Un enseignant-chercheur appelle à « repenser » la mission’’ de l’université

0
919

(APS) – Le professeur Adams Tidjani, enseignant-chercheur à la Faculté des sciences et techniques de l’Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) de Dakar, appelle à “repenser” la mission de l’université pour faire face aux enjeux de l’heure.

“Pour concilier les impératifs de développement et ceux d’un enseignement de haute qualité comparable aux standards de référence, il faudra repenser la mission de l’université”, a-t-il dit.

Tidjani, s’exprimait, jeudi, à l’occasion d’une cérémonie d’hommage à son endroit, à l’initiative du Groupe recherche environnement presse (GREP), suite à sa distinction de ‘’Meilleur scientifique’’ de l’Alper-Doger Scientific Index, un système de classement des institutions de recherche.

“Aujourd’hui, l’enseignement supérieur est soumis à̀ de très vives critiques, on lui reproche dans un halo ténébreux de questionnements son inefficacité, son inadaptation aux besoins économiques, son rôle trop mineur dans la démocratisation de notre société”, a relevé l’enseignant-chercheur.

A ce contexte d’incertitudes, a-t-il fait savoir, s’est ajoutée, il y a peu, une crise sanitaire sans précédent, la pandémie liée à la COVID-19.

Avec cette crise, « il a fallu repenser la pédagogie, l’évaluation et les programmes d’études ; procéder à des investissements d’urgence dans les infrastructures numériques ; faire face à une mobilité réduite des enseignants et des étudiants; et procéder à un changement de comportements aussi bien chez les enseignants que les étudiants’’, a expliqué Tidjani.

Par ailleurs, a-t-il plaidé, « il nous faut sereinement aborder et traiter les questions les plus ardues. Quelles doivent être aujourd’hui les fonctions dévolues aux universités face à̀ la crise sociale, politique, économique et environnementale que nous vivons’’.

‘’Nous pensons qu’elles devraient, entre autres, remédier aux déséquilibres économiques et sociaux, élargir l’accès à l’enseignement supérieur pour répondre à la demande croissante, faciliter l’accès épistémologique des étudiants et leur réussite, promouvoir des programmes d’études et des stratégies de prestation plus adaptées aux besoins socio-économiques et culturels », a encore préconisé Adams Tidjani

Selon lui, il s’agit aussi de relever les défis posés par la révolution informatique et technologique, contribuer à relever les défis environnementaux, notamment le réchauffement climatique et ses conséquences (énergétique, inondation, érosion côtière, sécurité alimentaire (…).

“De nos jours, le concept de tour d’ivoire rattaché à l’université n’est plus défendable. Les universités existent pour servir un objectif dans la société”, a estimé l’universitaire, soulignant qu’il est désormais incontestable que les universités doivent jouer le rôle essentiel qui est le leur, pour relever ces défis.

Malheureusement, a-t-il déploré, « nous n’avons pas toujours été́ clairs dans la définition de ce rôle fortement tributaire de la position, la place et l’espace de l’université dans notre pays et dans le monde’’.

“Nous sommes face à l’histoire. Une réalité toute froide, qui nous commande de repenser notre université.  Réfléchissons à une université qui, dans sa vision, sa mission et ses objectifs prendra également en compte les aspects liés à son insertion dans la société, aux valeurs d’humanisme, de justice sociale, d’intégrité académique et de responsabilité sociale et environnementale”, a-t-il martelé.

Adams Tidjani a exprimé sa “grande émotion” suite à la distinction de meilleur chercheur de l’UCAD pour l’année 2022 qui lui a été décernée par l’AD Scientific Index.

  Plusieurs personnalités, des universitaires, chercheurs, des hommes de médias, entre autres, ont pris part à cette cérémonie d’hommage.

Leave a reply