Tirage au sort des éliminatoires de la can 2023 : «Un groupe à notre portée», selon Me Senghor

0
578

«Nous sommes tombés dans un groupe qui est à notre portée ». C’est l’avis du Président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor sur le groupe auquel le Sénégal fait partie pour le second tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique de football qui aura lieu du 23 juin au 23 juillet 2023 en Côte d’Ivoire. S’exprimant hier, mercredi 20 avril, en marge de la présentation de l’ouvrage du journaliste, Babacar Khalifa Ndiaye, il est aussi revenu sur les conditions de préparation de la Coupe du monde de football, Qatar 2022.

Le Président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), Me Augustin Senghor semble avoir confiance quant à la qualification de l’équipe nationale de football du Sénégal à la prochaine Coupe d’Afrique des Nations, Côte d’Ivoire 2023. Interrogé hier, mercredi 20 avril, en marge de la cérémonie de dédicace du livre du journaliste Babacar Khalifa Ndiaye intitulé « Cœur de Lion : L’épopée victorieuse du Sénégal au Cameroun », sur le tirage au sort de cette compétition qui a eu lieu la veille en Afrique du Sud, Me Augustin Senghor a fait savoir que «nous sommes tombés dans un groupe qui est à notre portée».

«Aujourd’hui, nous sommes premiers en Afrique depuis quelques années. Nous sommes champions d’Afrique. Nous sommes mondialistes. Nous ne pouvons pas faire la fine bouche quand nous tombons sur un tirage qui nous donne le Bénin, le Mozambique et le Rwanda. Ce sont des équipes qui sont dans le ventre mou du classement FIFA africain qui sont largement à notre portée et donc nous devons endosser notre statut de favori pleinement», a déclaré le président de la FSF. Toutefois, ajoutera-t-il, il faut d’abord «garder les têtes sur les épaules, respecter nos adversaires mais essayer de se perfectionner davantage». A l’en croire, c’est sur cette base «qu’on peut aller au-delà des résultats que nous avons faits».

«C’est-à-dire nous qualifier à la prochaine CAN mais aussi essayer de préserver notre trophée parce que c’est ça l’objectif et pour ça, nous devons respecter tous les adversaires qui sont en face de nous. La dernière CAN que nous avons gagnée est là si besoin pour nous rappeler qu’il n’y a plus de petites équipes. Respectons ces équipes, jouons à fond mais restons toujours dans nos objectifs qui ont toujours été dans les dernières éliminatoires de CAN, de tout faire pour nous qualifier très vite et ça passe par l’anticipation, par une meilleure organisation sur le plan de l’environnement de l’équipe, de la logistique », a précisé Me Augustin Senghor.

Poursuivant son propos, il dira que la volonté de la FSF «la plus forte», «c’est de, non seulement maintenir, nos acquis mais de les conforter, de les renforcer pour être plus forts encore de sorte qu’on puisse endosser et mériter notre statut de favori».

Me Augustin Senghor a aussi évoqué les conditions de préparation  en ce qui concerne la Coupe du monde de football, Qatar 2022.  «A ce niveau, le problème auquel les pays africains qualifiés à la Coupe du monde sont en but, c’est que justement, nous sommes concurrencés par les éliminatoires de la CAN 2023 et d’ailleurs lors de notre séjour au Qatar avec les membres du Comité exécutif, avec le président, on avait même envisagé, un moment, un décalage de la CAN pour pouvoir dégager des dates mais finalement ça n’a pas pu se faire », a-t-il fait savoir. Selon lui, les éliminatoires de la CAN 2023 vont avoir des répercussions sur les programmations des matchs de préparation.

«Aujourd’hui, les réaménagements qui ont été faits par la  CAF, nous permettent juste d’avoir une date libérée pour un match ou deux en juin puisqu’il y a des éliminatoires, en septembre nous avons juste une fenêtre d’une semaine avec deux matchs qui sont programmés. Nous sommes en train de réfléchir pour voir comment trouver d’autres dates et certainement nous aurons aussi une autre date juste avant la Coupe du monde mais on le sait, là aussi, nous sommes un peu pris à la gorge par les dispositions du FIFA qui veulent que les joueurs ne soient libérés qu’une semaine juste avant la compétition», a indiqué Me Augustin Senghor.

Toutefois, il a tenu à rassurer les sénégalais. «Nous allons relever les défis. Nous avons conscience des difficultés mais nous avons toujours su les surmonter. Nous allons nous adapter. Avec le coach et la DTN, nous sommes en train de voir toutes les formules pour profiter de ces dates existantes. En juin, c’est sûr qu’on aura un match. On va essayer de voir la formule pour pouvoir avoir un autre match en septembre et bien entendu au mois de novembre juste avant la compétition. C’est compliqué parce que nous jouons le match d’ouverture donc le 21 novembre 2022. Les regroupements commencent le 14 novembre. Donc, on risque de jouer entre le 16 et le 17 juste un match amical mais nous saurons aussi utiliser les matchs d’éliminatoires de Coupe d’Afrique comme des matchs de préparation parce que la compétition se prépare par la compétition», a soutenu le Président de la FSF.

Mariame DJIGO

Leave a reply