Uemoa – prévisions de croissance : 5,2% et 5,6% de croissance attendue au 3ème et 4ème semestre 2022

0
234

De manière globale, les économies de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) sont résilientes. Et ce en dépit des contraintes conjoncturelles. Mais de lourdes incertitudes liées à la conjoncture internationale pèsent encore sur les budgets des Etats membres. C’est ce qu’a laissé entendre le président en exercice du Conseil des ministres statutaires, Sani Yaya, lors de la réunion ordinaire du Conseil des ministres de l’Union, tenue hier, vendredi, au siège de la Bceao.

La troisième session ordinaire du Conseil des ministres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) s’est tenue hier, vendredi 30 septembre 2022, dans les locaux de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao). Sani Yaya, président en exercice du Conseil des ministres statutaires, et non moins ministre de l’Economie et des Finances de la République Togolaise, a rappelé le contexte économique tendu et fortement éprouvé par le fort niveau d’inflation dans l’Union.

Cependant, «les économies de l’Union restent globalement résilientes. Et cette bonne dynamique devrait se poursuivre, avec des prévisions de croissance de 5,2% et 5,6% au troisième et quatrième semestre de l’année 2022», a-t-il dit. Non sans admettre qu’en dépit de tout cela, ces économies sont confrontées aux difficultés «d’approvisionnement en produits alimentaires et en intrants agricoles, les deux belligérants (la Russie et l’Ukraine) étant les principaux fournisseurs de l’Union européenne pour ces catégories de produits».

5,9% D’INFLATION, EN JUILLET DERNIER, DANS L’UEMOA

A ces difficultés vient s’adjoindre la hausse des produits pétroliers, entrainant de fortes tensions inflationnistes dans l’Uemoa, avec un taux d’inflation en moyenne annuelle pour l’Union de 5,9% en juillet 2022. En réponse à cette flambée des prix des céréales et des engrais, bon nombre d’Etats ont pris des mesures budgétaires allant de la subvention de certains produits au soutien direct des producteurs, des exonérations de taxes à des aides et transferts monétaires ciblés aux ménages. Ce qui n’est pas sans conséquence «budgétaire, rendant difficile les perspectives d’une consolidation budgétaire rapide», fait savoir le président en exercice du Conseil des ministres.

Le ministre de l’Economie et des Finances du Togo, Sani Yaya, n’a pas manqué de souhaiter la bienvenue aux ministres Sénégalais entrant, à savoir Oulimata Sarr, ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération et Moustapha Diop, ministre des Finances et du Budget au Conseil des ministres de l’Union. Mais aussi il a salué l’apport qualitatif des ministres sortant, à savoir Amadou Hott, désormais ancien ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération et Abdoulaye Daouda Diallo, désormais ancien ministre des Finances et du budget.

Jean-Claude Kassi Brou, gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), dans son mot, a réitéré son engagement à inscrire ses actions dans la continuité de ses devanciers.

JEAN PIERRE MALOU

Leave a reply