajet entre Rufisque et Dakar est « devenu très facile » pur beaucoup de Rufisquois et même d’autres qui viennent de Bargny, Diamniadio, Sébikhotane et même de Thiès. « Il faut l’avouer, c’est une aubaine, pour nous qui avions d’énormes difficultés pour nous rendre à notre lieu de travail à Dakar. Il fallait se lever tôt le matin pour pouvoir avoir la chance de trouver un véhicule, soit un bus de transport en commun ou un taxi collectif. Et s’il arrivait qu’on a la chance de trouver un moyen de locomotion jusqu’à Dakar, il y avait l’épreuve des embouteillages sur l’autoroute à péage ou encore sur la nationale 1. On pouvait mettre parfois plus de deux heures pour arriver à Dakar, il y a un gain de temps énorme. Aujourd’hui avec le Ter, toutes ces tracasseries sont derrière nous, même s’il y a encore des choses à améliorer, notamment la gestion des heures de pointe », confie Pape Momar Mbaye qui a son service au cœur du centre-ville de Dakar.

Il n’est pas le seul dans ce cas, d’autres qui avaient leur propre véhicule, ont adopté le modèle du transport alternatif, préférant laisser leur véhicule au niveau des parkings dans les principales gares au niveau des différents arrêts sur le trajet. M. Fall est un adepte des motos, tous les matins, il vient stationner sa moto pour prendre le Ter et allez vaquer à ses occupations avant de revenir prendre son engin et rentrer. « Pour dire vrai on l’avait beaucoup critiqué au début, mais là maintenant on se rend compte qu’il fallait le faire plus tôt. Vraiment c’est plein d’avantages. Moi je ne m’attendais pas à voir une telle affluence des voyageurs sur le Train. Apparemment les promoteurs ne l’avaient appréhendé ainsi, c’est pourquoi, on note ces surcharges sur le trajet. Parfois au niveau des gares, on est obligé d’attendre parfois jusqu’à deux lignes pour pouvoir avoir une place debout. Et sur ce plan, il y a des choses à améliorer », dit-il.

Même chose pour Aliou Samb, qui habite à Keur Ndiaye Lô dans la commune de Sangalkam: « depuis le début, je prends le train, c’est quelque chose de très avantageux financièrement et physiquement aussi c’est reposant. Là, avec le stress qu’on avait avec les embouteillages et tout, le Ter, est comme une bouée de sauvetage. Toutefois, si on pouvait diminuer les délais entre les départs pour les rapprocher ce serait mieux. Cela permettrait d’éviter les surcharges et les précipitations qu’on trouve au niveau des différentes gares », a-t-il soutenu.

En effet, dès les premières heures de la matinée, les gares sont prises d’assaut par les voyageurs qui font d’abord la queue pour acheter le ticket au niveau des guichets, après il faut faire encore un autre rang pour pouvoir composter son ticket et arriver sur la bordure du quai d’embarquement. Même les places VIP qui coûtent 2500 frs sont rationnées pour permettre aux autres abonnés et détenteurs de tickets au niveau des différents arrêts de pouvoir trouver une place. On réserve des places pour chaque gare.

Finalement, le débat sur les coûts, la pertinence ou la rentabilité préoccupe peu les usagers qui réclament aujourd’hui, l’amélioration du service et l’augmentation des trains pour réduire la durée de l’attente au niveau des différentes stations.

Une requête qui pourrait bientôt être satisfaite, si on en croit le directeur général de l’APIX, Abdoulaye Baldé qui a annoncé sur la TFM « l’arrivée de 07 nouvelles rames ». Dans le même sillage, il a informé que le TER a déjà fait 13 milliards de recettes et créé 5000 emplois directs et plus de 1000 emplois indirects.

WORE NDOYE

Leave a reply