THEORIE DES CONTEXTES : LA TACTIQUE EN RENFORT A LA STRATEGIE

0
296

Il est tout de même étonnant d’entendre le chef de l’Etat , Macky Sall, comme en écho à Mansour Faye, se désoler du fait « qu’on nous ramène au ras des pâquerettes et vers un débat de transport de vivres »

En plus d’apprendre aux Sénégalais, par le biais de médias étrangers, qu’ils risquaient de subir un durcissement des horaires de couvre-feu, il est tout de même étonnant d’entendre le chef de l’Etat , Macky Sall, comme en écho à  Mansour Faye, son ministre du Développement communautaire, de l’Equité sociale et territoriale, se désoler du fait « qu’on nous ramène au ras des pâquerettes et vers un débat de transport de vivres ». 

Montant sur ses grands chevaux, il s’est livré à une remarque un tantinet désobligeante, à la limite de la condescendance. Comment en effet s’étonner que puisse sourdre une indignation de plus en plus grande, rien qu’à l’idée d’une surdétermination du clientélisme politique et des logiques prébendières dans la gestion du programme alimentaire de résilience nationale ? Qu’en sera-t-il alors du comité de suivi qui se veut inclusif tout en excluant de son champ, le fait accompli, suite aux attributions nébuleuses des marchés et autres dotations, en nature et en numéraires ?

S’agirait-il sous ce couvert, de «mouiller» les récalcitrants, de les embarquer dans la même galère, en les présentant au mieux comme caution des opérations justes…sujettes à caution ? De leur faire entériner et les rendre coresponsables des aléas de la carte et du plan de distribution déjà en exécution par les acteurs étatiques: l’armée, l’administration territoriale et les collectivités locales ? Au besoin, en isolant les lanceurs d’alerte, probables victimes expiatoires tout désignés à l’opinion comme de mauvais coucheurs semant le virus de la discorde, par ces temps de consensus connivents. Il n’est cependant jamais trop tard pour bien faire et l’occasion est belle pour éprouver la bonne foi et l’- honnêteté des uns et des autres. Notamment, en acceptant de reconfigurer la nature, la stratégie et de les évaluer, chemin faisant, afin d’apporter les corrections nécessaires.

L’opération vient juste d’être amorcée pour justifier son reprofilage et faire échec à ce que Jean François Bayard caractérise de « politique du ventre », s’agissant du pouvoir africain. Mais voilà que le décret sur le Comité de suivi de la mise en œuvre rappelle, à s’y méprendre, celui proposé pour le parrainage, boycotté par l’opposition «significative» de l’époque -dont certains caciques ont basculé depuis lors, ou font des œillades au pouvoir. Le rapport de présentation est clair: «Les aspects stratégie et mise en œuvre pris en charge par le décret  précité (en date du 1er Avril-Ndrlr), il reste à assurer le suivi  des interventions  envisagées, en vue de garantir la transparence de celles-ci  et leur impact sur la vie des populations » (sic).

La stratégie et la mise en œuvre évacuées, le débat citoyen sur la nature, les conditions d’attribution des marchés, la qualité, les qualifications ainsi que les capacités réelles des bénéficiaires passent à la trappe de ce décret de sauvegarde (et de sauvetage) des opacités tant décriées au démarrage des opérations du Fonds de Riposte mis en place par le président de la République et cogéré par le ministre Mansour Faye, et subsidiairement celui de la Santé et de Solidarité Force Covid19. Les « forces vives» de la Nation dont il est question dans le décret, comprennent  des membres d’institutions croupions, d’organisations politiques caporalisées, de groupements phagocytés du secteur privé ou de certaines sociétés abonnées depuis tant et tant d’années aux honneurs et privilèges (et les prébendes qui vont avec !). Au point qu’il est difficile de séparer la bonne graine de l’ivraie.

A preuve, parmi les attributaires des contrats d’achat et de transport de riz, de sucre, d’huile, etc., figurent un honorable député et un membre du Conseil économique et social ainsi que des conseillers municipaux et des promoteurs de lutte membres ou proches de la majorité présidentielle. La liste n’est pas exhaustive. Loin s’en faut ! D’autres membres des « forces vives » ont également été « dotés » comme sous-traitants des attributaires qui ne présentent aucun état de service encore moins de stocks ou de véhicules pour approvisionner le marché en riz, sucre, huile et autres produits hygiéniques.

 L’armée qui était déjà à la manœuvre, se voit confier la baguette de meneuse de revue. Ainsi, les apparences sont sauves. Circulez, y a rien à voir ! Pour l’heure, vu que l’on est loin de tirer toutes les leçons de la crise qui nous a pourtant montré nos failles et manquements, l’opinion publique reste fondée à se montrer dubitative quant à l’avènement d’un monde nouveau.

CALAME 

Publication Sud Quotidien du 20/04/2020

Comments are closed.