Un expert prône un changement de comportement et de perception dans la gestion du foncier

0
239

(APS) – Le coordinateur technique du Projet cadastre et sécurisation foncière (PROCASEF) a plaidé, mercredi à Kaffrine (centre), pour un changement de comportement et de perception pour régler la question de la gestion du foncier dans les communes.

« Techniquement des instruments existent pour maîtriser ce foncier. Des ressources humaines de qualité existent, mais il nous faut non seulement changer de comportement, changer nos relations et nos perceptions par rapport au foncier mais aussi être conscient que ce qui est entrepris n’est pas hors de portée de nos capacités humaines et matérielles », a relevé Alain Diouf.

S’exprimant au terme d’un atelier régional d’information autour du PROCASEF, M. Diouf dit avoir fait le constat « que les parties prenantes ont presque baissé les bras car elles pensent que la question foncière est insoluble alors que dans d’autre pays les efforts sont faits ».

D’où, a-t-il dit, l’intérêt de tenir cette rencontre présidée par le gouverneur William Manel, en vue de partager ce « message fort » à l’endroit de l’ensemble des parties prenantes au niveau de l’administration territoriale des communes et des services techniques.

Selon lui, au niveau des communes, la gestion foncière est restée « rudimentaire ».

La conséquence est que la ressource foncière s’épuisant au niveau urbain, les populations se déplacent dans les zones rurales et trouvent une situation aussi complexe qu’ils ont abandonné au niveau urbain, a-t-il estimé.

Ce projet aura donc pour objectif « d’aider à clarifier cette occupation au niveau communal mais aussi à sécuriser cette occupation en mettant en place l’ensemble des infrastructures nécessaires à une gestion saine, transparente et équitable du foncier », a précisé le coordinateur technique du PROCASEF.

Il s’agira également, selon Alain Diouf, d’aller vers l’identification de l’occupation dans les communes où il y’a divers usages et usagers qui se disputent l’exploitation du sol.

Le projet va aussi intervenir sur l’axe renforcement innovation et dialogue, renforcement de capacité des acteurs de la gestion du foncier pour pouvoir comprendre et pérenniser les innovations dans le cadre du projet, a-t-il fait savoir.

« Nous avons noté un enthousiasme certain vers cet objectif, qui s’il n’est pas réalisé, nous ne pourrions jamais être sûr d’avoir un développement au niveau local, car une des ressources de base de l’investissement au niveau local, c’est le foncier », a-t-il rappelé.

Le PROCASEF est financé à hauteur de 80 millions de dollars USD pour 5 ans et est mis en œuvre depuis 2021 dans 136 communes au Sénégal dont 9 ciblées à Kaffrine.

Leave a reply