Ugb-renouvellement de l’approche et de la thématique en matière de critique littéraire : un Colloque International réunit 30 enseignants chercheurs de 13 pays

0
137

L’Université Gaston Berger de Saint-Louis abrite depuis hier, lundi 23 janvier, un Colloque International consacré à la « Littérature africaine à l’épreuve des récits de filiation : l’autofiction et le récit transpersonnel ». Il est initié par le Laboratoire CERCLA (Centre de Recherche sur la Critique Littéraire Africaine) et réunit ces deux jours une trentaine de chercheurs et d’enseignants chercheurs venus de 13 pays. L’objectif est d’innover en matière de critique littéraire africaine.

 Ils sont en tout une trentaine de chercheurs et d’enseignants chercheurs venus de 13 pays d’Afrique et d’ailleurs à prendre part à ce Colloque International ouvert hier, lundi, à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis. Il porte sur le thème : « La Littérature Africaine, à l’épreuve des récits de filiation : l’autofiction et le récit transpersonnel ». Ce colloque littéraire est initié par l’Unité de formation et de recherche des Lettres et des Sciences Humaines de ce temple du savoir et ce, par l’entremise du Laboratoire Cercla (Centre de recherches sur la critique littéraire africaine). Le Directeur du Laboratoire Cercla, Pr Babou Diène, enseignant chercheur à l’UGB, a saisi l’occasion pour rendre un vibrant hommage mérité au Professeur belge, Marc Quraghebeur, Président de l’Association européenne d’études francophones (Aeef), qui s’est déplacé pour venir animer la leçon inaugurale de ce colloque international. « Nous avons voulu, à travers ce rendez-vous littéraire de portée internationale, innover en matière de littérature africaine », a-t-il rappelé. Pour le Pr Babou Diène, Responsable de la formation doctorale et Directeur d’une revue littéraire de l’UGB, « il s’agit notamment de renouveler l’approche et la thématique, en matière de critique littéraire, en vue de sortir des sentiers battus et de refuser catégoriquement de monter sur des chevaux déjà essoufflés ». Le Pr Babou Diène a réaffirmé la farouche volonté des spécialistes de la littérature africaine de l’Ugb, « d’apprendre et d’enseigner quelque chose de nouveau à nos étudiants, à nos Docteurs et Doctorants ». Selon lui, il est grand temps pour les Africains de s’interroger sur leur propre littérature. Car, a-t-il poursuivi, « ceux qui dénigrent la littérature africaine n’ont rien compris, et doivent nécessairement s’imprégner réellement de cette littérature, en lisant les œuvres africaines, nous ne pouvons que considérer ces détracteurs comme des ignorants généreux qui passent le plus clair de leur temps à critiquer les œuvres du président poète Léopold Sédar Senghor, à discuter de ce qu’ils ne savent pas ».

YVES TENDENG 

Leave a reply