Troisième mandat, nomination de Mamadou Badio Camara : l’invite de Siré SY au nouveau président du conseil constitutionnel

0
334

Invité de l’émission objection de ce dimanche 4 septembre 2022, sur Sud Fm (radio privée) Siré Sy enseignant chercheur en Sciences politiques non moins président du mouvement politique Goorgoorlu Yi Meun Na Nekk s’est exprimé sur la nomination du nouveau président du conseil constitutionnel, Mamadou Badio Camara. Nomination qui a suscité beaucoup de suspicions sur une éventuelle recevabilité de la troisième candidature du président Macky Sall en 2024, par des sénégalais. En effet, averti par les tous les conséquences en découleront, si jamais cette candidature du président de la République en 2024, arrivait à être recevable par le conseil, l’enseigne chercheur invite au conseil constitutionnel de ne pas marcher à contre-courant du peuple.

« Est-ce que la nomination de M. Badio Camara à la tête du constitutionnel pourrait être la dernière pièce du puzzle, se demande Siré Sy, enseignant chercheur en Sciences politiques. Disons le, à une éventualité de candidature du président Macky Sall, voire même troisième candidature parce que si d’aventure le président du conseil constitutionnel venait à dire niet alors, c’est tout le projet qui s’écroule ».  Donc, estime le président du Mouvement Goorgoorlu Yi Meun Na Nekk « Je pense que la paix sociale au Sénégal dépendra non pas du président de la République qui pourrait déclarer ou non sa candidature, mais dépendra de la validation ou non du conseil constitutionnel sa candidature ».

Aussi a-t-il analysé devant Baye Omar Gueye « Dans mes projections, je me dis que tout sénégalais est libre de déclaré sa candidature. Le problème ce n’est pas déclarer sa candidature. Le président Macky Sall peut déclarer sa candidature. A mon avis, c’est quand le conseil constitutionnel à l’état actuel de la conjecture politique va déclarer recevable la candidature du président Macky Sall  que ce pays là risque de basculer ».  En clair a explicité M. Sy «  il se pourrait que ce n’est pas en 2024 que l’on va connaitre ce fameux deuxième vague. On risque de le connaître dés lors que le conseil constitutionnel  se prononcera. Pour moi les acteurs politiques auront la sagesse de dire que s’il déclare sa candidature il est dans son droit. Il est sénégalais. Il remplit les conditions. Il peut déclarer ».

«Le problème, selon lui, ce n’est pas lui, (Ndlr président Macky Sall) c’est le conseil. C’est la raison pour laquelle il invite au conseil constitutionnel et son nouveau président  à essayer de comprendre le pour du peuple « c’est pourquoi, il est invité au conseil constitutionnel et aux sept sages, de ne pas faire seulement de la loi, de ne pas seulement faire du droit, mais de faire aussi de la politique. Voir aujourd’hui comme les décisions de justice dans leur ensemble sont rendues au nom du peuple sénégalais. Essayer d’en comprendre le pour de ce peuple là, pour ne pas marcher à contre courant de ce peuple là », a convié l’enseignant chercheur en Sciences politiques par ailleurs, président du mouvement politique Goorgoorlu Yi Meun Na Nekk.

O GOUDIABY

Leave a reply