«Un Etat de droit, ce n’est pas un Etat ou chacun fait ce qu’il veut. », Mael Thiam, administrateur de l’Apr

0
268

« Le président Macky Fall n’a fait que renforcer l’Etat de droit depuis accession au pouvoir. Maintenant, il faudrait qu’on s’entende d’abord sur la notion de l’Etat de droit. Est-ce s’appeler Guy Marius Sagna dans un Etat de droit peut vous autoriser à poser des actes qui ne sont pas conformes avec la Loi? Je ne pense pas puisque un Etat de droit est un Etat dans lequel on respecte la loi. Il faudrait que tous les Sénégalais le sachent: un état de droit, ce n’est pas un Etat ou chacun fait ce qu’il veut. Autrement, on parlerait d’Etat de non droit.

Le droit, c’est l’ensemble des lois votées à l’Assemblée nationale de notre pays et les Conventions internationales ratifiées. Qu’on me dise maintenant qui a été arrêté et qui ne devrait pas l’être selon la Loi? Est-ce qu’au Sénégal, on doit dire, aujourd’hui, il suffit d’être activiste ou d’être politique pour enfreindre la Loi et crier qu’on n’est pas dans un Etat de droit lorsqu’on est interpellé suite à ses actes ? Qu’on me donne des exemples attestant du non-respect du droit dans ce pays. Depuis son élection, le président de la République a renforcé nos juridictions, l’Assemblée nationale, notre Police nationale et la Gendarmerie sur le plan opérationnel, les droits des citoyens.


Sur le même sujet : Exercice des libertés individuelles en État de droit : Le Sénégal, encore à la traîne 

Sur le même sujet : «Une démocratie, ce n’est pas seulement les règles, mais une pratique », Sadikh Niass, Sg Raddho

Sur le même sujet : « Nos autorités se basent sur les dispositions de la loi pour faire  enferme», Thierno Bocoum, Agir


Je pense également que dans un Etat de droit, il faudrait qu’on ait confiance à nos juridictions. Nous avons une magistrature ou exercent des Sénégalais dont la compétence est reconnue au plan international et qui n’aiment pas le pays moins que nous. Cela dit, nous devons également savoir que le temps de la justice n’est pas le temps des citoyens ni celui des journalistes.

Ensuite, je précise  que le cas de trafics des passeports diplomatiques est totalement différent de l’affaire Ousmane Sonko et de la caisse d’avance de la mairie de Dakar…Je pense donc qu’il n’y a pas lieu d’ameuter les populations, il faudrait qu’on sache raison garder. Nous sommes bien dans un Etat de droit où tous les cas sont élucidés. Ensuite, il faut savoir que le temps de la justice n’est pas celui des citoyens encore moins des politiciens ou des journalistes ».

RECUEILLIS PAR NANDO CABRAL GOMIS

Leave a reply