Une pluie d’éloges pour accompagner Mame Less Camara « au panthéon des immortels »

0
857

(APS) – Une foule nombreuse, émue et recueillie a accompagné le journaliste Mame Less Camara à sa dernière demeure, dimanche, en milieu de journée, à l’issue d’une levée du corps marquée par des témoignages sur les qualités humaines et professionnelles du disparu.

Le couloir menant à la morgue de l’hôpital Principal de Dakar avait très tôt refusé du monde, en ce jour de tristesse infinie.

Des membres de l’Association des imams et oulémas du Sénégal, de figures publiques, quelques membres du cabinet du chef de l’Etat, des sommités intellectuelles, des hommes et femmes de médias, toutes générations confondues, s’étaient donné rendez-vous pour un dernier au revoir, un dernier hommage à une figure marquante de la presse sénégalaise. Mame Less Camara méritait cette présence forte et de qualité. Il méritait encore plus de la part de confrères qui lui doivent beaucoup, souvent tout.

La clameur habituelle du centre-ville dakarois semble avoir disparu comme par enchantement, pour laisser place à un calme et une sobriété plus conformes à l’humilité et à la vie digne que fut celle de Mame Less Camara.

Des qualités qui  ont permis au défunt de briller par une dernière marque de sobriété et d’humilité.

Ces deux qualités ont servi de fil conducteur à un journal de témoignages qui a captivé un auditoire visiblement dévasté par l’immensité de la perte.

La famille de Mame Less Camara, par la voix de son porte-parole du jour, a ouvert le carnet des témoignages par un propos dont l’écho s’imposait à toute l’assistance.

« Mame Less Camara était le meilleur de toute sa famille en termes de qualités humaines », a dit Malick Sow porte-parole de la famille. « Mame Less Camara est un digne fils de notre famille qui a servi son pays avec désintéressement (…) », a répété ce porte-parole.

« Il était le meilleur d’entre nous », a renchéri Bécaye Mbaye, qui a insisté pour que le protocole soit réaménagé afin qu’il puisse témoigner de sa reconnaissance à l’égard du défunt.

« Je ne figure pas sur la liste des personnes choisies pour prendre la parole. Mais je ne peux pas ne pas dire un mot sur Mame Less, parce que je suis moi-même la preuve vivante de sa bonté (…). C’est lui qui m’a donné ma chance dans ce métier », dit cet ancien présentateur de journal en wolof devenu un célèbre chroniqueur de lutte.

Le nom de Mame Less Camara se confond avec l’éthique et la déontologie journalistique. Le défunt a eu plusieurs titres dans sa vie mais « il est parti avec le titre de responsable engagé au sein du Conseil pour l’observation des règles d’éthique et de déontologie (CORED) où il a siégé pendant 14 années », a témoigné Ibrahima Souleymane Ndiaye, membre de tribunal des pairs de cette instance.

« Mame Less était la sentinelle de la profession. Son niveau d’engagement pour le respect de l’éthique et de la déontologie était profond », a ajouté l’ancien directeur de la Télévision nationale dont les propos ont été coupés par un trop plein d’émotions.

Au nom de la corporation, Mamoudou Ibra Kane a rendu hommage à « un père connu pour son immense générosité et son extrême intransigeance avec les faits et le travail bien fait ».

« Mame Less Camara incarne à la fois le Journaliste et le Journalisme avec un grand J. Je me demande si son décès n’annonce pas la mort du journalisme au Sénégal, tellement il était intégral et intransigeant avec la sacralité des faits », a-t-il dit.

« Mame Less Camara a choisi de se mettre à l’ombre tout en mettant la lumière sur tant d’hommes et de femmes politiques. Il était un combattant de la démocratie, de la liberté et de la République qui restera au panthéon des immortels. Il mérite un geste d’hommage (…) », a ajouté Mamoudou Ibra Kane.

Le porte-parole du gouvernement a salué en Mame Less Camara « la conscience inégalée des responsabilités et la haute maitrise des enjeux ».

Au nom du chef de l’Etat, Abdou Karim Fofana a magnifié « la sobriété, l’honnêteté, l’engagement, le professionnalisme et la rigueur (…) d’un éclaireur du destin de son peuple ».

Un éclaireur inhumé au cimetière de Yoff, à Dakar, en présence d’une foule encore plus nombreuse mais toujours calme et patiente. Le comportement le plus en accord avec l’esprit d’humilité et de sobriété du disparu.

Leave a reply