Un Américain condamné à 60 ans de prison pour la mort de 5 Sénégalais

0
180

Un homme du Colorado a été condamné mardi à 60 ans de prison pour avoir déclenché l’incendie d’une maison qui a tué cinq membres d’une famille sénégalaise élargie, un crime qui, selon les amis et les parents des victimes, a changé à jamais leur vie et leur communauté, tant aux États-Unis que dans le pays d’Afrique de l’Ouest.

Kevin Bui, aujourd’hui âgé de 20 ans, est le dernier des trois adolescents inculpés dans l’incendie du 5 août 2020 à avoir été condamné après avoir plaidé coupable à des charges réduites dans le cadre d’un accord de plaider-coupable. Les autorités affirment que Bui, qui avait récemment été cambriolé alors qu’il essayait d’acheter une arme, pensait à tort qu’il avait retrouvé l’iPhone volé dans la maison et qu’il avait soigneusement planifié sa vengeance. Mais il a négligé de s’assurer qu’il visait bien le véritable voleur.

Au lieu de cela, les membres de trois familles d’immigrés qui dormaient à l’intérieur de la maison au milieu de la nuit travaillaient pour subvenir aux besoins de leurs familles restées au pays et n’avaient rien à voir avec le cambriolage. La famille propriétaire de la maison a réussi à s’échapper, mais tous les membres des deux familles liées qui louaient chez elle ont été tués : Djibril Diol, 29 ans, sa femme de 23 ans, Adja Diol, et leur fille de 22 mois, Khadija, ainsi que la sœur de Djibril Diol, Hassan Diol, 25 ans, et sa fille de 7 mois, Hawa.

Les corps des victimes ont été retrouvés au premier étage de la maison, près de la porte d’entrée, alors qu’ils avaient apparemment tenté d’échapper aux flammes. L’un des propriétaires qui a réussi à s’échapper a entendu Djibril Diol crier de faire sortir les gens de la maison. Cet ingénieur, qui travaillait à la reconstruction de l’Interstate 70 à Denver, était très apprécié pour l’aide qu’il apportait à ses compatriotes immigrés.

Adja Diol et sa belle-sœur, Hassan Diol, travaillaient toutes deux en horaires décalés chez Amazon afin de pouvoir s’occuper de leurs enfants respectifs et de continuer à envoyer de l’argent à leurs familles au Sénégal. Elles rêvaient d’aller à l’école pour devenir infirmières.

Au moment de l’incendie, le mari de Hassan Diol, Amadou Beye, se trouvait au Sénégal dans l’attente d’un visa pour rejoindre sa femme et rencontrer son bébé, né aux États-Unis.

Devant le tribunal, M. Beye a qualifié M. Bui de « grand terroriste » qui ne méritait pas de manger, de dormir ou de parler à sa famille pendant son séjour en prison. M. Beye, qui a obtenu la permission de s’installer aux États-Unis après l’incendie, a déclaré qu’il essayait d’éviter d’être seul lorsqu’il ne travaillait pas, afin de ne pas penser à sa perte. Il porte un pendentif avec le nom de Dieu pour se rappeler de ne pas se blesser.

Bui, qui écoutait assis avec ses avocats, n’a pas semblé réagir à Beye ou aux autres intervenants pendant l’audience.

Lorsqu’il a pu s’exprimer, M. Bui a déclaré qu’il était un « crétin ignorant » au moment de l’incendie. Il a déclaré qu’il ne pouvait pas imaginer ce que cela pouvait être de se voir arracher des membres de sa famille et a récité les noms de toutes les victimes.

Mais il a repoussé l’idée qu’il était un monstre ou un terroriste et a plutôt déclaré : « Mon cœur bat comme le vôtre ».

L’une des avocates de Bui, Rachel Lanzen, a déclaré que Bui n’avait pas mis le feu lui-même, rejetant la responsabilité sur le plus jeune du groupe de trois amis inculpés dans cette affaire. La police a contesté cette affirmation, affirmant que Bui avait avoué l’avoir déclenché lui-même et qu’il avait été brûlé au cours de l’opération.

Bui, qui, selon les procureurs, était le meneur du plan, a déclaré aux enquêteurs qu’on lui avait volé son téléphone, son argent et ses chaussures alors qu’il essayait d’acheter une arme avant de décider d’allumer l’incendie, selon des témoignages antérieurs. À cette époque, il aidait sa sœur aînée, Tanya Bui, à livrer de la drogue, selon des documents du tribunal fédéral. L’entreprise de la sœur a été découverte accidentellement lorsque la police a fouillé la maison familiale dans la banlieue de Denver dans le cadre de l’enquête sur l’incendie.

En mai, après avoir tenté en vain de contester des preuves essentielles dans cette affaire, Bui a plaidé coupable de deux chefs d’accusation de meurtre au second degré. Soixante autres chefs d’accusation, dont celui de meurtre au premier degré, ont été abandonnés par les procureurs, qui ont recommandé que Bui soit condamné à une peine de 60 ans de prison.

Les proches ont soutenu l’accord à contrecœur, considérant qu’il s’agissait de la meilleure façon de résoudre cette affaire criminelle de longue haleine.

L’année dernière, Dillon Siebert, qui avait 14 ans au moment de l’incendie, a été condamné à trois ans de détention pour mineurs et à sept ans dans un programme de la prison d’État pour jeunes détenus. En mars, Gavin Seymour, 19 ans, a été condamné à 40 ans de prison après avoir plaidé coupable d’un chef d’accusation de meurtre au second degré.

La vidéo de surveillance a montré trois suspects portant des masques complets et des sweats à capuche sombres à l’extérieur de la maison juste avant le début de l’incendie, mais l’enquête a traîné pendant des mois sans aucune autre piste. Craignant que l’incendie ne soit un crime haineux, certains immigrés sénégalais ont installé des caméras de sécurité à leur domicile, au cas où ils seraient également visés. Le fils du propriétaire de la maison, qui travaillait pour la première fois de nuit dans un 7-Eleven lorsque l’incendie a éclaté, a également été soupçonné jusqu’à ce que Bui et ses amis soient identifiés et arrêtés.

La police ne pensait pas que la maison, nichée parmi de nombreuses autres similaires dans une rue d’un lotissement dense, avait été choisie au hasard. Elle a essayé une stratégie nouvelle et controversée : demander à Google de révéler quelles adresses IP avaient recherché l’adresse de la maison dans les 15 jours précédant l’incendie. Cinq d’entre elles se trouvaient au Colorado, et la police a obtenu les noms de ces personnes grâce à un autre mandat de perquisition, identifiant finalement Bui, Seymour et Siebert comme suspects.

En octobre, la Cour suprême du Colorado a confirmé la recherche de l’historique des mots-clés des utilisateurs de Google, une approche que les critiques ont qualifiée de « drague numérique » qui menace de porter atteinte à la vie privée et aux protections constitutionnelles contre les perquisitions et les saisies abusives. La Cour a précisé qu’elle ne faisait pas de « proclamation générale » sur la constitutionnalité de tels mandats de recherche et a insisté sur le fait qu’elle statuait sur les faits de cette seule affaire.

Africanews

Leave a reply