Traitement de la Covid-19 : L’Oms recommande le molnupiravir

0
1640

Le molnupiravir, un médicament antiviral est conditionnellement recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (Oms) pour les patients atteints de covid-19 non sévère qui sont les plus à risque d’hospitalisation. Cette déclaration a été faite hier, mercredi 2 mars, par un groupe d’experts internationaux pour l’élaboration des lignes directrices de l’OMS.

Selon les professionnels de la santé, dans la prise en charge du coronavirus, les patients les plus à risque d’hospitalisation sont généralement ceux qui ne sont pas vaccinés, les personnes âgées et les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou qui souffrent de maladies chroniques.   Dans ces recherches, pour vaincre la Covid19, l’Oms vient de recommander un autre médicament dans la prise en charge des cas non sévères. Il s’agit du molnupiravir qui est un médicament antiviral et qui agit en empêchant le coronavirus de se développer et de se propager.  Selon les experts de l’Oms, utilisé le plus tôt possible après l’infection, il peut aider à prévenir l’apparition de symptômes plus graves. Une recommandation d’aujourd’hui, basée sur de nouvelles données issues de six essais contrôlés randomisés impliquant 4 796 patients. « Il s’agit du plus grand ensemble de données sur ce médicament à ce jour », a renseigné l’Oms.

Des preuves de certitude modérée issues de ces essais suggèrent que le molnupiravir réduit le risque d’hospitalisation dont 43 admissions de moins pour 1 000 patients les plus à risque et le délai de résolution des symptômes en moyenne de 3,4 jours de moins, tandis que des preuves de faible certitude suggèrent un faible effet sur la mortalité à savoir 6 moins de décès pour 1 000 patients. Cependant, l’Oms a indiqué que les patients jeunes et en bonne santé, y compris les enfants, et les femmes enceintes et allaitantes ne devraient pas recevoir le médicament en raison des risques potentiels.

Pour ce qui concerne les stratégies d’atténuation nécessaires au niveau de la population, y compris la pharmacovigilance et la surveillance de la résistance antivirale, les chercheurs ont indiqué : « ils ne font aucune recommandation pour les patients atteints d’une maladie grave ou critique car il n’existe aucune donnée d’essai sur le molnupiravir pour cette population ».

Et de reconnaitre : « les problèmes de coût et de disponibilité associés au molnupiravir peuvent rendre difficile l’accès aux pays à revenu faible et intermédiaire et exacerber les inégalités en matière de santé ».

Pour la source, les recommandations d’aujourd’hui font partie d’une ligne directrice vivante, élaborée par l’Organisation mondiale de la santé avec le soutien méthodologique de la MAGIC Evidence Ecosystem Foundation, pour fournir des conseils fiables sur la gestion du covid-19 et aider les médecins à prendre de meilleures décisions avec leurs patients.

Toutefois, les conseils s’ajoutent aux recommandations précédentes pour l’utilisation du baricitinib, des bloqueurs des récepteurs de l’interleukine-6 ​​et des corticostéroïdes systémiques pour les patients atteints de covid-19 sévère ou critique ; pour l’utilisation du sotrovimab chez les patients atteints de covid-19 non sévère et contre l’utilisation de plasma convalescent, d’ivermectine et d’hydroxychloroquine chez les patients atteints de covid-19 quelle que soit la gravité de la maladie.

Denise ZAROUR MEDANG

Comments are closed.