(Vidéo) « Pour cette campagne que nous démarrons, notre plus grande difficulté est l’engrais », Ibrahima Mbengue, président de la FPMN

0
1245

Confrontés à la mévente, à la perte de récoltes, croulant sous le poids des dettes au niveau des banques, sans oublier la cherté de l’engrais à cause du retard de la subvention de l’État pour cette campagne agricole en cours, les maraichers de la zone des Niayes n’en peuvent plus. Dans cette première partie de l’entretien accordé à l’équipe de sudquotidien.sn, le président de la Fédération des producteurs maraichers de la zone des Niayes (FPMN), Ibrahima Mbengue étale les problèmes que rencontrent les producteurs, son sans demander la construction d’une chambre froide d’une capacité de stockage de 15.000 tonnes à Sangalkam, tout en invitant l’État à maintenir la subvention sur l’engrais, à cause de la pauvreté des sols.

Comments are closed.