Toubab Dialaw : Décès de Gérard Chenet, dramaturge sénégalais d’origine haïtienne

0
951

(APS) – L’écrivain-poète, dramaturge et sculpteur sénégalais d’origine haïtienne, Gérard Chenet, est décédé, mardi, à l’âge de 95 ans, à Toubab Dialaw, a appris l’APS du poète Amadou Lamine Sall.

Dans un texte intitulé ‘’Il est mort Gérard Chenet’’ reçu à la rédaction, le poète Amadou Lamine Sall souligne que Gérard Chenet laisse derrière lui ‘’une grande œuvre littéraire et humaine’’.

‘’Gérard Chenet qui nous quitte a laissé une grande œuvre littéraire et humaine. Il fut un poète émérite, un dramaturge ivre de création, un romancier étoilé, un sculpteur inspiré, un militant politique intransigeant de la liberté’’, écrit-il.

Le Sculpteur, disparu à l’âge de 95 ans ce 22 novembre 2022 – comme Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire morts au même âge 95 ans – était ‘’bon, généreux, accueillant, ouvert, talentueux et génial, inspiré, toujours au travail et sans relâche’’, témoigne le poète Sall.

Il était né le 14 avril 1927 à Port-au-Prince, en Haïti et est arrivé au Sénégal en 1954 après avoir enseigné en République de Guinée Conakry dans le même lycée que Djibril Tamsir Niane.

Juriste de formation, il partira ensuite au Canada, à Nancy en France, en Russie et en Allemagne de l’Est avant de répondre à l’appel de Sékou Touré en Guinée.

‘’Sékou Touré a fait appel à tous les progressistes du monde pour venir l’aider à construire le pays. C’est dans ces circonstances que j’ai demandé à y participer. J’ai quitté l’Allemagne pour venir en Guinée en 1950 où je suis devenu professeur d’histoire de l’Afrique en République de Guinée. J’y ai passé quatre ans’’, disait-il à ‘’Archipel média’’ dans un papier publié le 31 mars 2015.

Il participera au 1er festival mondial des arts nègres au même titre que le couple comédien et dramaturge Jacqueline et Lucien Lemoine qui ont ‘’à tout jamais marqué l’histoire culturelle de notre pays sous Senghor’’, selon Amadou Lamine Sall.

En octobre 1966, il adapte et met en scène au théâtre national Daniel Sorano ‘’Les fiançailles tragiques’’ de l’écrivain guinée Djibril Tamsir Niane. Gérard Chenet est l’auteur de ‘’El Hadj Omar, Chronique de la guerre sainte’’, un ouvrage publié en juillet 1968 dans la collection « Théâtre africain ».

Il  est le fondateur du théâtre de verdure international d’Afrique à Toubab-Dialaw appelé ‘’le théâtre de verdure de Ndougouman’’ et aussi gérant du légendaire espace-hôtel de Sobo-Badé dans la même localité qui a été construit dans les années 70, déjà par son propriétaire au talent immense de décorateurs en pierre.

Le défunt dramaturge a été honoré en 2018 par l’Etat du Sénégal ‘’pour services rendus au théâtre’’.

Il a été le parrain de la journée mondiale du théâtre du 27 mars 2018 où il a reçu un ‘’diplôme de reconnaissance’’ et une enveloppe financière des mains de Abdou Latif Coulibaly, ministre de la Culture de l’époque.

‘’Gérard Chenet est mort et avec lui, sans doute, la marche lumineuse et féconde d’hommes de renom et de talents venus d’Haïti et de tous les Caraïbes pour faire du Sénégal leur terre d’asile’’, a souligné Amadou Lamine Sall.

Pour la chorégraphe et danseuse, Germaine Acogny, ‘’Gérard Chenet laisse les traces d’une grande culture au Sénégal’’.

‘’J’ai connu Gérard Chenet lorsqu’il était professeur à l’Institut des arts. Ecrivain, il nous a attirés à Toubab Dialaw et nous lui en remercions’’, a dit la danseuse jointe au téléphone.

Leave a reply