Une mission d’enquête onusienne évoque des cas de viol dans des centres de détention de migrants en Libye

0
622

(APS) – Une mission d’enquête indépendante dépêchée en Libye par les Nations Unies a évoqué des ‘’motifs raisonnables’’ de croire que des migrantes avaient subi des viols dans des centres officiels de détention et prisons secrètes du pays.

Dans son rapport final rendu public lundi à Genève, la mission note qu’il y a des motifs raisonnables de croire que le viol, en tant que crime contre l’humanité, a été commis dans les lieux de détention de Mabani, al-Shwarif, Zuwarah, Sabratha, Sabha et Bani Walid.

‘’Il y a des motifs raisonnables de croire que le crime contre l’humanité d’esclavage sexuel, non signalé auparavant par la mission, a été commis dans les centres de trafic de Bani Walid et Sabratah pendant le mandat de la mission’’, ont estimé les enquêteurs.

Ils ont indiqué que les grossesses sont une conséquence courante des viols. Des migrants ayant rapporté avoir vu des femmes accoucher en détention sans soutien médical professionnel.

D’une manière générale, les migrants, en particulier, ont été pris pour cible et il existe des preuves accablantes qu’ils ont été systématiquement torturés, ont fait savoir les enquêteurs.

Ils ont, dans le même temps, soutenu que la traite, l’asservissement, le travail forcé, l’emprisonnement, l’extorsion et le trafic de migrants vulnérables génèrent des revenus importants pour des individus, des groupes et des institutions publiques, et encouragent la poursuite des violations.

‘’Face à la poursuite de ces abus, le contrôle de l’immigration par la Libye et les États européens doit être exercé dans le respect de leurs obligations en matière de droit international, en particulier le principe de non refoulement, et conformément au Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières’’, ont recommandé les enquêteurs de l’ONU.

Leave a reply