Trafic de bois de vène de la Casamance : Le corridor Bamako-Dakar utilisé par les trafiquants, selon Ali Haïdar

0
247

Le Directeur général de l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la grande muraille verte est formel. Les trafiquants ont trouvé une autre astuce pour faire sortir le bois de vène de la Casamance vers la Chine.  

« Comme la marchandise malienne passe par le Sénégal, tous les denrées de première nécessité, c’est des milliers de containers qui quittent le port de Dakar et qui vont au Mali et reviennent à vide. Donc, les trafiquants l’ont compris et ils se sont déplacés vers Kédougou. Ils traversent le fleuve Sénégal. Ces bois sont transportés par ces containers qui rentraient du Mali à vide et maintenant rentrent remplis de bois de veine », à fait savoir Ali Haïdar, à l’émission Grand jury de la Rfm, de ce dimanche 30 janvier 2022.

L’ancien ministre de l’Environnement du Sénégal a, par conséquent, invité la douane « de rester vigilant pour sauver nos forêts parce que ça ne rapporte vraiment rien à l’État ».

Sur les raisons de ce changement de lieux de transit, Ali Haïdar a expliqué que c’est du fait de l’arrêt du transport de ce bois de vène par le Groupe Bolloré par la Gambie.  

« Il y a du bois de vène, le bois de rose qui est très prisé en Chine, parce qu’ils font des meubles de grand luxe avec et qu’ils vendent extrêmement cher. Pour que cela soit possible il faut des milliers de containers qui quittent notre pays, qui avant, traversaient la Gambie. Mais ce secteur a été fermé, surtout, suite au très bon documentaire qu’a fait la BBC qui a ouvertement dénoncé que le Groupe Bolloré transportait ces containers. Mais, qui avait des certificats d’origine gambiennes. Mais, tout le monde sait que la Gambie n’avait pas autant de foret.

Quand la BBC a dénoncé cela, le Groupe Bolloré a dit: « on ne transport plus de troncs de veine ». Et soi disant qu’ils ont mené leur propre enquête pour se rendre compte, mais tout ça c’est pour arrondir les angles. Mais en tout cas, ils ont arrêté par cette voie-là ».

Ali Haïdar

Comments are closed.