Touba Ca Kanam s’engage pour la réduction de la pauvreté

0
534

Le président de la Chambre de commerce d’industrie et d’agriculture de Dakar, Abdoulaye Sow, s’engage à faire participer les opérateurs économiques et le patronat dans l’initiative Touba Ca Kanam, un concept valorisant la Zakât pour mieux lutter contre la pauvreté qui, malgré les efforts des pouvoirs publics, prend des proportions inquiétantes.

Les efforts inlassables des pouvoirs publics pour réduire la pauvreté au Sénégal n’ont pas porté leurs fruits. Dans le même élan, Touba Ca Kanam, une association apolitique, à but non lucratif créé en 2017 sous le Ndiguel de du Khalife général des Mourides, Mountakha Mbacké, en collaboration avec la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad) a organisé hier, mardi, une conférence publique sur la Zakât et son projet « Kër Asaka Yi » dans les locaux de ladite chambre consulaire.

Présidant l’ouverture de cette conférence publique, le président de la Cciad Abdoulaye Sow, a d’emblée magnifié cette initiative qui, pour lui, est un honneur et une grande fierté d’avoir été associé pour cet élan de solidarité nationale. S’adressant à ses collègues opérateurs économiques, il dira : « la promotion de ce mécanisme de redistribution, si elle est correctement appliquée, va contribuer à promouvoir la création de richesse par la consommation ».

Autrement dit, la Zakât constitue un système économique complet visant à réduire l’écart entre les différentes couches sociales en encourageant les investisseurs productifs et l’esprit entrepreneurial.  Dans cette même dynamique, soutient-il : « La Zakât aide les nantis à se purifier de leur attachement aux biens matériel et à lutter contre le comportement à l’avarice, tel que décrit par le Coran : (Prélève de leurs biens une sadakha par laquelle tu les purifies et les bénis) ».

Suite aux échanges entretenus avec les responsables de l’ONG Touba Ca Kanam, poursuivra-t-il, « nous ne pouvons que saluer ce label de la Zakât dénommé ». Du point de vue des savants musulmans, dira-t-il par ailleurs : « S’acquitter de la Zakât revient à verser un ‘’impôt social purificateur’’. Cette initiative exprime « le sens de la solidarité et du partage ».

Et cela assure également « la pérennité de l’activité économique à travers la réalisation de projets structurants à fort impacts sociaux et économiques ». Cheikhouna Mbacké, membre de la structure « Kër Asaka Yi » et non moins porte-parole du jour dira pour sa part que « Kër Asaka Yi » travaille à aider les musulmans Sénégalais à observer la Zakât en tant que pilier de l’islam ». Le but visé de la Zakât, c’est de lutter contre la pauvreté. Et « nous pensons pouvoir y arriver en sensibilisant les opérateurs économiques, le patronat Sénégalais », a-t-il dit.

JEAN PIERRE MALOU

 

Leave a reply