« Tous les pays qui ont réglé leur problème de développement, l’ont fait précisément avec leur secteur privé, accompagné d’un patriotisme économique », Pr Mamadou Moustapha Kassé, Doyen honoraire de la FASEG

0
1175

Ce n’est pas demain la veille du développement de nos pays africains, tant que nos États pratiquent le « néo-libéralisme », c’est à dire « des gens qui veulent faire du capitalisme sans les capitalistes locaux« . C’est la conviction du Professeur Mamadou Moustapha Kassé, Doyen honoraire de la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG), qui était l’invité, ce dimanche 24 avril 2022, de l’émission Objection de la radio privée Sud Fm.

Revenant sur un exposé sur le secteur privé qu’il avait fait, le professeur titulaire des Universités et professeur associé à l’Institut Universitaire de l’Entreprise et du Développement (IUED) rappelle que le feu président de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES), Mansour Kama lui disait qu’il avait raison et que « tant qu’on ne règlera pas cette question de créer un binôme entre le secteur privé et l’État, nous ne sous en sortirons pas ».

« La conclusion à laquelle je suis parvenu, je disais que tous les pays qui ont réglé leur problème de développement, l’ont fait précisément avec leur secteur privé, accompagné d’un patriotisme économique. C’est à dire nous préférons nous même à faire chaque fois un recours à l’extérieur. Quand on a besoin d’argent ou  quand on a besoin d’entreprises, on regarde à l’extérieur. Ça ne permettra pas à notre économie de pouvoir maitriser les rouages les plus importants. C’est donc l’une des plaies du néo-libéralisme« , a fait savoir Pr Mamadou Moustapha Kassé, Officier de l’Ordre National du Lion.

J M D

 

Leave a reply