Ugb-en colère contre les autorités internes pour l’indifférence face à leurs problèmes : les étudiants décrètent 48h de grève et 96h de JST renouvelables

0
668

La Coordination des étudiants de l’Université Gaston Berger a décrété dans la soirée du jeudi 26 janvier, 48 heures de cessation de toutes activités pédagogiques et 96 heures de « journées sans tickets » renouvelables. Ses membres ont au préalable barré la Route Nationale no.2 avant de s’affronter rudement avec les forces de l’ordre. Ils dénoncent l’orientation abusive de nouveaux bacheliers sans mesures d’accompagnement ; le manque criard de logements ; le déficit d’infrastructures pédagogiques ; le manque d’espace au niveau des restaurants universitaires et un centre médical quasi inexistant. « La Coordination des étudiants de Saint-Louis est au regret de constater l’insouciance des autorités face aux problèmes qui gangrènent l’Université Gaston Berger de Saint-Louis », a dit Amadou Ndiaye, Président de Séance de la Coordination des étudiants de Saint-Louis. En effet, la CESL, a-t-il rappelé, a rencontré mardi dernier (24 janvier) le Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, en présence du Recteur et du Directeur du CROUS, pour discuter sur les urgences du moment à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis afin d’y apporter des solutions. « La Coordination des étudiants de Saint-Louis en tant que structure responsable est allée à cette rencontre avec des propositions qui pourraient alléger la précarité de la situation actuelle. Malheureusement, tel n’a pas été le cas pour nos autorités internes, car ces dernières se sont rendues à cette rencontre les mains vides, sans aucune proposition, au moment où, à l’UGB, des conseils d’UFR sont prévus dans le seul but d’augmenter encore le quota de nouveaux bacheliers, sachant que le principal motif de revendication de la CESL est le manque d’infrastructures capables de contenir ces derniers », a fait savoir Amadou Ndiaye. Selon lui, il apparaît clairement que leurs autorités internes ne sont nullement intéressées par les conditions de vie et d’étude des étudiants de l’UGB de Saint-Louis. « Compte tenu de cette situation, la CESL interpelle l’opinion nationale et internationale sur le fait que les autorités seront tenues responsables de tout ce qui se passera dans cette université dans les moments à venir », a-t-il conclu invitant donc les autorités internes à réagir à ce sujet au plus vite.

YVES TENDENG 

Leave a reply